X

À La Une

Affaire Khashoggi : "possible" rencontre entre Erdogan et MBS

Arabie Saoudite

Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir martèle qu'exiger le départ du prince héritier Mohammad ben Salmane reviendrait à franchir une "ligne rouge".

OLJ/AFP
22/11/2018

Le président Recep Tayyip Erdogan et le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammad ben Salmane pourraient se rencontrer la semaine prochaine pour la première fois depuis le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, a affirmé jeudi un haut responsable turc.
Cité par l'agence de presse étatique Anadolu, le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a indiqué qu'une telle rencontre pourrait avoir lieu en marge du sommet du G20 prévu en fin de semaine prochaine en Argentine. "Nous sommes en train de regarder le programme. Cela est possible", a déclaré M. Kalin, selon des propos rapportés par l'agence Anadolu.

Jamal Khashoggi, un éditorialiste saoudien critique de Riyad qui résidait aux Etats-Unis et écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre dans le consulat général d'Arabie à Istanbul , où il s'était rendu pour des raisons administratives.
Ce meurtre a provoqué une onde de choc mondiale et considérablement terni l'image de l'Arabie saoudite, notamment celle du prince héritier Mohammad ben Salmane, dit "MBS".
Si M. Erdogan n'a jamais ouvertement mis en cause MBS, il a affirmé que l'ordre de tuer le journaliste émanait des "plus hauts niveaux" de l'Etat saoudien, tout en écartant la responsabilité du père octogénaire du prince héritier, le roi Salmane.

La télévision saoudienne al-Arabiya a annoncé cette semaine que le prince Mohammad assisterait au G20 qui se tiendra du 30 novembre au 1er décembre en Argentine, son premier voyage à l'étranger depuis le meurtre.
L'annonce d'une possible rencontre entre M. Erdogan et MBS survient alors que le président américain Donald Trump a indiqué mardi qu'il ne remettrait pas en cause l'alliance stratégique en vigueur entre Washington et Riyad depuis plus de 70 ans.


(Lire aussi : Malgré les critiques, Trump veut rester un « partenaire indéfectible » de Riyad


MBS, une "ligne rouge"
Nombre d'observateurs, ainsi que des responsables turcs et américains, estiment que le meurtre de Jamal Khashoggi n'a pas pu se produire sans l'aval ou la connaissance du prince héritier, qui tient les principaux leviers du pouvoir dans la monarchie pétrolière.
L'or noir est d'ailleurs l'un des principaux arguments avancés par M. Trump, avec les ventes d'armes et la volonté de contenir l'influence de l'Iran, pour justifier son intention de ne pas rompre l'alliance avec Riyad même si MBS était derrière le meurtre de Khashoggi. 

Si besoin était, le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir a martelé qu'exiger le départ du prince héritier MBS reviendrait à franchir une "ligne rouge", dans une interview diffusée jeudi par la BBC.


Selon Ankara, Khashoggi a été délibérément attiré dans le consulat saoudien à Istanbul pour y être tué par suffocation puis démembré suivant un plan méthodiquement planifié.

Après avoir dans un premier temps nié la disparition de Khashoggi, Riyad a fini par reconnaître sous la pression internationale qu'il avait été tué dans l'enceinte de sa représentation à Istanbul lors d'une opération "non autorisée".
Tout en dédouanant le prince héritier, la justice saoudienne a annoncé la semaine dernière qu'elle allait demander la peine de mort contre cinq des 21 suspects détenus dans le cadre de l'enquête officielle de Riyad.


"Vraies responsabilités" 
La Turquie a toutefois mis en doute jeudi la sincérité de l'enquête saoudienne, son ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu appelant à "mettre au jour les vraies responsabilités".
"Nous avons constamment accepté les propositions de collaboration avec l'Arabie saoudite. Cependant, si leur objectif est seulement de prendre nos informations et de refermer ce dossier, alors ce n'est pas correct", a déclaré M. Cavusoglu.
"A ce jour, nous n'avons pu obtenir aucun élément de la part du procureur général saoudien", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Ankara avec le Commissaire européen à l'élargissement Johannes Hahn et la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Cette dernière a estimé que "ceux qui sont responsables, vraiment responsables, de ce terrible meurtre (devaient) rendre des comptes".
Depuis le début de l'affaire, les pays européens ont réagi en ordre dispersé. Emboîtant le pas à l'Allemagne, le Danemark a annoncé jeudi la suspension de ses ventes d'armes à l'Arabie saoudite, dans l'espoir que cette décision impulse "un élan supplémentaire".


Lire aussi

Affaire Khashoggi : Riyad dément les conclusions de la CIA sur l'implication de MBS

Affaire Khashoggi : à Riyad, des princes du royaume tournent le dos à MBS

Stéphane Lacroix : L’Arabie saoudite est passée d’un autoritarisme mou à un autoritarisme arabe classique

Christine Ockrent : Je n’imagine pas le roi Salmane dire « ah, je me suis trompé de fils ! »

Un frère du roi, critique de MBS, rentre à Riyad

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Un beau match cette rencontre.

Lequel des 2 aura à son palmarès le plus de sang sur les mains.

Bery tus

Hahahahaha erdo veut rencontrer MBS .... à la bonne heure ... IL SAIT TRÈS BIEN QUE C EST PAS MBS QUI A ORDINNER L ASSASSINAT PAS PARCE QUE L
AMÉRIQUE EN A DÉCIDER AINSI MAIS PARCE QU IL SAIT QUE SON MENSONGE ET CES ACCUSATIONS DEMANDER PAR CERTAINS ARRIVE À LA FIN DU FIL .... comme on dit chez nous habbel el kezzeb Assir

Sarkis Serge Tateossian

Effendi veut rencontrer MBS ... Maintenant ?

En effet MBS doit se méfier de celui-ci
Il viendra à son rdv avec micro et "montre intelligente" de fabrication turque pour le piéger...

Allez un petit sourire effendi

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ATTENTION MBS ! PAS DE CONFIANCE EN CELUI-LA...

Irene Said

Le problème...c'est que l'Arabie Séoudite, dès le début de cette affaire du meurtre de Jamal Khashoggi a tellement menti, dissimulé et changé de versions, que l'on ne peut plus la croire !

Et probablement la vraie vérité n'apparaître jamais, pour raisons de business et de bénéfices juteux !

On oublie Allah, la religion et même la vraie justice...pour sauver une ou deux personnes "responsables" de ce pays !

Irène Saïd


LeRougeEtLeNoir

Mettre des lignes rouges ' à priori ' est un peu en soit un aveu. Qahtani, n' aurait jamais mis ce plan diabolique en oeuvre, sans la participation, l' assentiment , les directives, de son maître...
Une enquete ne vise pas quelqu' un , à priori, mais doit se dérouler sans contraintes, et mener là ou elle doit mener. Il faut en accepter les conclusions. Personne ne doit etre au-dessus de la justice, et one en sait quelque chose au Liban...Quand la pelote de laine à été entièrement defile, on voit ce qui pend à son bout...

L’azuréen

L’Arabie utilise ses fusibles. Ok mais pendant combien de temps ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,Y A QUE LE -DEMOCRATE- ERDO (SIC) CHAMPION DES PURGES AVEC DES CENTAINES DE JOURNALISTES ET DES JUGES ET DES MILLIERS DE PROFESSEURS D,UNIVERSITE ET D,AUTRES DANS SES GEOLES QUI S,ACHARNE POLITIQUEMENT A REVER D,AVOIR LA TETE DE MBS. LIGNE ROUGE COMME DIT AL JUBEIR...
OU SONT LES OCCIDENTAUX ET LEURS ONGS QUI CRIENT POUR LE MEURTRE D,UNE PERSONNE, BIEN QUE CE MEURTRE SOIT ABJECT ET BARBARE, POUR CONDAMNER ERDO LE MINI SULTAN POUR SES PRATIQUES BARBARES ?

VIRAGE CONTRÔLÉ

Il n'a pas un cheveu sur la langue. Ni ailleurs non plus pour un arabe c'est rare.

VIRAGE CONTRÔLÉ

Le voilà qu'il Parle après avoir entendu le clown américain soutenir son boss.

Pour un glabre arabe on peut dire qu'il n'a pas un cheveu sur la langue.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants