X

À La Une

Joseph Aoun à la troupe : Restez vigilants le long de la frontière avec Israël

Liban

Le commandant en chef de l'armée, le chef de l'Etat, le Premier ministre désigné et le président de la Chambre ont inauguré une statue en mémoire de l'Indépendance.

OLJ
21/11/2018

Le commandant en chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun, a appelé les militaires mercredi, à la veille de la fête de l'Indépendance du pays, à "rester en alerte" face à Israël et à être préparés à d'éventuelles répercussions de la situation régionale sur le pays. 

"La situation brumeuse dans la région toute entière, à l'ombre de grands développements attendus, aura sans nul doute des répercussions sur notre pays", a lancé le général Aoun dans son ordre du jour à la troupe. "Restez vigilants pour faire face à tous les défis (...) restez en alerte le long de la frontière-sud (entre le Liban et Israël, NDLR) afin de déjouer les plans et menaces de l'ennemi israélien et ses tentatives de prendre le contrôle d'une partie de notre territoire et de nos ressources pétrolières", a-t-il ajouté. Il a appelé les militaires à "poursuivre leur mission et défendre leur terre et leur peuple, en coopération avec la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul)".

La Finul, qui compte actuellement 11 400 soldats, avait été établie en 1978 par le Conseil de sécurité de l'ONU pour confirmer le retrait des troupes israéliennes du sud du Liban. Après la guerre de l’été 2006, opposant Israël au Hezbollah, elle a été chargée par le Conseil de contrôler la cessation des hostilités. Le 30 août dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU avait renouvelé son mandat pour une année supplémentaire, sans en changer les prérogatives, malgré les demandes insistantes des Etats-Unis et d'Israël qui souhaitaient que les soldats de l'ONU puissent mener des perquisitions afin de découvrir les caches d’armes du Hezbollah et les démanteler.

"Rien n'est plus grand que votre résilience et votre capacité à faire face à cet ennemi et à dénoncer ses violations et ses intentions agressives", a ajouté Joseph Aoun. Il a encore souligné "connaître le désir des militaires de libérer les fermes de Chebaa et les collines de Kfarchouba et de poursuivre leur déploiement dans la partie nord de la localité occupée de Ghajar".
En 2000, Israël a effectué un retrait unilatéral du Liban-Sud qu'il occupait depuis 1978, mais les hameaux de Chebaa et les fermes de Kfarchouba, secteurs revendiqués par le Liban, restent occupés.

Les tensions entre Israël et le Liban se sont accrues depuis que l'Etat hébreu a commencé à construire un mur à la frontière séparant les deux pays. Les autorités libanaises ont exprimé à plusieurs reprises leur opposition, estimant que 13 points litigieux, sur lesquels Israël compte édifier ce mur, se trouvent en territoire libanais. Les 13 points frontaliers sont historiquement revendiqués par le Liban. Israël revendique également une parti du bloc 9 de la Zone économique exclusive (ZEE) du Liban qui a lancé le processus d'exploitation des ressources en hydrocarbures offshore. Ce litige découle du fait que l’Etat hébreu a décidé en 2011 d’officialiser sa Zone économique exclusive en empiétant d’environ 850 km² sur celle déclarée un an plus tôt par Beyrouth à l’ONU (totalisant 22 730 km²).

Autre sujet de tension, les accusations émises, fin septembre, par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, sur la présence de missiles du Hezbollah aux alentours de l'aéroport international de Beyrouth. Des accusations démenties par le président Aoun à plusieurs reprises.



(Lire aussi : Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza, le décryptage de Scarlett Haddad)


Lutte contre le terrorisme
Le général Aoun a en outre salué les efforts menés par l'armée dans la lutte contre le terrorisme, rappelant la bataille lancée en août 2017 contre les jihadistes qui étaient installés dans les hauteurs (le "jurd") de Ras Baalbeck et Qaa, deux localités de la Békaa proches de la frontière syrienne. "Vous avez expulsé les terroristes et éloigné le danger qu'ils représentaient et maintenant, vous avez pu vous déployer le long des frontières nord et est du Liban afin d'empêcher l'infiltration de groupes terroristes, a-t-il souligné. La stabilité sécuritaire qui prévaut actuellement à l'intérieur du pays est le résultat de vos actions continues pour débusquer les cellules terroristes et les démanteler", a-t-il poursuivi. 

Fin juillet 2017, le Hezbollah avait lancé la bataille du jurd de Ersal contre les jihadistes du Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda). A l'issue des combats, le parti chiite avait réussi à déloger les jihadistes des zones qu'ils contrôlaient, et avait conclu un accord pour qu'ils soient évacués du Liban. Le 19 août 2017, c'était au tour de l'armée libanaise de lancer l'opération "Aube des jurds" à l'issue de laquelle elle était parvenue à chasser les jihadistes du groupe État islamique (EI) qui sévissaient sur les hauteurs des villages chrétiens de Ras Baalbeck et Qaa.

Le commandant en chef a affirmé qu'"il n'y a aucune place au Liban pour ceux qui mettent en péril la sécurité, et l'armée est déterminée à protéger le citoyen des malveillances de ces criminels et du fléau que représentent les drogues, qui menacent notre société".
Au cours des derniers mois, l'armée a mené plusieurs opérations contre des réseaux de narcotrafiquants. Fin juillet, une descente de l'armée libanaise dans le quartier de Hammoudiyé, à Brital, dans la Békaa, avait éradiqué le réseau mené par Ali Zeid Ismaïl, surnommé l'Escobar local. Huit personnes, dont ce baron de la drogue, avaient été tuées durant l'opération. 

Le commandant en chef de l'armée s'est ensuite joint au ministère de la Défense au chef de l'Etat, Michel Aoun, au Premier ministre désigné, Saad Hariri, et au président de la Chambre, Nabih Berry, pour une cérémonie au cours de laquelle a été inaugurée une statue en mémoire de l'Indépendance.
A cette occasion, Joseph Aoun s'est adressé dans un discours au président de la République. "Votre mandat doit assumer de lourdes responsabilités", a-t-il déclaré. "Malgré toutes les pressions sur notre Etat, il est parvenu à s'imposer comme un modèle social développé", a-t-il souligné.

En cours de journée, des gerbes de fleurs ont par ailleurs été déposées par différentes personnalités politiques sur les tombes des anciens présidents de la République.


Lire aussi

Aoun condamne à nouveau les accusations d’Israël

Aoun dénonce les agissements israéliens visant à "créer des tensions au Liban-Sud"

Liban-Sud: manœuvres d'envergure de l'armée israélienne à Chebaa

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

"il n'y a aucune place au Liban pour ceux qui mettent en péril la sécurité, et l'armée est déterminée à protéger le citoyen des malveillances de ces criminels et du fléau que représentent les drogues, qui menacent notre société". Jolie déclaration, pourra-t-il cependant nous débarrasse du Hezbollah lorsque le moment viendra?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET DE L,AUTRE COTE D,OU NOUS VIENNENT TOUS LES MALHEURS ? 3ALA ALLAH ?

ACE-AN-NAS

Bravo au général Jo Aoun de mettre en garde la troupe aussi bien contre les bactéries wahabites éradiqués du Liban et des usurpateurs de terre , réduits au silence depuis 2000 , 2006 et récemment à Gaza.

LE LIBAN NOUVEAU , FORT ET INDÉPENDANT EN MARCHE .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué