X

Liban

Gouvernement : les attaques contre Hariri mobilisent sa base

Gouvernement

Bassil évoque encore et toujours de nouvelles idées pour dénouer la crise.

28/11/2018

Pour la première fois depuis le début du long processus cahoteux de formation du gouvernement, la tension sunnito-chiite, latente depuis le début, commence ces jours derniers à se matérialiser dans la rue. Au lendemain de la brève fermeture de l’autoroute du Sud au niveau de Naamé et Jiyé (Chouf), lundi soir, suite aux attaques lancées par l’ancien ministre prosyrien Wi’am Wahhab contre le Premier ministre désigné, Saad Hariri, des manifestants ont tenté hier, à plusieurs reprises, de couper des artères dans Beyrouth même, entre le quartier de Qasqas et Tarik Jdidé, toujours dans le cadre d’une protestation contre les atteintes visant le chef du gouvernement désigné. Pour un œil averti, le timing de la guerre verbale déclenchée par M. Wahhab n’est certainement pas anodin, encore moins dénué de messages qui, de l’avis de nombreuses observateurs, sont « en provenance de l’extérieur » et liés, bien sûr, au fameux « noeud sunnite » qui, sous la direction du Hezbollah, retarde la mise sur pied du cabinet. Survenue à un moment où le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, poursuit ses efforts pour tenter de débloquer la crise provoquée par les députés sunnites anti-haririens qui insistent pour se faire représenter au sein du prochain gouvernement, le lynchage médiatique orchestré par M. Wahhab – connu pour répercuter en priorité le point de vue du régime syrien – ne saurait être compris autrement que sous l’angle des pressions ultimes exercées, directement ou indirectement, par le camp du 8 Mars et, par extension, du camp irano-syrien, pour tenter d’exploiter le processus gouvernemental libanais dans le bras de fer opposant principalement Téhéran à l’Occident, et notamment aux États-Unis.

Ayant choisi de l’attaquer sur des questions personnelles plutôt que politiques liées à la formation du gouvernement – Wi’am Wahhab s’en est pris au Premier ministre l’accusant de tremper dans la corruption et d’œuvrer à « piller le pays ».

Des propos qui ont été considérés par ses partisans comme infâmants, provoquant la colère dans la rue sunnite pro-haririenne. De l’avis d’une source du 8 Mars qui a requis l’anonymat, « la Syrie chercherait ainsi à faire son come-back sur la scène libanaise par messages interposés adressés au Premier ministre ». Selon cette source, l’attaque menée contre le Premier ministre « serait notamment une réaction syrienne au refus de M. Hariri de saluer (le jour des cérémonies officielles de la fête de l’Indépendance le 22 novembre dernier) l’ambassadeur syrien venu à Baabda pour les vœux ».

Cette source, qui écarte la possibilité que M. Wahhab ait été poussé par le Hezbollah, soutient le principe que le parti chiite « n’a aucun intérêt aux mobilisations de la rue, mais a tout intérêt à ce que le gouvernement se mette en place ». Pour preuve, poursuit la source, « Hassan Nasrallah a clairement affirmé, lors d’une réunion interne du haut commandement du parti, que la priorité doit être désormais accordée à la stabilité sur la scène intérieure, maintenant que la situation en Syrie est sous contrôle ».


(Lire aussi : Les sans-gilets, l'éditorial de Issa Goraieb)


S’il n’est pas encore clair dans quelle mesure le message syrien est en symbiose avec celui du Hezbollah, il n’en reste pas moins vrai que le silence observé par le parti chiite après les propos de M. Wahhab en dit long sur l’intérêt qu’il tire d’une nouvelle pression exercée sur le Premier ministre, sans qu’il n’en soit nécessairement l’instigateur. « Le Hezbollah aurait très bien pu faire taire M. Wahhab s’il le voulait réellement », commente une source proche du courant du Futur, qui tient à rappeler que les récentes déclarations de l’ancien ministre ne sont pas nouvelles même si elles se sont intensifiées ces derniers jours, comprendre qu’elles ne sont pas nécessairement liées à « l’incident » de Baabda.

Pour Karim Bitar, politologue, le coup de gueule de M. Wahhab « est à prendre au sérieux ». « Au-delà de ses excès, ses propos reflètent très souvent une tendance de fond, à savoir que l’impasse gouvernementale dépasse de loin les questions de rivalités internes ». Le problème aurait été réglé « en un clin d’œil s’il y avait un modus vivendi entre les puissances régionales qui continuent à se livrer à des guerres par procuration au Liban », commente M. Bitar.

En soirée, le bloc parlementaire du courant du Futur a répondu aux détracteurs de M. Hariri. « Ces atteintes (contre Saad Hariri) s’inscrivent dans le cadre de campagnes connues par les Libanais depuis le milieu des années 1990 et qui émanent de cerveaux malades qui veulent éradiquer la famille Hariri du paysage politique libanais », a estimé le bloc à l’issue de sa réunion hebdomadaire.

Wi’am Wahhab, qui est clairement visé par le communiqué du bloc du Futur, n’a pas tardé à répondre : « Vous êtes les porte-voix de location, et Saad Hariri est votre porte-voix, mais il est muet », a-t-il lancé.


(Lire aussi : Aoun prend l’initiative en vue d’un déblocage du nœud sunnite)


La médiation de Bassil
Toutefois, pour une source proche du Futur, les incidents récurrents dans la rue sunnite « ne sont rien d’autre qu’un simple défouloir qui fera long feu ».

En attendant que la colère se tasse, la médiation entamée il y a quelque temps par M. Bassil s’est poursuivie hier sur la base d’une formule ambiguë consistant en deux négations qui se résument comme suit :

Il s’agit de rejeter à la fois « tout veto contre le droit de quiconque de participer au gouvernement s’il le mérite » et « toute injonction contraire à la volonté du Premier ministre ».

Ce serait l’équation dont seraient convenus M. Bassil avec le chef du Parlement, Nabih Berry, avec lequel il s’est entretenu hier à Aïn el-Tiné. Le chef du CPL a présenté au président de la Chambre trois idées pouvant aboutir à une solution et dont la teneur est restée confidentielle. C’est ce qui fera dire à une source proche du courant du Futur que dans les milieux haririens, « on n’arrive toujours pas à comprendre quelles sont exactement les propositions de M. Bassil, qui se confine à ce jour à des généralités ».

La source nuance cependant les informations de presse selon lesquelles M. Hariri aurait « refusé » de recevoir les six députés sunnites qui réclament de se réunir avec lui depuis le début de la crise, soulignant que le Premier ministre « n’a pas officiellement exprimé ce refus. La porte est encore entrouverte », souligne la source.

M. Bassil, qui a rappelé hier encore que la crise n’est pas liée à des considérations régionales, a souligné par la même occasion que le CPL ne faisait pas partie du problème qui empêche la naissance du gouvernement et qu’il ne fait qu’intercéder auprès des parties concernées, c’est-à-dire M. Hariri et les députés sunnites qui lui sont opposés.


Lire aussi
Geagea propose à Aoun et Hariri de former un cabinet avec les ministrables déjà proposés

Gouvernement : la quadrature du cercle

Le cadeau du Hezbollah pour Noël... un cabinet ?

Gouvernement : la médiation de Bassil menacée d’enlisement

Nœud sunnite : Bassil renvoie la balle dans le camp de Hariri

Gouvernement : entre « invention de blocages » et crispations communautaires, l’horizon reste bouché

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Un ministère de technocrates et basta comme on dit en Italien. Il y a eu en 20011 en Italie

Pierre Hadjigeorgiou

Le Hezbollah a poussé le Liban au bord du précipice. Le pays s'avance peu a peu vers une nouvelle guerre interne qui ouvrira la boite de Pandore que tous regretteront tous amèrement. Plus le temps passe plus la situation devient difficile a géré et c'est exactement ce que veux le parti de Dieu. Le peuple étant en colère contre ses dirigeants les rends vulnérables, et si le parti prend des mesures miliciennes, choses que je vois venir a pas de géants, la réaction ne sera pas extrêmement difficile a gérer mais plus ou moins gérable. Il y a eu beaucoup trop de concession faite pour éviter cette situation et la fut l'erreur de Hariri et compagnie. Il fallait garder la pression en 2005 comme en 2008, en 2009 etc... Mais la menace de guerre et les assassinats leur a enlevé le courage de dire non. Maintenant nous sommes dans un état pire qu'il y a 10 ou 13 ans et toujours aux abords de la guerre... Qu'a-t-on gagne de s’être déculotté pour rien? Mr. Hariri, il est temps de se ressaisir avant que cela ne soit trop tard. Présentez votre gouvernement et laissez le président et le parlement se prononcer. S'il est refusé, alors un renouveau de la révolution des Cèdres se doit d’être formé et la pression doit être retourné contre le Hezbollah. Le raz de marais doit se refaire et au plus vite pour les forcer tous a accepter votre proposition.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU LIEU D,ATTAQUES LE PAYS A BESOIN D,ENTENTE ET DE LEGALITE !

FAKHOURI

“Avoir peur, c'est mourir mille fois, c'est pire que la mort.”
de Stefan Zweig
Extrait de Clarissa

ON DIT QUOI ?

En dépit de toute considération confessionnelle ou communautaire, je dirai que le fait d'inclure des dissidents sunnites,pourraient faire jurisprudence et pousser les dissidents de chaque parti établi à s'imposer lors de prochaines élections.

La résistance du hezb libanais aura déclenché un processus démocratique en plus et se trouvera pris à son propre piège.

Il faut savoir raison gardé l'avenir du Liban est en jeu les enfants. On joue sur du velours.

Zovighian Michel

Les manœuvres du trio President-Bassil-Hezbollah devraient inciter les FL à retirer leur concession pour quatre ministres au lieu de cinq (sinon six selon l’accord de Meerab). Ceci ferait perdre à Bassil la minorité de blocage car il passerait de onze à dix ministres. Ceci ferait plaisir à Berri et renforcerait la position de Hariri.

Bassil est entrain de dire que les promesses faites par le Président à Hariri ne tiennent plus. Hariri devrait donc développer une approche “package deal” qui lui permettra de s’approprier le tiers de blocage.

LA VERITE

UN MINISTERE DE TECHNOCRATES ET FOUTEZ A LA PORTE TOUS CES POLITICIENS
DEUX CRITERES : LA COMPETENCE ET L'HONNENETE

AU DIABLE LES CRITERES DE RELIGIONS ET LES RESULTATS DES ELECTIONS CAR LE PEUPLE A ELU DES DEPUTES POUR LEGIFERER PAS POUR ETRE MINISTRE( EXECUTIF )

UNE FOIS LE MINISTERE FORME QUE LES DEPUTES PRENNENT LEUR RESPONSABILITE ET VOTE LA CONFIANCE OU PAS.
ON SAURA QUI SABORDE LE PAYS ET QUI LUI VEUT DU BIEN

SUFFIT MR LE PRESIDENT ET MR LE PREMIER MINISTRE DESIGNE DE PERDRE DU TEMPS .NOUS ALLONS A LA CATASTROPHE SI VOUS CONTINUEZ A ESSAYER DE CONCILIER
L'INCONSILIABLE

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants