X

Liban

Gouvernement : un nouveau vent d’optimisme... en attendant des actes concrets

crise

Aoun aurait accepté d’octroyer un siège de son propre lot à un sunnite proche du 8 Mars qui serait avalisé par Hariri.

Yara ABI AKL | OLJ
18/12/2018

Un climat d’optimisme au sujet de la formation du prochain gouvernement a soudain plané hier sur le pays. D’aucuns estiment que ce revirement ne saurait être dissocié des récents développements régionaux, à commencer par le danger d’une éventuelle attaque israélienne contre le Liban après la découverte, confirmée hier soir par la Finul, de quatre tunnels du Hezbollah traversant la ligne bleue à la frontière sud en direction d’Israël. Une situation grave qui inciterait le Liban à se presser de se doter d’une équipe ministérielle. D’autant qu’entre les sanctions US et les revers de la stratégie iranienne en Irak et au Yémen, le Hezbollah serait désormais en quête de gains éventuels à Beyrouth.

L’optimisme nouveau est aussi mû par des raisons intérieures : l’obstacle né de l’insistance du Hezbollah à intégrer ses alliés sunnites semblerait ainsi de plus en plus près d’être franchi. À en croire des sources bien informées, la solution dont il est actuellement question serait axée sur l’acceptation par le président de la République Michel Aoun d’intégrer à son lot ministériel une personnalité que nommeraient les députés sunnites prosyriens, mais qui ne serait pas jugée « provocatrice » pour le Premier ministre désigné Saad Hariri. Outre le fait qu’elle a poussé certains à croire que le gouvernement pourra voir le jour prochainement, cette atmosphère positive est importante dans la mesure où elle intervient une semaine après une initiative lancée par le président de la République afin de permettre à Saad Hariri d’aller de l’avant dans le processus gouvernemental. Elle intervient aussi quelques jours après une rencontre entre le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, mandaté par le chef de l’État pour trouver une issue à la crise ministérielle, et Wafic Safa, haut responsable du Hezbollah, mais aussi et surtout avec Saad Hariri. Selon notre correspondante Hoda Chédid, M. Bassil en a profité pour réitérer le refus de son camp d’accorder dans sa quote-part un siège à un député sunnite du 8 Mars. Mais le forcing de Michel Aoun en faveur de la formation du cabinet aurait permis d’accélérer le processus.


(Lire aussi : Jusqu’où peuvent aller les mouvements de contestation actuels au Liban ?)


Sauf que, contrairement aux attentes, ce sont des sources proches du parti chiite citées par plusieurs médias locaux qui ont douché l’optimisme distillé durant le week-end. Au site web de la MTV, des sources proches du parti chiite ont déclaré que le cabinet ne verra pas le jour prochainement, faisant savoir que les réunions tenues récemment n’ont pas fait progresser le processus gouvernemental. Une allusion à peine voilée à l’entretien Safa-Bassil.

Quoi qu’il en soit, le président Aoun continue d’adopter un ton positif concernant la mise sur pied de la future équipe. C’est du moins ainsi qu’il conviendrait d’expliquer ses propos rapportés hier par le président du Conseil central maronite Wadih el-Khazen. « Le chef de l’État poursuit ses contacts en quête d’une solution à même de permettre la formation d’un gouvernement qui sauverait le pays et redynamiserait les institutions », a déclaré l’ancien ministre du Tourisme. Un peu plus tôt dans la journée, le chef de l’État (qui devrait s’entretenir prochainement avec le Premier ministre désigné) avait promis devant ses visiteurs que « plusieurs projets dans l’intérêt du pays seront lancés après la mise sur pied du cabinet Hariri ».


(Lire aussi : Gouvernement : malgré une lueur d’espoir, le surplace risque de persister)


La Rencontre consultative

C’est également dans une volonté manifeste de ne pas torpiller les efforts déployés actuellement que les députés sunnites prosyriens ont évité l’escalade verbale face à Baabda et la Maison du Centre. Comme prévu, les parlementaires concernés se sont réunis hier au domicile de Abdel Rahim Mrad (Békaa-Ouest). Étaient présents, outre M. Mrad, Kassem Hachem (Marjeyoun), Walid Succarié (Baalbeck-Hermel), Adnane Traboulsi (Beyrouth) et Jihad el-Samad (Denniyé). La réunion s’est tenue en l’absence de Fayçal Karamé, député de Tripoli, qui se trouve à l’étranger.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, les députés sunnites du 8 Mars se sont contentés de saluer les efforts du chef de l’État, et d’affirmer « comprendre la gravité de la situation économique et financière, ainsi que les dangers qui guettent le pays ». Ils ont, toutefois, réitéré leur insistance pour prendre part au cabinet. « Toute initiative qui ne reconnaît pas le droit de la Rencontre consultative à participer au gouvernement à la faveur du respect des résultats des législatives n’est pas viable », peut-on lire dans le communiqué.

Si elle a naturellement réitéré son désir de faire partie de l’équipe ministérielle, la Rencontre consultative s’est à n’en point douter rétractée par rapport à ses prises de position antérieures. Il s’agit de la toute première fois en effet que les députés en question ne formulent pas expressément la demande d’être représentés au gouvernement par un des membres de la Rencontre.

Interrogé à ce sujet par L’Orient-Le Jour, Abdel Rahim Mrad s’est contenté de rappeler que le président de la République et le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim sont intervenus dans le processus gouvernemental et proposent des idées de solutions. « En principe, nous voulons que l’un des six députés prenne part au gouvernement. Mais nous voulons aussi nous entretenir avec Saad Hariri, dans la mesure où cela constitue une reconnaissance explicite de notre existence », souligne-t-il, faisant savoir que le groupe auquel il appartient refuse de relever du lot du chef de l’État.


(Lire aussi : Formation du gouvernement : "Nous sommes dans les 100 derniers mètres", assure Hariri)


En évoquant Abbas Ibrahim, M. Mrad faisait allusion aux efforts que déploie actuellement, sur demande de Michel Aoun, le directeur général de la SG afin de faciliter la tâche à Saad Hariri. À cette fin, le général Ibrahim devrait s’entretenir aujourd’hui avec les députés sunnites gravitant dans l’orbite de l’axe syro-iranien. À en croire les spéculations médiatiques, Abbas Ibrahim devrait exposer aux députés en question l’initiative du président de la République prévoyant l’intégration d’un représentant de la Rencontre consultative dans son propre lot. M. Ibrahim discuterait aussi des noms des ministrables que pourraient proposer les députés sunnites.

Sauf que Fayçal Karamé a tenu hier des propos plus tranchés. Dans une déclaration à la presse, le député de Tripoli a affirmé que son groupe insiste pour qu’il soit représenté par l’un des siens. Commentant le différend opposant Saad Hariri à ses adversaires, M. Karamé s’est posé la question de savoir si M. Hariri « croit vraiment que le fait de ne pas recevoir la Rencontre consultative garantit de garder Damas loin des décisions du Conseil des ministres ».

Mais pour la Maison du Centre, l’important c’est de former un cabinet à la faveur d’une « initiative sérieuse » articulée autour de la toute dernière position de Michel Aoun, comme le confie à L’OLJ une source du courant du Futur.


Lire aussi

Les haririens plus que jamais déterminés à affronter le Hezbollah

Gouvernement : on tourne en rond !, le décryptage de Scarlett Haddad

Cadeaux de saison, l'éditorial de Issa GORAIEB

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Résumé de l'article et des 7 derniers mois, pour ceux occupés à se faire une vie à eux mêmes et à leurs familles:
le président est content, le premier ministre l'est aussi, le hezb jubile ainsi que les 6 gagnants du gros lot, les quelques dizaines autres soi-disant ministres le sont aussi, la Syrie est aux anges ainsi que l'Iran. Seul perdant, le peuple libanais, mais bon, après tout s'il n'y a pas de perdant il n'y aurait pas de gagnant non plus.

Avangarde

Le titre "un nouveau vent" supporte plusieurs sens dont un odorant.

Le Faucon Pèlerin

En France, le pays de la Révolution de 1789, je ne vois pas Edouard Philippe, chef du gouvernement, intégrer malgré lui ses adversaires nationaux Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen dans son cabinet.
Je ne crois pas que Gengis Khan (1155-1227) fondateur de l'Empire Mongol accepter, en son temps, une telle hérésie imposée par une formation qui voue une allégeance totale à deux pays étrangers l'Iran et la Syrie.

L’azuréen

En un mot c’est une « Rencontre consultative Damas-Beyrouth » voulue par des 6 députés « libanais » ...

Tabet Karim

Et rebelotte. Une déculottée de plus. Bonjour les dégâts et bienvenue au représentant d'Assad. Nauséabond......

Irene Said

F. Karamé s'est posé la question de savoir si S. Hariri "...croit maintenant que le fait de ne pas recevoir la Rencontre consultative garantit de garder Damas loin des décisions du Conseil des ministres..."
Cette phrase nous prouve clairement que ces 6 Sunnites sont mandatés par Damas et par ses alliés chez nous.
Quelle trahison envers le Liban de leur part...et c'est ce genre d'individus qui demandent de faire partie du gouvernement libanais ?
Que le ciel nous préserve d'une telle calamité !

On se demande ce qui leur a été promis par le traître de Damas en récompense...
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

KARAME S,EST POSE LA QUESTION DE SAVOIR SI MR, HARIRI CROIT VRAIMENT QUE LE FAIT DE NE PAS RECEVOIR LA RENCONTRE CONSULTATIVE GARANTIT DE GARDER DAMAS LOIN DES DECISIONS DU CONSEIL DES MINISTRES...
LE DERNIER DES VENDUS D,UN PAYS QUELCONQUE N,AURAIT PAS OSE EN DIRE AUTANT !

Sarkis Serge Tateossian

Notre pays ne peut se permettre ce genre d'écart à chaque fois que l'occasion se manifeste.

Au travail au plus vite, dans l'intérêt de tous et du pays.

FÊTE ACCOMPLIE

Le prétexte farfelue du danger à la frontière Sud du Liban et les " revers" de la stratégie iranienne en Irak et au Yémen qui SERAIT cet expressément de former un gouvernement au Liban, j'ai jamais ENTENDU quelque chose d'aussi IDIOT et d'aussi irréel que ça.

Faudrait qu'un jour on arrête de nous prendre pour les IDIOTS qu'on veut nous faire croire qu'on est. Pas croyable d'écrire ça .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué