X

Diaspora

Quand un ambassadeur libanais se coupe en quatre pour redorer l’image de son pays...

Initiative

Seize artistes libanais répondent à l’appel d’Antoine Azzam et offrent leurs œuvres à l’ambassade du Liban à Séoul.

14/01/2019

Il aura fallu le dynamisme et l’esprit patriotique du nouvel ambassadeur du Liban en Corée, Antoine Azzam, ainsi que la générosité des artistes libanais qui n’ont pas hésité à répondre à son appel, pour meubler les murs de la résidence et de l’ambassade du Liban à Séoul.

En poste depuis dix mois en Corée, Antoine Azzam voulait redorer l’image du Liban, absent sur l’échiquier national coréen depuis la mort de l’ancien ambassadeur en 2013. Toujours prêt à refaire de cette Maison du Liban un lieu de rencontres afin de refléter une belle image du pays, il entame les travaux de la nouvelle chancellerie avec « les moyens du bord », meuble l’espace et les lieux et réalise que les murs manquent de vie et d’âme.

C’est à ce moment que l’idée de remplir ces murs de toiles d’artistes libanais commence à faire son chemin. Arrivé à Beyrouth, au mois de décembre, l’ambassadeur décide d’écrire un post sur les réseaux sociaux, « aux artistes libanais qui voudraient faire don de leurs œuvres à l’ambassade du Liban à Séoul ». Quelques heures plus tard, il reçoit la première réponse. Une jeune peintre, Rania Mattar, emballée par l’idée, s’engage à promouvoir cette initiative auprès des autres artistes libanais. L’appel fait boule de neige, l’idée plaît.

En quinze jours, 16 peintres, photographes, calligraphes, étudiants de l’Académie libanaise des beaux-arts et de l’Université libanaise, certains connus du public, d’autres encore peu connus, répondent à la proposition de l’ambassadeur et n’hésitent pas à offrir leurs œuvres, ravis d’exporter le talent libanais au-delà des frontières. Sous chaque toile, l’histoire et le parcours de ces artistes, avec mention de leur site internet, permettra de mieux les faire connaître au public intéressé.


(Pour mémoire : L’ambassadeur Antoine Azzam à l’honneur en Corée du Sud)


Promouvoir l’art libanais sous toutes ses formes
Si l’idée de base était de « meubler les murs de l’ambassade par des toiles et des œuvres libanaises », c’est surtout l’envie de « promouvoir et faire connaître au peuple coréen les artistes et les talents libanais, qui était le moteur de cette initiative », reconnaît M. Azzam, lors de la cérémonie organisée dans sa résidence à Beyrouth, en présence des artistes, de l’ambassadeur de Corée au Liban, Young Dae-kwon, et du conseiller diplomatique du président de la République Charbel Wehbé.

En effet, bien décidé à faire connaître l’art libanais sous toutes ses formes, l’ambassadeur fait en sorte que le Liban participe, depuis 10 mois, à toutes les foires organisées par la ville de Séoul, mettant en avant les produits, le patrimoine et la culture libanaise. « J’avais emporté dans mes valises toute une collection de statuettes phéniciennes achetées du musée national de Beyrouth, ainsi que des objets artisanaux créés par nos artistes de l’Artisan du Liban, que j’ai exposés dans le stand libanais de la foire de Séoul, raconte Antoine Azzam. Lors de la première édition de la Public Diplomacy organisée par la ville de Séoul où le Liban était présent, je racontais fièrement l’histoire de la naissance de la calligraphie arabe, distribuais des flyers, des brochures. Le Liban était également présent à la foire des vins, où la production des vins libanais était à l’honneur. »

Le 22 novembre, M. Azzam ouvre les portes de la nouvelle chancellerie, à plus de 150 personnes du corps diplomatique et des chefs de grandes entreprises coréennes. Il les introduit à l’art et aux mets culinaires libanais, offrant le taboulé, le kebbeh et le chawarma dans d’énormes plats. « Il y a tellement de talents à faire encore connaître », affirme-t-il en racontant les projets qu’il compte lancer pour les années à venir. Ces projets incluent la présentation du film Capharnaüm au peuple coréen en janvier, la promotion des auteurs et des écrivains libanais, l’invitation d’artistes libanais dans le pays et, surtout, la volonté de pousser des restaurateurs libanais à s’établir dans cette région. « Il ne faut pas oublier que la Corée est un grand marché, avec plus de 350 000 expatriés arabes avides de cuisine orientale, qu’il y a énormément d’opportunités à ne pas négliger pour tous les talents et tous les artistes de notre pays », dit-il.

Les artistes qui ont offert leurs œuvres à l’ambassade du Liban en Corée sont Rania Mattar, Zinia Saadé, Jeanine Sabbagh, Maya Rafei, Fadi Chammas, Roula Chreim, Simon Khachan, Sandra Clarck, Nader Baroud, Mireille Dib Chami, Roger Moukarzel, Yolande Naufal et Tony Abi Aad.


Pour mémoire

L’ambassade du Liban en Corée du Sud participe au Festival du tourisme et de la gastronomie


À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.