G20

Macron à MBS : "Je suis inquiet (...) Vous ne m'écoutez jamais"

Premier tête-à-tête entre les deux hommes depuis l'annonce de la disparition du journaliste dans le consulat saoudien à Istanbul.

Emmanuel Macron et le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, à Buenos Aires, le 30 novembre 2018. AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD

Emmanuel Macron a eu une courte discussion vendredi en aparté avec le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, avec lequel il a évoqué l'affaire Khashoggi et le Yémen, selon l'Elysée, un aparté dont la vidéo était très commentée sur Twitter.



A l'issue d'une réunion au premier jour du G20 avec ses homologues européens, Emmanuel Macron "s'est rendu dans l'espace d'accueil de tous les chefs d'Etat. Il a vu Mohammad ben Salmane et a souhaité aller au devant de lui pour le voir et avoir une discussion très franche et ferme avec lui", ont rapporté les conseillers du chef de l'Etat français. "Deux points ont été évoqués, la volonté des Européens sur l'affaire Kashoggi d'associer des experts internationaux à l'enquête en cours et la nécessité d'une solution politique au Yémen".

Emmanuel Macron a également "évoqué le sujet du prix du pétrole et du rôle que l'Arabie Saoudite a à jouer dans son évolution".


(Lire aussi : Les principaux dirigeants, dans quel contexte arrivent-ils au sommet du G20 ?)


Divers médias ont répercuté sur Twitter une vidéo de quelques minutes de cet entretien, dont la source originale restait pour l'heure indéterminée. Le directeur de cabinet de "MBS", Bader al Asaker, a republié la vidéo sur son compte suivi par 1,3 millions de personnes.

On y voit un "MBS" à l'expression plutôt neutre, qui lâche à un moment un petit rire lorsqu'il aperçoit la caméra. Et un Emmanuel Macron plutôt tendu.

Plusieurs journalistes de l'AFP ont pu distinguer des bribes du dialogue en anglais, couvert par le bruit ambiant et des annonces au haut-parleur des organisateurs du sommet, mais sans pouvoir dire à quoi exactement ces paroles font référence.

"Ne vous inquiétez pas", dit le prince. "Je suis inquiet", répond Emmanuel Macron.

"Vous ne m'écoutez jamais", lance aussi le président français. "Bien sûr que j'écouterai", rétorque le prince héritier saoudien.

La présidence française, ne disposant pas elle-même d'un meilleur enregistrement de la conversation, précise qu'"aucun autre échange n'est prévu".

C'est le premier tête-à-tête entre les deux hommes depuis l'annonce de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul. C'est aussi la première grande sortie du prince héritier saoudien depuis l'assassinat de ce critique du régime, qu'il est soupçonné, voire accusé, d'avoir commandité.

A l'opposé de cet échange en apparence plutôt froid, des images tournées au début du sommet du G20, et devenues elles aussi rapidement virales, montrent des retrouvailles particulièrement chaleureuses entre le Saoudien et le président russe Vladimir Poutine.


Lire aussi

Trump-Poutine, l'impossible rapprochement

Interrogations après une grave panne dans l'avion d'Angela Merkel

MBS tente de sauver la face avant le G20


Emmanuel Macron a eu une courte discussion vendredi en aparté avec le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, avec lequel il a évoqué l'affaire Khashoggi et le Yémen, selon l'Elysée, un aparté dont la vidéo était très commentée sur Twitter.


commentaires (2)

Macron est inquiet devant un tel comportement d’autiste . Mais malheureusement ça n’est pas le seul autiste au moyen orient.

L’azuréen

00 h 03, le 02 décembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Macron est inquiet devant un tel comportement d’autiste . Mais malheureusement ça n’est pas le seul autiste au moyen orient.

    L’azuréen

    00 h 03, le 02 décembre 2018

  • Macron aime pourtant les machos et virils arabes. "Vous ne m'écoutez pas" lui dit il ? Mais qui vous écoute donc ? Et pour quel intérêt le ferait on ? La France ne représente plus rien sur l'international. Son alignement aveugle sur les usa/sio l' ont neutralisé .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 35, le 01 décembre 2018