Liban

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Décryptage
20/11/2018

Il y a près de deux mois, les dirigeants israéliens, Benjamin Netanyahu en tête, menaient une campagne sans précédent contre le Hezbollah en l’accusant d’avoir installé des missiles en plein quartier résidentiel dans la banlieue sud de Beyrouth et le long de la route de l’aéroport. Le Premier ministre israélien avait même exhibé à la tribune des Nations unies des photos aériennes des prétendus missiles. Le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil avait immédiatement réagi en organisant une tournée pour les diplomates étrangers accrédités au Liban sur les sites supposés abriter les missiles du Hezbollah. Cette diplomatie agressive, tout à fait inédite, avait marqué les esprits, certains considérant qu’elle a été efficace, d’autres qu’il s’agit plus d’une démarche théâtrale que d’une véritable preuve que les allégations de Netanyahu sont fausses. Après cette initiative, les habitants de la banlieue sud ont reçu des SMS en provenance d’Israël pour les alerter sur des caches de missiles dans les rues de leurs quartiers. Le secrétaire général du Hezbollah avait alors pris la parole pour dénoncer la guerre psychologique israélienne contre les habitants de la banlieue sud et tous ceux qui appuient la résistance. Malgré cela, « l’affaire des missiles du Hezbollah » a continué à faire son effet. Comme s’il s’agissait de préparer le terrain à une agression israélienne pour détruire ces missiles.

Pour compléter le tableau, et en marge des négociations pour la formation du gouvernement, des rumeurs de plus en plus précises ont commencé à circuler sur l’imminence d’une attaque israélienne prochaine contre les missiles du Hezbollah. Des émissaires occidentaux sont même venus au Liban pour alerter les responsables du pays sur le fait que les menaces israéliennes devraient être prises au sérieux.


(Repère : Invasions, offensives... : retour sur les opérations israéliennes contre le Liban depuis 1978)


De fait, les responsables libanais n’ont pas pris ces déclarations à la légère. Ils estiment que la volonté israélienne de frapper le Hezbollah est une constante. Par conséquent, ils sont convaincus que les Israéliens seraient prêts à saisir la moindre occasion pour agir, faisant fi comme d’habitude des règles internationales. Mais malgré tout, ils n’étaient pas très inquiets. D’abord, le Liban considère que depuis la chute d’un avion russe à Lattaquié en septembre, dont la responsabilité a été attribuée aux Israéliens, les Russes ont adressé à ces derniers un message ferme consistant à leur interdire d’utiliser l’espace aérien syrien sans leur autorisation. En même temps, ils ont remis à l’armée syrienne des missiles S-300, considérés comme un système de défense antiaérien efficace. Or, une partie de l’espace aérien libanais est couverte par ces missiles désormais entre les mains de l’armée syrienne. Par conséquent, en envoyant ses avions pour bombarder les positions du Hezbollah, Israël devrait éviter la zone contrôlée par les Russes et par l’armée syrienne. De plus, si une attaque devait avoir lieu, le Liban pourrait aussi demander aux autorités russes d’étendre leur influence au-dessus de l’espace aérien libanais, chose que les Américains veulent éviter à tout prix. Dans ce contexte, il apparaît donc que les développements de la guerre en Syrie ont considérablement modifié les rapports de forces régionaux, et l’espace aérien libano-syrien qui jusque-là était contrôlé par les Américains et leurs alliés israéliens est désormais en grande partie sous le contrôle de l’aviation et des radars russes. Ce qui limite la liberté d’action israélienne. D’ailleurs, depuis l’incident de la chute de l’avion russe à Lattaquié, les avions israéliens n’ont plus mené de raid en Syrie, alors qu’auparavant, ils en effectuaient régulièrement, visant même directement des positions iraniennes ou prétendues telles.

Pour cette raison, les responsables libanais sont restés prudents face aux messages qui leur ont été transmis. En même temps, ils ont mené des contacts régionaux et étrangers pour tenter à la fois d’en savoir plus et d’obtenir un appui à la protection du Liban et une condamnation de toute tentative de le déstabiliser.

Toutefois, un événement s’est produit récemment et a poussé les dirigeants libanais à se sentir plus rassurés. La miniconfrontation qui a récemment opposé les Israéliens à la résistance palestinienne à Gaza a montré les limites des menaces israéliennes. Pour la première fois dans l’histoire du conflit palestino-israélien, et alors que le contexte arabe était plutôt favorable aux Israéliens – dans le sens où les dirigeants des pays du Golfe et les autres pays arabes étaient trop occupés par leurs propres problèmes pour songer à aider les Palestiniens –, ceux-ci se sont empressés d’accepter une trêve après 48 heures de bombardements réciproques. Dans le cadre de cette confrontation, les Israéliens ont reçu un grand coup en découvrant que non seulement les Palestiniens disposent désormais de missiles plus sophistiqués qu’ils ne le prévoyaient, mais de plus, le fameux bouclier d’acier destiné à protéger le territoire israélien de l’impact des missiles ennemis n’a eu qu’une efficacité limitée de près de 25 %. Si dans la petite bande de Gaza, soumise à un blocus depuis des années, alors que les satellites israéliens et américains surveillent son espace aérien en permanence, les Israéliens n’ont pas pu porter un coup déterminant à la résistance palestinienne, comment dans ce cas pourraient-ils le faire contre le Hezbollah au Liban ?

Le dernier épisode militaire à Gaza a de plus provoqué une crise ministérielle en Israël. Certes, les Israéliens pourraient malgré tout décider de lancer une attaque contre le Liban dans une sorte de fuite en avant et afin de détourner l’attention de leur population de ce qui s’est passé à Gaza, mais ils savent que les menaces de riposte proférées par le secrétaire général du Hezbollah ne sont pas des paroles en l’air.



Lire aussi

Aoun : Les accusations israéliennes sur la présence de missiles du Hezbollah près de l'AIB sont fausses

Aoun dénonce les agissements israéliens visant à "créer des tensions au Liban-Sud"

Transfert d'armes au Hezbollah : simples allégations ou véritables menaces ?

En dépit des menaces israéliennes, Baabda ne croit pas à une nouvelle guerre contre le Libanle décryptage de Scarlett Haddad

Aoun : Le Liban fera face à toute agression israélienne

Après les accusations de Netanyahu contre le Hezbollah, « les Libanais entre le marteau et l’enclume »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

N est. Pas intelligent celui qui croit tout savoir ou se pense instruit ... l intelligent est celui qui demande a savoir et qui sait qu il ne connaît pas tout

A bon liseur salue

Le Faucon Pèlerin

"Les menaces israéliennes contre le Liban..."
Chère Scarlett : Le disque est trop usé, changez-le par un autre sur un thème plus crédible afin que l'on continue à vous lire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR MOI... C,EST DU N,IMPORTE QUOI !
ET MAINTENANT PUBLIEZ SVP.

ACE-AN-NAS

Plutôt que de demander à la résistance d'attaquer, chose qu'elle fait à son rythme et avec succès depuis 2000 et 2006 , pourquoi ne pas demander aux usurpateurs qui eux ont l'habitude d'attaquer pour un oui ou un non , de le faire ?

Scarlett nous expose bien les nouvelles donnés des s300, des missiles du hezb libanais de la résistance, tout ce qui pour le moment dissuade l'usurpation de le faire .

AU GRAND DAM DES GRINCHEUX LOOSERS .

Bery tus

N’attaquent ils pas une fois pour toute et qu on en finisse une fois pour toute avec ces usurpateurs ?

ACE-AN-NAS

La résistance est intelligente et n'attaque pas comme le voudraient certains grincheux à qui je conseille de lire , la fable du lion et du moucheron de La fontaine.

S'instruire pousse à des conclusions moins énervées.

Le résistance l'emportera, parce quelle la emporte partout où elle a fait avec patience .

L'Algérie, le viet Nam, la Corée du Nord, l'Afghanistan, l'Irak, l'Iran, la France la Russie
Etc......

Bery tus

bon Alors dans ce cas pq les résistants n’attaques pas ?!? Pusiqu’ils prétendent défendre le droit des palestiniens et qu’ils ne les laisseront jamais tomber ... pq n’attaiseNot ils pas une fois pour toute ?!?

ACE-AN-NAS

500 roquettes et un missile kornet en moins de 48h , avec une précision jamais ressentie , un bus de militaires touché de plein fouet , et des colons dans les abris .

Une embuscade que Scarlett oublié de mentionner dans laquelle un officier israelien de haut rang est tué et 5 soldats dont l'usurpie ne dit rien sur leur sort .

Et on parle de Gaza , un réduit concentrationnaire surveillé depuis des décennies et bombardé à la moindre occase. Comment Gaza a t'elle pu retrouver des forces ?

Naftaline bênêtt a déclaré que depuis 2006 israel n'a plus gagné de guerre et que le problème était la motivation du côté usurpateur face à la détermination des résistants.

Quid donc du Liban si nathanmachinlà venait à commettre l'erreur de sa vie ? Leur dôme de fer s'est transformé en toile d'araignée.

Je le dis depuis que j'écris dans l'olj , seules les résistances ARMÉES PEUVENT FAIRE BASCULER LA CHARGE DE LA PEUR .

EN FACE CE NE SONT QU'UNE BANDE DE POLTRONS DÉMOTIVÉS , DEMANDEZ À CEUX QUI LES ONT AFFRONTÉ PENDANT PLUS DE 30 ANS MAINTENANT.

J'ai bien peur que peu de gens aient l'envie ou le désir de commenter ces paroles écrites de Scarlett, qui ne sont pas non plus des paroles en l'air .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué