Rechercher
Rechercher

Liban - Inondations à Ramlet el-Baïda

Des responsables de l’Eden Bay et de l’Office des eaux de Beyrouth interrogés

Le procureur général près la Cour de cassation, le juge Samir Hammoud, a entendu hier Riad el-Assaad, architecte et activiste politique, dans le cadre de l’enquête menée sur l’affaire de l’inondation de Ramlet el-Baïda, survenue vendredi dernier. Avant et après l’audition, M. Assaad a énuméré les noms des personnes qu’il estime impliquées dans l’affaire, que ce soit au niveau du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), de la municipalité de Beyrouth, de l’Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban, du projet de l’Eden Bay, l’hôtel controversé construit sur le front de mer au sud de la capitale, ou encore de l’entrepreneur en charge des travaux.

Le juge Hammoud a également entendu hier des responsables de l’Eden Bay et de l’Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban. Il doit entendre prochainement des responsables de la municipalité de Beyrouth.

Par ailleurs, les députés du Hezbollah ont appelé « les ministères, les administrations, les institutions publiques et les officiels à assumer leurs responsabilités conformément aux normes, en cette période d’expédition des affaires courantes ». Dans un communiqué publié à l’issue de la rencontre hebdomadaire du groupe parlementaire, ils ont affirmé qu’ils « demanderont des comptes à ces parties en cas de négligence vis-à-vis du pays et des citoyens ».

Se penchant sur l’affaire de Ramlet el-Baïda, les députés du Hezbollah ont dénoncé les inondations survenues, soulignant que « la négligence des autorités concernées ne les justifient pas ». Ils ont enfin appelé à sanctionner les responsables.

Rappelons que l’inondation a été provoquée par l’obstruction d’une bouche d’égout majeure avec du béton brut, vraisemblablement pour arrêter le flux d’eaux usées vers le projet controversé de l’Eden Bay. Samedi, le mohafez de Beyrouth, le juge Ziad Chbib, avait accusé la municipalité de Ghobeyri (dans la banlieue sud), les promoteurs de l’hôtel et le Conseil du développement et de la reconstruction d’avoir scellé ces canalisations. Le lendemain, le procureur général près la Cour de cassation, le juge Samir Hammoud, avait ordonné à la police judiciaire d’ouvrir une enquête.


Lire aussi

Ramlet el-Baïda : les députés de Beyrouth annoncent une plainte en justice « contre inconnu »

Ramlet el-Baïda : l’inondation qui fait resurgir les conflits enfouis

Les Libanais pris en étau entre les embouteillages et les eaux d’égouts



Le procureur général près la Cour de cassation, le juge Samir Hammoud, a entendu hier Riad el-Assaad, architecte et activiste politique, dans le cadre de l’enquête menée sur l’affaire de l’inondation de Ramlet el-Baïda, survenue vendredi dernier. Avant et après l’audition, M. Assaad a énuméré les noms des personnes qu’il estime impliquées dans l’affaire, que ce soit au...

commentaires (3)

en tte sincerite , l'affaire DEVRA prendre de TRES longs mois d'enquetes juridiques - meme tres serieuses- et risque d'aboutir a etre toujours a la recherche de "personnes" impliquees etc.... pourtant pourtant( 2 fois ) prouver sa volonte de bien viser et de frapper est tres simple : demettre ILLICO de leurs fonctions qqs belles tetes d'affiches politiquo-municipales , qui d'ailleurs ont elles memes ouvert le bal a responsabiliser "l'autre" , toujours l'autre . pas grave si pr le moment ce serait anticonstitutionnel - ns n'en sommes pas a 1 manquement pres a la constitution . je veux donner pr exemple C ghosn, qui est(nul n'oserait me contredire) un personnage au poids 1 millions de fois plus important que ces gens la de chez nous

gaby sioufi

10 h 31, le 22 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • en tte sincerite , l'affaire DEVRA prendre de TRES longs mois d'enquetes juridiques - meme tres serieuses- et risque d'aboutir a etre toujours a la recherche de "personnes" impliquees etc.... pourtant pourtant( 2 fois ) prouver sa volonte de bien viser et de frapper est tres simple : demettre ILLICO de leurs fonctions qqs belles tetes d'affiches politiquo-municipales , qui d'ailleurs ont elles memes ouvert le bal a responsabiliser "l'autre" , toujours l'autre . pas grave si pr le moment ce serait anticonstitutionnel - ns n'en sommes pas a 1 manquement pres a la constitution . je veux donner pr exemple C ghosn, qui est(nul n'oserait me contredire) un personnage au poids 1 millions de fois plus important que ces gens la de chez nous

    gaby sioufi

    10 h 31, le 22 novembre 2018

  • PUISQU,IL Y A DES FAITS, IL EST FACILE DE TROUVER LES RESPONSABLES ET DE LES PUNIR !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 21, le 22 novembre 2018

  • Allez, tout le monde s’excite, accuse, questionne, veut des sanctions, parlent de négligence vis à vis du pays et des citoyens (non, mais qui parle!), fait semblant d’ être scandalisé... Très bien: mes pronostics: il va y avoir des accusations mutuelles, chacun mettant la responsabilité sur l’autre et on va finir par trouver un pauvre bouc émissaire qu’on sanctionne pour la forme et voilà, le tour est réglé et on n’en parle plus. Business as usual! Au prochain scandale!

    Saliba Nouhad

    02 h 37, le 22 novembre 2018

Retour en haut