X

À La Une

Formation du gouvernement : Aoun pourrait s'adresser au Parlement, Hariri répond

Liban

Le Premier ministre désigné rejette la proposition d'un cabinet de 32 ministres.

OLJ
07/12/2018

Une polémique autour des attributions du président de la République et du Premier ministre désigné opposait vendredi le chef de l'Etat, Michel Aoun, et Premier ministre désigné, Saad Hariri, par communiqués interposés, le Premier ayant fait savoir qu'il pourrait bientôt s'adresser au Parlement pour débloquer la crise gouvernementale.

La présidence de la République libanaise a affirmé aujourd'hui que des informations dans les médias selon lesquelles le chef de l'Etat aurait fixé un délai au Premier ministre désigné pour former un gouvernement de 32 ministres étaient "imprécises", mais a assuré que Michel Aoun était "dans son droit" de s'adresser directement au Parlement pour débloquer la crise gouvernementale.

Selon des informations concordantes obtenues par L'Orient-Le Jour, Le président Aoun pourrait s'adresser au Parlement lundi.


(Lire aussi : Gouvernement : initiative de Aoun, mais l’impasse demeure)


"Propos sortis de leur contexte"

"Les médias et les réseaux sociaux ont relayé des propos attribués au chef de l'Etat, Michel Aoun, au sujet de la formation du gouvernement. Le bureau de presse de la présidence assure que les propos attribués au chef de l'Etat étaient imprécis, et qu'une partie de ces propos ont été sortis de leur contexte et ont été interprétés de manière contradictoire et en désaccord avec les positions exprimées par le président Aoun à plusieurs occasions, notamment en ce qui concerne le recours au Parlement au sujet de la formation du gouvernement", a affirmé la présidence.

Elle explique ensuite que "le chef de l'Etat estime que le droit de désigner un Premier ministre a été accordé aux députés par la Constitution via les consultations parlementaires contraignantes (article 53 alinéa 2). En conséquence, et si l'impossibilité de former un gouvernement persiste, il est naturel que le chef de l'Etat mette cette question entre les mains du Parlement afin qu'il agisse en conséquence".

Saad Hariri n'a toujours pas réussi à former son gouvernement depuis qu'il a été désigné en mai dernier au lendemain des élections législatives. Le dernier obstacle en date est celui de l'inclusion d'un ministre sunnite proche du Hezbollah et du régime syrien de Bachar el-Assad, une demande catégoriquement refusée par M. Hariri.

Le ministre sortant des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre (CPL, fondé par Michel Aoun) Gebran Bassil, mandaté par le chef de l'Etat pour tenter de trouver un compromis, a récemment avancé l’idée, soutenue par le président de la Chambre, Nabih Berry, d’élargir à 32 la formule d’un cabinet de trente ministres.

À la faveur de la nouvelle formule, un ministre alaouite (qui serait inclus sur la part du Premier ministre) et un autre représentant les minorités pourraient être associés à la future équipe ministérielle, de sorte à ce que la participation d’un sunnite prosyrien ne vienne pas réduire en nombre la part réservée au Premier ministre désigné.

Selon certains médias, une rencontre qui a eu lieu hier entre M. Bassil et le Premier ministre désigné s'est mal passée.


(Lire aussi : Le Hezbollah appelle à la formation d’un gouvernement « sans tarder »)


"Inacceptable"

Dans un communiqué publié par le bureau de presse de M. Hariri, une source proche du Premier ministre désigné a rappelé que celui-ci "assume ses responsabilité et a déployé tous ses efforts afin de former un gouvernement qui regroupe toutes les composantes politiques du pays". "La mouture (présentée par Saad Hariri) a été avalisée par le chef de l'Etat et la plupart des formations politiques concernées, avant qu'elle ne soit bloquée après des appels à accorder un poste ministériel à un bloc parlementaire constitué dans la dernière ligne droite du processus", affirme cette source, en référence aux députés sunnites pro-Hezbollah.

Elle rappelle que Saad Hariri était "prêt à former un gouvernement avec les force politiques qui ont répondu présent", en dénonçant les "tentatives de rejeter la responsabilité sur le Premier ministre désigné".

Par ailleurs, la source proche de Saad Hariri a fait savoir que celui-ci "préfère travailler sur une mouture à 30 ministres", et que la proposition d’élargir l'équipe à 32 ministres "ne correspond pas à la manière habituelle de former les gouvernements".

"Remettre cette proposition sur la table afin de justifier la représentation des six députés (sunnites) en créant un précédent dans la formation des gouvernements est inacceptable, et le Premier ministre désigné a clairement fait savoir qu'il s'y opposait", ajoute la source.

Enfin, cette source a fait savoir que "personne ne conteste le droit du président de la République d'adresser une lettre au Parlement. Il s'agit d'une prérogative indiscutable, tout comme on ne devrait pas porter atteinte aux prérogatives du Premier ministre désigné en lui imposant de nouveaux usages en contradiction avec la Constitution et le Pacte national". La source rappelle toutefois que "la coopération entre le président de la République et le Premier ministre a permis de revaloriser les institutions étatiques. (...) Le succès du mandat (du président Aoun) est un succès pour tous les Libanais".

Dans la soirée, le ministre de la Justice, Salim Jreissati, a souligné qu'"avoir recours au Parlement est en accord avec le régime parlementaire et démocratique libanais, le Parlement n'étant pas une simple autorité formelle". "La Chambre peut prendre des décisions et formuler des recommandations, elle est la première concernée par la question de la formation du gouvernement", a-t-il ajouté. M. Jreissati a appelé les détracteurs de la décision du président de s'adresser à la Chambre à "arrêter de se cacher derrière la Constitution". 


Lire aussi

Un cabinet de 32 mort-né ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Pourquoi faire? Alors qu'il lui suffit d'apposer sa signature au bas de la liste de 30 présentée par Hariri et sur laquelle il était tombé d'accord avec son Premier Ministre, avant l'intervention du Hezbollah.

Wlek Sanferlou

Si Aoun montre Hariri la porte ce serait comme un malade qui renvoie son médecin parce qu'il s'abandonne à sa maladie...
Si ça se fait alors on se dira Paix pour ton âme cher Liban

ACE-AN-NAS

J'ai un très grand défaut je l'admet.

C'est ma mémoire qui n'oublie pas facilement.

Me rappeler des commentaires qui prédisaient la destruction du hezb de la résistance depuis 2006 , la fin de Bachar al Assad le héros depuis 2011 et le plus important c'est me rappeler quand on disait que le Phare Aoun n'allait jamais être président de la république, avec un pari à la clef que s'il le devenait un jour "on" arreterait de commenter.

On attend de voir tenir cette promesse.

Tony BASSILA

M. Hariri est dans ses droits. Ses rivaux du 8 Mars veulent sa tête et envisagent déjà, avec l'accord du Président Aoun, de le remplacer s'il continue de rejeter les exigences de dernière heure du Hezbollah. Pourquoi le Hezbollah et leurs alliés de Amal monopolisent à eux deux la totalité de la représentation chiite du futur gouvernement, et pas Hariri pour les Sunnites ? L'intérêt du pays exige la formation rapide d'un gouvernement acceptable par une majorité du parlement. Les rivalités politiciennes qui continuent depuis 6 mois sont regrettables et irresponsables, pour le moins qu'on puisse dire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE QUEL MANDAT DE SUCCES PARLE-T-ON ? EST-CE DE CELUI DU PRESIDENT AUTO-DECLARE -FORT- ET QUI FAIBLEMENT NE PEUT RIEN DECIDER ET IMPOSER ? QUI SE DECLARE SOLIDAIRE DE LA MOUTURE PRESENTEE PAR LE P.M. ET QUI LA RENIE QUELQUES JOURS APRES SOUS LA PRESSION DES PRETENDUS DIVINS ?

Gebran Eid

LE SUCCÈS DU MANDAT (DU PRÉSIDENT AOUN) EST UN SUCCÈS POUR TOUS LES LIBANAIS, MERCENAIRES IRANIENS OUI. MAIS POUR LES LIBANAIS TOUT COUR,
CEUX QUI N'ONT PU PARTIR À L'ÉTRANGER, FAUTE DE MOYEN, VISA OU AUTRE, C'EST UNE DESTRUCTION MATÉRIELLE TOTALE ET DÉFINITIVE pour ces gens là.

Bery tus

Même pas en rêve lol

ACE-AN-NAS

ET AU DIABLE LES GRINCHEUX !!!!!!!!! On l'aura notre gouvernement .

Irene Said

"...le succès du mandat Aoun est un succès pour tout le Liban..."

Quel succès, s'il vous plaît ???

Irène Saïd

ACE-AN-NAS

Le succès du mandat (du président Aoun) est un succès pour tous les Libanais".


HEUREUSEMENT QU'ON T'A PHARE AOUN COMMANDANTE KHENERAL ! QUE DIEU TE GARDE ET VA PARLER AU PARLEMENT . DIRE TOUT CE QUE TU AS DANS LA TETE ET L'ESPRIT , IL N'EN SORTIRA QUE DE BONNES CHOSES POUR L'AVENIR DU PAYS LIBRE ET FORT .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué