X

Culture

Le beau saut en hauteur de House of Today

Design « House of Today, Elevate, the Quest for Heightened Senses » : la 4e édition de la biennale* de l’ONG s’est ouverte hier, axée sur trois tandems de jeunes créateurs libanais et internationaux.


15/12/2018

Dans les eaux saumâtres où le pays semble s’asphyxier depuis un bon bout de temps, le verbe « élever » rimerait presque, désormais, avec une quête du Graal, aussi désirée et nécessaire, qu’utopique. C’est sans doute pourquoi l’obstinée ONG House of Today, portée à bout de bras par Chérine Magrabi Tayeb depuis déjà 8 ans, a choisi Elevate, the Quest for Heightened Senses comme thème pour sa quatrième édition. « Élever nos standards, nos ambitions, surtout la perception du design local sur la scène internationale à l’heure où l’optimisme disparaît presque au Liban, maintenant que les acteurs principaux du design et de l’art sont intéressés par notre programme, et à établir des ponts entre les créateurs de notre pays et ceux dans le reste du monde », explique la fondatrice et initiatrice de ce projet. La galerie américaine R&Co, une des plus prestigieuse sur la scène du design contemporain, a choisi de s’associer à cette quatrième biennale qui s’est ouverte hier soir au 3 Beirut. « Suite à la participation de House of Today à Design Miami en décembre, j’ai été littéralement ébloui et j’ai tenu à ce que R&Co fasse partie de cette édition et de cette histoire », expliquait son cofondateur Evan Snyderman, lors de son intervention au musée Sursock, le 11 décembre dernier, dans le cadre de la conférence Craftporn autour du croisement entre artisanat et design.


La moquette comme une peau
La saisissante scénographie, confiée au tandem Ghaith & Jad (récipiendaires du 1er prix L’OLJ-SGBL dans le cadre de la seconde saison de Génération Orient), réitérait subtilement le thème, dans des entrelacs de rideaux déployés sur les murs et des îlots en moquette qui s’érigent du sol, conférant à l’espace une atmosphère de flânerie aux lignes fluides. « Nous avons tenu à respecter la monumentalité du lieu, aux plafonds de 6 mètres de hauteur, tout en jouant de la porosité entre l’aspect brut du lieu et un côté plus chaleureux. Notre manière d’aborder la notion d’élévation s’est faite en installant les pièces au sol, telles qu’elles le seraient dans un intérieur, tout en hissant la moquette, comme une peau qui les contient, et arrondissant la partie inférieure des rideaux qui étayent l’espace », expliquent-ils.

Au cœur de cet écrin, trois designers libanais, sélectionnés par House of Today, se sont associés avec trois designers de la galerie R&Co pour concevoir (par paires) trois tables basses. Il s’agit de Carlo et Mary-Lynn Massoud avec les Haas Brothers, Flavie Audi et Rogan Gregory, et Sayar & Garibeh avec Katie Stout.


Massoud & Haas Brothers, sexy et rock’n’roll

Entre l’univers déjanté des Haas Brothers et l’audace du duo (frère et sœur) Carlo et Mary-Lynn Massoud, il fallait s’attendre à de la fantaisie, de l’atypique, du sexy et du rock’n’roll. Pas de prise de tête, ni de philosophie transcendantale sur le thème de la recherche d’élévation dans la collaboration de ce quatuor de joyeux lurons et néanmoins talentueux designers, mais plutôt un parti pris de sensualité joueuse. Avec leur Boob Boobie Dou, table basse en marbre rose en forme de sein renversé (le téton pointant en direction du sol) maintenu entre deux mains en bronze doré, ce sont les sens du loufoque et de la dérision qui sont aiguisés…

Sans doute est-ce là la pièce où la collaboration fait le plus de sens et où le travail et les idées se sont rejoints dans un parfait aboutissement. Et pour cause : les deux duos sont amis depuis une rencontre en Afrique du Sud, il y a 4 ans. « Tout s’est fait d’une façon très spontanée, très facile, très agréable et même très enfantine. On voulait vraiment que cette pièce réalisée en commun exprime notre relation amicale. On a communiqué via Skype et téléphone. Puis nous avons dessiné le sein, ils ont fait les mains. Ils nous ont envoyé leurs dessins en 3D pour qu’on finalise la maquette à Beyrouth. Ensuite, c’est en Italie, à Milan, qu’on a coulé les mains dans du bronze à la cire perdue, qu’on a taillé le marbre rose et fait l’assemblage. » Le tout dans la joie et la bonne humeur, naturellement...


(Pour mémoire : Flavie Audi, à la conquête de son espace)


Flavie Audi, géologie fluide

Elle était censée travailler en duo avec le designer américain Rogan Gregory, sauf que ce dernier ne s’est pas vraiment montré collaboratif. Qu’à cela ne tienne, la réalisation de Flavie Audi vaut double. Par sa démarche, la singularité de son univers, l’hybridité des techniques utilisées, sa table basse est certainement l’une des pièces phares de cette 4e édition de House of Today. Baptisée Fluid Encouter, elle évoque un fragment géologique d’un paysage lunaire et utopique, transcendé par la sensuelle sophistication des matériaux utilisés.

Posé sur des piètements faussement rocheux (il s’agit en fait de résine transparente iridescente), le plateau de cette table, à la forme irrégulière et à la surface gondolée, est en bronze aussi fin qu’une feuille de papier. Patiné par un processus chimique, rehaussé de couches de couleur peintes à la main puis d’une finition de laque ultrabrillante, il joue sur des effets nacrés-moirés-glossy qui accentuent l’impression de fluidité, de sensualité même, que l’objet dégage.

Cette table-paysage, aux formes naturelles, mais à la conception essentiellement numérique, s’inscrit dans le travail de recherche continu de la jeune designer sur la géologie artificielle. Outre son esthétique singulière mais indéniable, en brouillant les frontières entre le tangible et le numérique, le pure fonctionnel et ce twist qui le transcende et l’élève, elle induit forcément chez l’utilisateur des interrogations sur la nature de ce que nous vivons dans nos réalités physiques et virtuelles quotidiennes.


(Pour mémoire : Sayar & Garibeh : il accumule, elle épure...)


Sayar & Garibeh x Katie Stout, faune et flore

Drôle de morphologie que celle de… Morph, la table d’appoint conçue par les Sayar & Garibeh en collaboration avec Katie Stout, artiste et designer établie à Brooklyn.

Fabriquée à partir d’un mélange de céramique, d’argile et de laiton moulé, ses piètements évoquent quelque chose de primitif : entre branches d’arbre et pattes d’animaux qui s’entrelacent. Une pièce assez étonnante qui s’inscrit dans la nouvelle veine d’un design totalement libre et spontané, voire même naïf – puisant aussi ses références dans l’art brut – du jeune duo libanais.

« Dans cette conception, nous avons cherché à repousser nos limites, aussi bien de matériaux que d’idées, au maximum », affirment Stéphanie Sayar et Charbel Garibeh. « Alors que notre méthode habituelle est de purifier nos croquis pour créer des formes géométriques lisses, dans Morph, nous avons cherché à traduire notre esquisse en objet sans le processus de simplification », expliquent-ils. Cette table, dont tous les composants sont fabriqués et façonnés à la main sans aucune intervention de la machine, a ainsi été développée, en partie dans le studio new-yorkais de Katie Stout puis dans le studio beyrouthin des designers libanais. Le travail commun a suivi un processus « d’échange de croquis et de réflexions par messages et videocalls. Chaque concepteur apportant sa propre touche et ses propres idées au dessin initial, dans un esprit de collaboration très soudé », assurent les Sayar & Garibeh, ravis de l’expérience. Et dont ils sont sortis très imprégnés, semble-t-il, de l’esthétique ludique, insolite et haute en couleur de la designer new-yorkaise.


*House of Today, Elevate, the Quest for Heightened Senses jusqu’au 29 décembre 2018 au 3 Beirut, rue Omar Daouk, Bab Idriss, Beyrouth.


Pour mémoire

Le design en vedette cette semaine avec House of Today

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants