Liban

En dépit des menaces israéliennes, Baabda ne croit pas à une nouvelle guerre contre le Liban

Décryptage
02/10/2018

En 2015, dans un entretien télévisé, le général Michel Aoun avait promis aux Libanais qu’ils auraient un président issu de leurs souffrances. Ils ont attendu deux ans et demi après la fin du mandat de Michel Sleiman pour l’avoir, mais le long calvaire n’est pas terminé. Aujourd’hui, ils sont en quelque sorte en train de payer pour leur attachement à leurs droits, à leur souveraineté et à leurs principes, tels qu’ils ont été définis dans le dernier discours du chef de l’État à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies. Devant les délégations présentes dans la salle, le président Aoun a lancé un appel à la conscience des dirigeants du monde pour leur rappeler que « du jour au lendemain, tout un peuple s’est retrouvé sans identité, sans patrie. Que chacun de nous imagine un instant qu’une telle résolution internationale, sur laquelle il n’a aucune emprise, le spolie de sa terre et de son identité. Telle est aujourd’hui la situation du peuple palestinien... Qui peut garantir que les petits peuples, comme le peuple libanais, n’auraient pas à subir un tel sort ? » Le chef de l’État a aussi précisé que « l’impunité qui entoure la cause palestinienne a provoqué de nombreuses guerres au Moyen-Orient et engendré une résistance qui ne cessera pas avant d’éliminer l’iniquité et de faire régner la justice ». Ces propos jamais entendus auparavant sous la voûte du siège de l’Assemblée générale des Nations unies ont marqué les esprits et le président a reçu les félicitations de nombreux représentants d’États présents dans la salle. Mais depuis, les menaces israéliennes se sont multipliées, contre le Liban et en particulier contre son aéroport.


(Lire aussi : Netanyahu, Nasrallah et la distanciation, l'édito de Michel Touma)


Dans un style peu fréquent dans les échanges internationaux, les dirigeants israéliens ont apostrophé directement le ministre des Affaires étrangères et les passagers d’un avion de la MEA. Pour les proches de Baabda, en dépit de ces menaces, les risques de guerre restent limités. Selon les sources proches du palais présidentiel, il s’agit surtout d’une nouvelle tactique israélienne pour semer la panique chez les Libanais et jouer sur leurs divisions dans le but de soulever la question des armes du Hezbollah. D’ailleurs, la réaction du ministre des Affaires étrangères ne s’est pas fait attendre. Il a convoqué les ambassadeurs accrédités au Liban pour leur montrer, preuves à l’appui et sur le terrain, que les allégations de Benjamin Netanyahu et de ses collaborateurs sont dénuées de tout fondement. En tout cas, pour le Liban, le Hezbollah n’est pas un groupe terroriste. Il a joué un rôle primordial dans la libération du territoire de l’occupation israélienne et il bénéficie d’un large soutien populaire qui lui a permis d’avoir un bloc parlementaire important. Toutes ces manœuvres israéliennes seraient donc destinées à miser sur les divisions internes libanaises pour pousser une partie des Libanais à se révolter contre le Hezbollah. Mais selon les sources proches de Baabda, une telle tactique n’a aucune chance de se réaliser, les Libanais ayant appris à travers les expériences du passé que leur unité est leur plus grande force.

Les Israéliens mettent toutefois à profit les difficultés de former un gouvernement pour attiser les dissensions et raviver les peurs, mais selon les sources de Baabda, il faudra bien que le gouvernement soit formé un jour et il sera à la hauteur des attentes des Libanais. C’est justement pour cela que la formation prend du temps. Il semble en effet que les véritables causes du retard dans la formation du cabinet sont dues à la volonté de ceux qui veulent faire payer au Liban ses positions souveraines, pousser le chef de l’État à faire des concessions pour pouvoir par la suite, dans le cadre d’un gouvernement qui ressemblerait fort à l’actuel et qui ne respecterait pas les équilibres issus des dernières législatives, paralyser son action. Selon les visiteurs de Baabda, le président qui avait déclaré à la veille de son élection à la tête de l’État « Je ne veux plus que les chrétiens, et les Libanais en général, pleurent » ne peut pas accepter de laisser les influences extérieures détruire les espoirs et les aspirations des Libanais. Il laissera donc les choses prendre leur temps et il reste convaincu qu’en fin de compte, le gouvernement sera formé, de façon équitable et conforme au poids politique de chaque force.


(Lire aussi : Bassil en tournée avec des ambassadeurs sur les sites suspectés par Israël)


Selon ses proches, Aoun garde à portée de main le texte de la Constitution dont il lit et relit les articles pour trouver un moyen qui lui permettrait de faire bouger les choses au sujet de la formation du gouvernement. Tout en misant sur la bonne volonté du Premier ministre désigné, qui l’assure à chacun de leurs entretiens de son attachement au compromis présidentiel, Michel Aoun songerait à étudier la possibilité de pousser les députés qui ont désigné Saad Hariri pour la formation du gouvernement à retirer cette nomination, sachant que rien ne l’interdit dans la Constitution. Ce n’est toutefois encore qu’une hypothèse, car le chef de l’État se consacre actuellement à la préparation de son voyage à Erevan pour le sommet de la Francophonie, où il doit prononcer un discours et où une rencontre avec le président français Emmanuel Macron est probable. Ce voyage devrait être le dernier du président cette année, alors qu’en 2019, il s’agira de préparer le sommet économique arabe qui doit se tenir à Beyrouth. La capitale libanaise attend en effet de nombreux visiteurs de marque au cours du premier trimestre 2019 et, selon les visiteurs de Baabda, le pays devrait être à ce moment-là doté d’un gouvernement en fonction. Pour deux raisons : d’abord, ceux qui misent sur un changement de position du président devront renoncer à ce pari, et ensuite, les développements régionaux attendus ne seront pas en faveur de ceux qui croient à un effondrement de la République islamique d’Iran ou à un renversement de situation en Syrie, ou encore à une nouvelle attaque israélienne qui devrait modifier les rapports de force actuels...


Lire aussi
Les menaces israéliennes accéléreraient-elles la formation d’un gouvernement ?

La Russie met en garde Israël contre d'éventuelles frappes près de l'aéroport de Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hitti arlette

Il ya un moment natanyahu devait compter jusqu'à cent pour prendre la décision de venir guerroyer au Liban. Aujourd'hui le voisin ennemi aussi fanfaron soit-il , devra compter des centaines de fois et jusqu'à s'époumoner et perdre le souffle pour oser attaquer le Liban. En fait , et le mossad y aidant, le premier ministre israélien connait très bien l'étendu de notre nouveau potentiel militaire . Et pour conclure comme dit le proverbe : un homme averti en vaut plus que deux .

Wlek Sanferlou

« Je ne veux plus que les chrétiens, et les Libanais en général, pleurent »... Effectivement avec la presence dynamique de la Sainte triptyque : Aoun Bassil et Hassan, on peut donner congé de temps en temps a st Charbel et les autres saints pour qu'ils se reposent un peu sachant que le trio, continuellement victorieux est aux aguets!
.....

Le Faucon Pèlerin

Attention chère Scarlett, le Liban est très fragile qu'il faudrait manipuler doucement et surtout d'une manière extrêmement réfléchie. Le Liban n'appartient pas à une seule communauté mais à toutes les communautés. Le Liban n'est pas la Suisse mais la savane africaine. Toute décision maladroite prise par un responsable du haut jusqu'au bas de la pyramide pourrait provoquer une guerre civile qui boufferait le vert et le sec.
J'ai vécu personnellement toutes les péripéties qu'a traversées le Liban depuis 1936, je sais de quoi je parle.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SIX FORTS CHEVAUX TIRAIENT LE COCHE.
UNE MOUCHE SURVINT ET DES CHEVAUX S,APPROCHE.
....
ELLE S,EN ATTRIBUE UNIQUEMENT LA GLOIRE.
VA. VIENT. FAIT L,EMPRESSEE. IL SEMBLE QUE CE SOIT
UN SERGENT DE BATAILLE ALLANT EN CHAQUE ENDROIT
FAIRE AVANCER LES GENS ET HATER LA VICTOIRE.
....
J,AI TANT FAIT QUE NOS GENS SONT ENFIN DANS LA PLAINE.
ALLEZ, MES BONS MESSIEURS, PAYEZ-MOI DE MA PEINE !

INSPIRE DE LAFONTAINE

AIGLEPERçANT

C'est facile de s'en prendre à la personne du COMMANDANTE KHENERAL PHARE AOUN, mais n'est il pas plus juste de reconnaître que c'est l'homme de la situation , l'homme qui se tient face aux agressions à venir des prédateurs israéliens ?

Pourquoi faudrait il lui en vouloir pour ça ?

N'est on pas content en tant que libanais que jamais auparavant le Liban n'avait pu être à l'abri d'une expédition militaire des israéliens pour un oui ou un non ?

Scarlett est pragmatique et se place dans le réel, elle refuse de faire la politique du mouchoir pleureur.

Et ma foi, le Liban en a plus que les moyens de s'imposer à ces envahisseurs de tous poils.

Merci Madame . Continuez à nous rendre plus intelligents, c'est votre mission .

Rhéa m

Madama Haddad, comme beaucoup de Libanais/es je n'attends pas une declaration de Netanyahu pour m'opposer au project du parti de Dieu! votre fibre aouniste vous rend la vision floue et les pensees bien brouillees....

Irene Said

"...le président ne peut pas accepter de laisser les influences extérieures détruire les espoirs et les aspirations des Libanais..."

Et l'influence grandissante de Téhéran sur le Liban via le Hezbollah, Monsieur Michel Aoun, ça s'appelle comment ???

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS A UNE NOUVELLE GUERRE IMMINENTE... OUI ! MAIS PAS A UNE NOUVELLE GUERRE... NON !

gaby sioufi

LE SCOOP du siecle :

""Michel Aoun songerait à étudier la possibilité de pousser les députés qui ont désigné Saad Hariri pour la formation du gouvernement à retirer cette nomination, sachant QUE RIEN NE L'INTERDIT SANS LA CONSTITUTION ""

OHE OHE les constitucionalistas de TOUS BORDS, veuillez corriger votre copie de la constitution libanaise.

Zovighian Michel

Personne au Liban ne mise sur les scénarios que vous décrivez. Un changement de situation en Syrie est impensable aujourd'hui et si ceci serait plausible en Iran d'ici quelques années, se serait plutôt vers la fin du mandat du President Aoun. La formation du gouvernement est d'actualité soit dans le cadre d'un cycle de quelques mois.

Il ne faut pas faire des analyses où les données de base ne sont pas alignées et ne concordent pas. Pour comprendre pourquoi on n'arrive pas à former un gouvernement, il va falloir chercher en dehors des hypothèses que vous suggérer.

Je ne pense pas que le Hizbullah soit un parti terroriste mais également j'espère ne pas subir un nouveau 8 Mai après le verdict du TSL.

Gebran Eid

D'APRÈS LES SOURCES CHEZ MADAME HADDAD, AOUN CHERCHE À ÉCARTER HARIRI, POUR FORMER AVEC UN PREMIER MINISTRE DE LEUR, UN GOUVERNEMENT MAJORITAIRE FORMÉ DE LA FAMILLE ET QUELQUES MEMBRES DE HEZBOLLAH. EN RÉALITÉ TOUT EST POSSIBLE. QUI VA OSER LEVER SA TÊTE, IL SERA IMMÉDIATEMENT ARRÊTÉ OU LIQUIDÉ PAR LE HEZBOLLAH. SAUVE QUI PEUT.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.