X

À La Une

"Aucun" doute que MBS "a ordonné" le meurtre de Khashoggi, selon des sénateurs américains

Arabie saoudite

"Je pense qu'il est complice du meurtre au plus haut niveau possible", ajoute un allié de Donald Trump au Sénat.

OLJ/AFP
04/12/2018

Des sénateurs républicains américains ont affirmé mardi, après avoir été informés à huis clos des conclusions de la CIA, n'avoir "aucun doute" sur le fait que le prince héritier saoudien avait "ordonné" le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Cette position contredit directement le président américain Donald Trump, qui avait déclaré que le service de renseignement n'avait "rien trouvé d'absolument certain".

"Je n'ai aucun doute sur le fait que le prince héritier" saoudien Mohammad ben Salmane, surnommé MBS, "a ordonné le meurtre et a été maintenu au courant de la situation tout le long", a déclaré à des journalistes Bob Corker en sortant d'une réunion avec Gina Haspel, directrice de la CIA.

Chef de la puissante commission des Affaires étrangères, M. Corker a affirmé n'avoir pas entendu au cours de la réunion, qui a duré environ une heure, l'enregistrement audio de l'assassinat de Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul, en octobre. "Je pense qu'il (MBS) est complice du meurtre de M. Khashoggi au plus haut niveau possible", a ajouté Lindsey Graham, pourtant un allié de Donald Trump au Sénat. Plusieurs sénateurs démocrates se sont également dits "convaincus" par le briefing de la CIA.

Journaliste critique du pouvoir saoudien, M. Khashoggi vivait depuis 2017 aux Etats-Unis, où il collaborait pour le Washington Post. MM. Corker et Graham ont reconnu l'importance de l'Arabie saoudite pour les Etats-Unis, notamment face à l'Iran. Mais aucun n'est prêt pour autant à fermer les yeux. "L'Arabie saoudite est un allié stratégique et cette relation vaut la peine d'être sauvée, mais pas à tout prix", a martelé Lindsey Graham. "Notre position dans le monde et notre sécurité nationale seront plus affectées si nous ignorons MBS que si nous nous occupons de lui".

Mohammad ben Salmane "est fou, il est dangereux, et il a mis cette relation en danger" car il n'est pas "fiable", a-t-il également lancé.



(Lire aussi :  Macron à MBS : "Je suis inquiet (...) Vous ne m'écoutez jamais")


Vote incertain sur le Yémen

Quelques sénateurs seulement avaient été conviés à cette rencontre avec Gina Haspel, parmi lesquels les chefs républicain et démocrate du Sénat, ainsi que les responsables des commissions liées aux questions de sécurité. La réunion était très attendue par les parlementaires, qui s'étaient indignés la semaine dernière lorsque la directrice de la CIA n'avait pas répondu à leur invitation.

Les sénateurs avaient alors riposté avec un sévère coup de semonce en direction de Riyad, passant outre la position de la Maison Blanche. Une résolution pour cesser tout soutien militaire à l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen avait franchi avec une nette majorité, le 28 décembre, un premier vote au Sénat. Mais son approbation définitive reste incertaine, et dépendra notamment des actions de l'administration Trump face aux dirigeants saoudiens.

Il serait plus simple que le gouvernement "s'exprime directement" que de trouver un texte de consensus, a souligné Bob Corker. "La loi est un objet tranchant qu'il est beaucoup plus difficile d'équilibrer parfaitement, mais c'est ce que nous devons faire puisque l'administration n'a pas, jusqu'à maintenant, adressé la question de façon appropriée".

Le sénateur républicain, qui quittera le Sénat début janvier, réserve encore son vote sur la résolution concernant le Yémen. Comme lui, plusieurs élus préféreraient un texte se centrant uniquement sur le rôle de Riyad dans le meurtre de Jamal Khashoggi. Les sénateurs travaillent encore à l'élaboration d'un texte qui rassemblerait un plus grand consensus, a-t-il précisé. Plusieurs autres textes circulent, notamment la proposition d'un gel des ventes d'armes à Riyad.

Selon plusieurs médias américains, la CIA estime que l'assassinat a été commandité par le prince héritier saoudien. L'agence aurait comme preuve un échange de messages avec un proche conseiller supervisant l'opération, Saoud al-Qahtani, dans les heures précédant et suivant le meurtre.

Donald Trump n'a pas exclu que Mohammad ben Salmane ait été au courant du meurtre, mais il répète que "les Etats-Unis entendent rester un partenaire inébranlable de l'Arabie saoudite". Après une rencontre avec les mêmes sénateurs américains, le 28 novembre, son secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, avait affirmé que le rapport de la CIA ne contenait "aucun élément direct liant le prince héritier à l'ordre de tuer Jamal Khashoggi".




Lire aussi

La CIA aurait appris l'existence de messages renforçant les soupçons sur le rôle de MBS dans la mort de Khashoggi

Trump et Mohammad ben Salmane au centre de toutes les attentions

Affaire Khashoggi : le Canada impose des sanctions contre 17 Saoudiens

MBS tente de sauver la face avant le G20

Trump a l'intention de "fermer les yeux" sur le meurtre de Khashoggi, selon Ankara

Affaire Khashoggi : "possible" rencontre entre Erdogan et MBS

À Riyad, des membres de la famille royale tournent le dos à MBS

Malgré les critiques, Trump veut rester un « partenaire indéfectible » de Riyad


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Amère Ri(s)que et péril.

Croire que la cia fait ce tapage par esprit de Moralité ou de probité c'est comme demander à un macro de condamner la prostitution.

Il pourra condamner une prostituée parce quelle ne lui sert plus a rien ou parce qu'il sent quelle est sur le point de le trahir peut être, mais pas à cause de ses actions.

On est pas né de la dernière pluie.

Bery tus

haha les USA souffle le chaud et le froid sur MBS … alors ou est la verite !?!

Amère Ri(s)que et péril.

Vouloir faire payer l'héritier à cause des sourires coupables qu'il a fait à Poutine.

Scie de Damocles.

Bustros Mitri

Clair !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AUCUN DOUTE SANS DOUTE... MAIS OU SONT LES PREUVES TANGIBLES OU LES CONFESSIONS ? MBS PASSE LE CAP ! ET ERDO ET SES COMPARSES BEDDON I BALLETOUL BAHR...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants