X

À La Une

Gouvernement : qui sont les six députés sunnites pro-8 Mars au cœur du dernier blocage ?

Repère Rompus à la politique libanaise, les députés sunnites pro-8 Mars ont pu faire leur réapparition au Parlement après plusieurs années d'absence, à la faveur de la nouvelle loi électorale. 
18/12/2018

Fin octobre, les nœuds chrétien et druze enfin dénoués, la formation du gouvernement par Saad Hariri, cinq mois après les législatives, semblait imminente. Mais un nouveau dossier venait bloquer la mécanique : le retour sur le tapis, avec le soutien du Hezbollah, de la requête de six députés sunnites pro-8 Mars d’obtenir un siège au cabinet. Le 29 octobre, le parti chiite déclarait en effet refuser de fournir au Premier ministre désigné les noms de ses trois ministres chiites tant que ce dernier ne nommerait pas, dans sa quote-part ministérielle, un représentant de ces députés, que le Hezbollah qualifie de "sunnites indépendants".

Les députés au cœur de ce nouvel obstacle sont : Abdel Rahim Mrad (Békaa-Ouest), Adnane Traboulsi (Beyrouth II), Fayçal Karamé (Tripoli), Jihad Samad (Denniyé), Kassem Hachem (Marjeyoun Hasbaya) et Walid Succarié (Baalbeck-Hermel). C'est à la faveur de la nouvelle loi électorale (se basant sur un mode de scrutin proportionnel), que certains de ces politiciens ont fait leur retour dans l'hémicycle où ils forment un groupe baptisé la "rencontre consultative sunnite".


La "Rencontre consultative" et sa revendication

S'ils réclament, depuis l'annonce des résultats des législatives, un portefeuille au nom des "sunnites indépendants", le soutien que leur a apporté le Hezbollah a donné un poids nouveau à leur revendication. Leur prétention à représenter les "sunnites indépendants" est toutefois remise en question par le fait que trois autres députés sunnites n'appartenant pas au Courant du Futur se sont désolidarisés de ce groupe, à savoir, Fouad Makhzoumi (Beyrouth II), Nagib Mikati (Tripoli) et Oussama Saad (Saïda).

La revendication des six est soutenue par le Hezbollah qui reproche à Saad Hariri de vouloir monopoliser la représentation sunnite alors que ces six députés représenteraient, selon eux, 30% de l'ensemble de l'électorat sunnite de cette communauté. Le secrétaire général du mouvement chiite, Hassan Nasrallah, a également justifié ce soutien en déclarant que ces députés pro-8 Mars "ont empêché de transformer le bras de fer politique en conflit communautaire, comme le voulaient les Etats-Unis, Israël, l'Arabie saoudite et certains Libanais".

De leur côté, le Premier ministre désigné et le chef de l'Etat, Michel Aoun, qui sont les deux seuls pôles à nommer des ministres sunnites, refusent d'accéder à leur demande. Ils estiment que ces députés ne peuvent prétendre à un portefeuille, étant donné qu'ils ne constituent pas un  bloc parlementaire unifié. 

Qui sont donc ces six députés sunnites, dont la demande d'intégrer le gouvernement est considérée comme le dernier obstacle à la mise sur pied du nouveau cabinet, une mesure qualifiée par certains de prétexte soulevé par le Hezbollah pour empêcher la formation du cabinet ? Dans quel contexte ont-ils été élus ? Sont-ils tous historiquement pro-8 Mars et opposés à Saad Hariri ?


Abdel Rahim Mrad

Le député Abdel Rahim Mrad. Photo ANI


M. Mrad, né en 1942, est député de la Békaa-Ouest, où il s'était présenté sur une liste comportant des figures pro-8 Mars, tacitement soutenue par le Hezbollah. Figure phare du mouvement pro-syrien, Abdel Rahim Mrad a été député de 1991 à 2005 et a occupé, au cours de cette période, trois postes ministériels, notamment dans les gouvernements de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri (1995-1996, 2000-2003 et 2003-2004). En 2004, l'ancien Premier ministre Omar Karamé le nomme ministre de la Défense. Après l'assassinat de Rafic Hariri en 2005, il échouera à se faire nommer au poste de Premier ministre, puis aux élections législatives, face au Courant du Futur. Il retrouve son siège au Parlement en 2018, après avoir obtenu plus de 15 000 voix. Lors des consultations contraignantes menées par le président Aoun pour la désignation d’un Premier ministre, le député Mrad n'a pas rendu public le nom de son candidat.


Adnane Traboulsi

Le député Adnane Traboulsi. Photo d'archive.


M. Traboulsi est député de Beyrouth II. Membre des Ahbache, un mouvement islamique fondamentaliste pro-syrien, il s'était présenté sur une liste parrainée par le Hezbollah et Amal. Magistrat de carrière, il est élu député pour la première fois en 1992. Au début des années 2000, il fait partie des personnalités qui défendent le maintien de la présence syrienne au Liban. Dans le cadre des procédures judiciaires engagées après l'assassinat de Rafic Hariri, l'arrestation de deux responsables des Ahbache (les frères Mohammad et Ahmad Abdel-Aal, qui avaient passé des appels téléphoniques suspects quelques minutes avant l'explosion, mais qui seront plus tard relâchés), et la mobilisation de la rue sunnite autour du Futur, forceront les Ahbache à se retirer de la vie politique libanaise jusqu'en 2014. En mai 2018, M. Traboulsi a réintégré le Parlement en remportant plus de 13 000 voix. Lors des consultations contraignantes, M. Traboulsi avait désigné Saad Hariri pour former le futur gouvernement.


Fayçal Karamé

Le député Fayçal Karamé. Photo ANI


Député de Tripoli (Liban-Nord), membre du bloc de "l'alliance nationale" allié aux Marada, courant chrétien du Liban-Nord dont le leader actuel est Sleiman Frangié, Fayçal Karamé est très proche du président syrien, Bachar el-Assad.

M. Karamé est né en 1971, à Tripoli, dans une famille qui a donné au Liban plusieurs Premiers ministres. Son oncle, Rachid Karamé, qui détient le record de mandats à la tête du gouvernement libanais, s'était rapproché de la Syrie pendant la guerre civile. Le père de Fayçal, Omar Karamé, était pour sa part une des figures clés de la tutelle syrienne sur le Liban et sera rapidement confronté à la montée en flèche de Rafic Hariri. Il sera d’ailleurs forcé de démissionner de son poste de Premier ministre (auquel il avait accédé en octobre 2004) après l'attentat ayant coûté la vie à Rafic Hariri. Il était en effet accusé de ralentir l’enquête.

Fayçal Karamé avait été nommé ministre de la Jeunesse et des Sports dans le gouvernement de Nagib Mikati (2011-2014), rattaché au 8-Mars. Le Hezbollah avait insisté pour cette nomination, malgré le refus de M. Mikati, qui arguait qu’en cas de nomination de Karamé, trois des cinq sièges sunnites seraient détenus par des personnalités originaires de Tripoli (d'où sont originaires M. Mikati et le ministre de l'Economie de l'époque, Mohammad Safadi). M. Karamé avait été nommé malgré tout, après que le chef du mouvement Amal (allié au Hezbollah) lui ait cédé un siège de sa propre quote-part.

Le député Karamé a fait son entrée au Parlement en 2018 avec plus de 7 000 voix. Il avait nommé Saad Hariri lors des consultations parlementaires contraignantes "afin de soutenir l'entente prévalant dans le pays et tendre la main à tous les pôles politiques".


Jihad Samad


Le député Jihad Samad. Photo ANI


Jihad Samad a été élu député de Denniyé (Liban-Nord), après être arrivé en tête de la liste de Fayçal Karamé (avec près de 12 000 voix), avec lequel il s’était allié pour les législatives de mai. Il fait donc également partie du bloc de "l'alliance nationale" qui regroupe aussi les députés des Marada. Député depuis les années 90, Jihad Samad était politiquement proche de Rafic Hariri. Traditionnellement pro-syrien, il échouera à se faire élire au Parlement en 2009. Lors des consultations contraignantes au palais de Baabda, en 2018, M. Samad s'est abstenu de nommer un candidat, contrairement à l'ensemble de son bloc parlementaire, qui avait nommé M. Hariri.


Kassem Hachem 

Le député Kassem Hachem. Photo ANI


Kassen Hachem est membre de la branche libanaise du parti Baas syrien (auquel appartient le président syrien) et député de Marjeyoun-Hasbaya (Liban-Sud), où il était candidat sur la liste du mouvement Amal. Né à Chebaa, au Liban-Sud, en 1960, M. Hachem siège au Parlement depuis 2000, où il a toujours fait partie du bloc parlementaire allié au mouvement Amal et au Hezbollah. Il est réélu d’office en 2005 et en 2009 il est élu avec le chef du Baas au Liban, Assem Qanso. Il sera réélu en 2018 avec plus de 6 000 voix. Au nom du bloc parlementaire du mouvement Amal, dont fait partie M. Kassem, Nabih Berry avait annoncé à l'issue des consultations contraignantes avoir désigné Saad Hariri pour former le futur gouvernement.


Walid Succarié

Le député Walid Succarié. Photo ANI


Walid Succarié est député de Baalbeck-Hermel, où il était candidat sur la liste du Hezbollah. Ancien chef d’état-major adjoint de l’armée libanaise jusqu’en 2002 et expert en affaires militaires, Walid Succarié a été élu au Parlement en 2009, après que son frère, l’ancien député Ismaël Succarié, se soit retiré de la course électorale à son profit. Il est depuis toujours un allié du Hezbollah.

Élu au Parlement en 2018 avec près de 7 000 voix, il fait partie du bloc du Hezbollah, qui avait décidé de ne désigner personne au poste de Premier ministre lors des consultations parlementaires. Pendant la campagne lancée contre le Premier ministre désigné, dans le cadre des tractations entourant la formation du gouvernement, M. Succarié s'est montré particulièrement virulent à l'encontre de Saad et Rafic Hariri. "L'écroulement financier du pays a commencé au moment où le Premier ministre Rafic Hariri est arrivé au pouvoir", avait-il lancé fin novembre 2018, accusant Saad Hariri de "se battre pour favoriser la victoire du projet américano-israélien dans la région".


Lire aussi
Gouvernement : un nouveau vent d’optimisme... en attendant des actes concrets

Gouvernement : malgré une lueur d’espoir, le surplace risque de persister

Les haririens plus que jamais déterminés à affronter le Hezbollah


Quelles sont les ambitions du Hezbollah dans le prochain cabinet ?

Un retrait de la désignation du Premier ministre est-il possible ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

J'écoutais la TV française qui disait que l'économie au Liban est au plus bas, que les Syriens ont peur de rentrer chez eux parceque le petit Hitler les tuait , il y a eu 400.000 morts, je pense que le Hezbollah est content de voir comment vas le pays mais ils s'enfoutent ils ne sont pas des libanais

Wlek Sanferlou

Merci pour l'intro.
Peut on maintenant avoir les infos sur les différents charactères d'Iznogoud? C'est plus intéressant et bien plus utile en fin de compte...

L’azuréen

C’est hallucinant tant de bêtise ! Nous avons par exemple un Mr Succarie qui vocifère depuis des mois à l’encontre du premier ministre Hariri et qui demande à devenir l’un de ses ministres ! Où est la logique ? Ou se situe la confiance ? Comment gouverner ? C’est quoi ce bazar ?

Cherif Bedran

Tiens tiens...

Pas de sunn..es d’ambassade? De l’héritage pour certains, de Resurection Syrienne pour d’autres, de remplacement de frère pour encore d’autres et de grand bienfaiteur des écoles en Waqf pour certains sans parler des élus démocratiques par les voix de tous leurs concitoyens, exception faite de certains..de leurs....concitoyens..

By all means choose one of them but don’t forget the 19 other members of parliament (Christians, sorry for being crude) who are not represented in the cabinet. Want fair? Be fair...

Surtout aux lecteurs qui ont la chance d’être à l’étranger. Ma fi a7la min d’arb il n’a za riyyat when out of reach...
Un peu d’anglais fait du bien... doesn’t it ?

Irene Said

Nous avons tous en nous les souvenirs de la guerre civile de 1975 à 1990, et de ce que nous subissions de la part de l'occupant syrien.
Nous, Libanais à 100%, nous souvenons du sale jeu de Hafez el-Assad avec ceux qui lui convenaient selon les circonstances.
Et Bachar el-Assad est le digne fils de son père, mais en pire, car c'est un faible qui se laisse manipuler par ceux qui ont intérêt à garder le pouvoir avec lui.

Alors, comment accepter de remettre un de ces 6 députés soi-disant libanais mais en réalité pro-syriens au gouvernement chez nous ?

Seuls les vendus à ce régime par conviction ou par intérêt peuvent admettre cela...

Irène Saïd

ACQUIS À QUI

Je tiens un pari ouvert, si un groupe de chiite dissident venait à DEMANDER d'être reçu par un représentant haut placé de cette résistance, ce groupe sera reçu et écouté démocratiquement.

Dans la paix et l'entente.
Sans arrogance aucune.

salamé riad

Bonjour Beyrouth
Pathétique ..je passe en revue les nouvelles du pays de mes parents.
A chaque article " le sempiternelle partage confessionnel revient toujours pour former un gouvernement six mois après les élections.
Cette obstination à vouloir conserver un équilibre confessionnel est non seulement dangereux mais obsolète.Des gens souffrent!
je lit que la dette "a doublé "...
je reviens à mes derniers post ou j'appelle à une reforme de la constitution républicaine !
Et si je vous dis que "j'ai aussi le souhait et de participer à une évolution pacifique de ce pays ? pas possible?? enfermé dans une case 'confessionnelle "
-Que le salaire de base doit être revue pour l’accès à une valeur travail reconnue..
-Que la santé doit être accessible à tout citoyen
-Que les libanaises participent plus à la vie politique.
-Que l’accès aux études soit permis à tous sans "pleurnicher " que l'Europe "hausse" les frais d'inscription
-Que les coupures Electricité (normales ?) ne sont pas toujours résolues
-Que des" tunnels " mettent en danger la sécurité nationale.
Que Que .....
J'ose à nouveau soulever un problème "tabou "..La réforme de la constitution pour un état laïque
Doit je craindre à être "fiché" par les renseignements
Si c'est pour sortir de l'obscurantisme .. aucun soucis
A Nos médias ..merci

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JUDAS, TU N,ES PAS SEUL !

ACQUIS À QUI

Il y a bien des députés chretiens pro syriens on a aussi des députés druzes pro héros syrien, et même des arméniens pro résistance et alliés, mais pourquoi diable n'y aurait pas possibilité d'avoir des députés sunnites pro héros BASHAR EL ASSAD ?

Est on obligé de se conformer à ce gros mensonge de guerre chiite sunnite ou obligatoirement appelé guerre IRAN bensaoud ?

Les faits sont têtus, la résistance finira par vaincre.

Sans arrogance aucune.

Bustros Mitri

Et les chiites ' independants' , n' ont-ils pas empeche de transformer les conflits politiques en guerre sectaire??

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué