X

À La Une

Erdogan déterminé à "se débarrasser" des milices kurdes en Syrie

turquie

Le président turc a toutefois semblé laisser la porte ouverte à un éventuel compromis avec les Etats-Unis.

OLJ/AFP
17/12/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit lundi déterminé à "se débarrasser" des milices kurdes dans le nord de la Syrie si leur parrain américain ne les contraignait pas à s'en retirer.

Cette nouvelle menace de M. Erdogan survient trois jours après un entretien téléphonique avec son homologue américain Donald Trump au cours duquel les deux hommes ont convenu de coopérer d'une manière "plus efficace" dans le nord de la Syrie. Cet entretien téléphonique avait eu lieu vendredi, après l'annonce mercredi par M. Erdogan qu'une nouvelle opération serait lancée "dans les prochains jours" contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) dans le nord de la Syrie et qu'elle viserait leurs positions situées à l'est de l'Euphrate.

Washington appuie les YPG contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), mais Ankara considère cette milice comme une organisation "terroriste" liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

M. Erdogan est revenu à la charge lundi en dépit des mises en garde de Washington. "J'ai parlé à Trump. Les terroristes doivent quitter l'est de l'Euphrate. S'ils ne s'en vont pas, nous allons nous en débarrasser", a-t-il dit lors d'un discours à Konya (centre). Les YPG "sont une source de préoccupation pour nous avec leur corridor terroriste", a-t-il ajouté.

Il a toutefois semblé laisser la porte ouverte à un éventuel compromis avec les Etats-Unis, alliés de la Turquie au sein de l'OTAN. "Vu que nous sommes des partenaires stratégiques, nous devons faire le nécessaire", a-t-il dit, tout en répétant qu'une éventuelle offensive turque pourrait commencer "à tout moment".

La Turquie a déjà mené depuis 2016 deux offensives dans le nord de la Syrie contre les YPG et les jihadistes de l'EI. Les tensions entre Ankara et Washington se sont exacerbées ces dernières semaines après que les Etats-Unis ont installé des postes d'observation dans le nord de la Syrie près de la frontière turque afin d'empêcher une altercation entre forces turques et kurdes. Cette mesure a suscité l'ire de la Turquie qui voit dans ce dispositif une tentative américaine de protéger les YPG.



Pour mémoire

L’armée US patrouille dans les zones kurdes à la frontière syro-turque

En Syrie, Washington tente de désamorcer la crise entre Ankara et les Kurdes


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT PAS LAISSER ERDO PRENDRE TROP D,AILE LUI QUI ETAIT LE POURVOYEUR DE TOUS LES TERRORISTES QUI ONT SACCAGE AVEC LE REGIME TOUTE LA SYRIE...

AIGLEPERçANT

Regardez moi ce larbin des usa qui joue les gros bras alors qu'il sait tres bien qu'il agira de concert et en complète complicité avec le clown et sa clique.

Sarkis Serge Tateossian

Un siècle de massacres ponctuels contre les kurdes par la Turquie et par ses dirigeants ou bouchers plus précisément respectifs. Pour quel résultat ?
Erdogan est plus aveugle plus fanatiques et plus sanguinaire que des prédécesseurs.

Bon courage effendi

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants