X

Moyen Orient et Monde

Erdogan annonce une offensive imminente contre les milices kurdes

Syrie

Le porte-parole d’un groupe de rebelles a indiqué que toutes les régions sont concernées des deux côtés de l’Euphrate.


OLJ
13/12/2018

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé hier le lancement « dans les prochains jours » d’une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes, au risque de brouiller davantage ses relations avec leur parrain américain.

Une telle offensive serait la troisième lancée par la Turquie en Syrie, où elle est déjà intervenue en 2016 et début 2018 pour repousser de sa frontière les jihadistes du groupe État islamique (EI) et les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

Cette milice kurde, épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par les États-Unis dans la lutte contre l’EI, est considérée comme « terroriste » par la Turquie, qui craint plus que tout la création d’un « État kurde » à sa frontière. Cette collaboration entre Washington et les YPG est l’une des principales pierres d’achoppement troublant les relations turco-américaines.

M. Erdogan a régulièrement menacé de lancer une nouvelle opération contre les YPG, malgré la présence à leurs côtés des forces américaines, affirmant le 30 octobre que la Turquie était prête pour une telle offensive. « Nous disons que notre opération pour sauver l’est de l’Euphrate de l’organisation terroriste séparatiste va commencer dans les prochains jours », a déclaré hier le président turc, se référant à des zones contrôlées par les milices kurdes dans le nord de la Syrie. « Notre objectif, ce ne sont pas les soldats américains, mais les membres de l’organisation terroriste active dans cette région », a-t-il souligné. Ankara considère les YPG comme une extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984 et qui est classé « terroriste » par la Turquie, mais aussi par les États-Unis et l’Union européenne.

Protéger les terroristes

Si M. Erdogan n’a donné aucun détail sur l’étendue exacte de l’opération prévue à l’est de l’Euphrate, Youssef Hammoud, porte-parole d’al-Jaïch al-Watani (l’Armée nationale), une coalition de groupes rebelles pro-Ankara, a indiqué que « toutes les régions sont concernées, de Manbij à Tall Abiad, sans exception », des deux côtés du fleuve. « Les factions d’al-Jaïch al-Watani ont été mises au courant il y a un moment », a-t-il ajouté, affirmant que des entraînements supervisés par des officiers turcs étaient en cours.

Les déclarations de M. Erdogan surviennent au lendemain de l’annonce par Washington de l’installation, en dépit de la ferme opposition d’Ankara, de postes d’observation censés empêcher toute altercation entre l’armée turque et les YPG.

Un porte-parole du Pentagone a déclaré mardi que les postes d’observation avaient été installés « dans la région frontalière du nord-est de la Syrie pour répondre aux soucis sécuritaires de la Turquie ». « Il est évident que l’objectif des radars et des postes d’observation installés par les États-Unis n’est pas de protéger notre pays des terroristes, mais de protéger les terroristes de la Turquie », s’est emporté M. Erdogan.

Pour Elizabeth Teoman, analyste à l’Institute for Study of War (ISW), ces menaces peuvent être une façon pour M. Erdogan d’ « imposer un changement de politique concernant les postes d’observation américains ». « La Turquie pourrait en fin de compte essayer de bloquer l’élargissement des postes d’observation américains (...) pour saper davantage le partenariat entre les États-Unis et les SDF », a-t-elle ajouté. Elle a estimé que la Turquie pourrait aussi viser les zones arrière des YPG où il n’y a pas de tel poste américain.

En octobre, la Turquie avait mené des attaques sporadiques contre les YPG dans le nord de la Syrie, conduisant la milice kurde à interrompre pendant dix jours ses opérations contre l’EI et embarrassant fortement Washington.

Parmi les principaux sujets de tensions entre la Turquie et les États-Unis figure notamment la situation à Manbij, une région du nord de la Syrie contrôlée par les YPG et où des soldats américains sont aussi stationnés. Une feuille de route avait été arrêtée en mai pour apaiser les tensions, prévoyant notamment le retrait des YPG de Manbij et la mise en place de patrouilles conjointes américano-turques, qui ont démarré en novembre. Mais Ankara n’a de cesse de rappeler que le retrait prévu n’a toujours pas eu lieu, menaçant d’agir militairement à Manbij contre les YPG si Washington ne respectait pas ses engagements. « À Manbij, il y a indéniablement une tactique dilatoire qui est appliquée », a affirmé mercredi M. Erdogan.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Influence interne du Hezbollah : deux facteurs suscitent des inquiétudes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué