X

À La Une

Bassil annonce un projet de loi durcissant les conditions d'entrée et de travail des étrangers au Liban

conférence de presse

"Nous avons choisi de proposer cette loi à l'occasion de la fête de l'Indépendance car elle est liée à la souveraineté du Liban", déclare le ministre sortant des AE et chef du CPL.

OLJ
21/11/2018

Le ministre libanais sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a annoncé mercredi que le Courant patriotique libre qu'il dirige avait présenté un projet de loi visant à durcir la réglementation existante en matière d'entrée, de séjour et de travail des étrangers au Liban, notamment les réfugiés syriens, prévoyant en particulier l'expulsion immédiate des personnes en situation irrégulière.

Lors d'une conférence de presse, M. Bassil a indiqué qu'il annonçait ce projet de loi, soumis mercredi, à l'occasion de la fête de l'Indépendance du Liban. Le chef du CPL a précisé que ce projet de loi vise à "faire la distinction entre les cas d'entrée illégale d'étrangers au Liban et ceux dont le titre de séjour a expiré, de sorte à sauvegarder la souveraineté du Liban, en barrant la voie aux tentatives d'infiltration qui sont une forme de crime organisé".

Il a souligné que "l'une des modifications les plus importantes prévues dans cette proposition de loi est le fait d'accorder à l'Etat libanais le droit d'expulser immédiatement les étrangers à la frontière ou sur le territoire libanais entrés de manière illégale et qui constituent un danger pour la sécurité et la sûreté générale", alors qu'ils doivent pour le moment être emprisonnés en attendant leur expulsion.

Gebran Bassil a en outre fait savoir que le texte présenté proposera des peines de prison et des amendes entre trois et sept millions de livres libanaises contre les Libanais qui embaucheraient illégalement des étrangers.

"Notre proposition de loi permet d'allier souveraineté et humanisme et reflète notre pensée humaniste et souveraine", s'est défendu M. Bassil. "Nous avons choisi de proposer cette loi à l'occasion de la fête de l'Indépendance car elle est liée à la souveraineté du Liban et parce qu'il fallait apporter des modifications à la loi de 1962 qui porte sur l'entrée et le séjour des étrangers au Liban car cette loi est dépassée", a expliqué le ministre sortant.


(Lire aussi : Le pape remercie le Liban pour "pour son généreux accueil" des déplacés)


Gebran Bassil et le Courant patriotique libre qu'il dirige ont fait de la présence massive de réfugiés syriens au Liban leur cheval de bataille et appellent à un retour des réfugiés syriens chez eux sans attendre une solution politique au conflit qui ravage la Syrie depuis 2011, contrairement à l'avis de la communauté internationale qui affirment que les conditions, notamment sécuritaires, d'un tel retour, ne sont toujours pas réunies.


Le Liban accueille quelque 1,3 million de réfugiés syriens ayant fui le conflit qui ravage leur pays depuis 2011, selon le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim. Selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR), un peu plus de 970.000 y sont enregistrés. Depuis janvier 2015, le Liban a drastiquement durci les conditions d'entrée des Syriens dans le pays.

Fin septembre, le général Ibrahim avait affirmé à l’agence Reuters que 50.000 Syriens avaient pu regagner leur pays depuis le début de l’année, estimant qu’à ce rythme, le nombre de rapatriements pourrait atteindre 200.000 d’ici à un an.


Pour mémoire
Au Liban, la grogne monte face à la concurrence des commerces syriens

Le FMI reconnaît un réel impact des réfugiés sur le marché du travail

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

1 seule et unique solution ; pas d'autres options ni lois inutiles :
APPLIQUER -AVEC PENALITES TRES TRES SEVERES LA LOI DU TRAVAIL DES ETRANGERS- EN ANNULANT CELLE # 85 (recente? ),
penalites applicable aux LIBANAIS faisant travailler illegalement les etrangers- en 1er aux ediles de la nation & dans leurs propres business .

sinon .......

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué