Liban

Pas un Liban-message, mais un Liban-hôtel

en toute liberté
Fady NOUN | OLJ
10/11/2018

« De guerre en guerre (…), le Liban perd son identité et tout ce qui s’y rattache », a écrit jeudi dans sa chronique Impression ma consœur Fifi Abou Dib, à l’heure même où l’Assemblée des patriarches maronites, atterrée par le niveau de l’escalade verbale sur les réseaux sociaux et dans les médias, avertissait que « les mots peuvent être aussi mortels que les balles ».

Les Libanais ont-ils toujours la volonté de vivre ensemble ? Ne serions-nous pas entrés dans de nouvelles « guerres d’élimination » les uns des autres, prélude à de nouveaux déchirements barbares et à la disparition du Liban ?

Car voilà que, après avoir entendu le chef de l’État affirmer que les sunnites indépendants ne sont pas suffisamment représentatifs, numériquement, pour avoir droit à un portefeuille ministériel, un homme de parti se dresse non pour proposer, mais pour exiger que le président de la République et le Premier ministre désigné se dédisent et le leur accordent. Qui donc gouverne cette hydre à deux têtes qu’est l’État libanais ?

Du reste, le principe de la distanciation que nous avons adopté pour nous défendre des axes régionaux n’est-il pas encore une forme de ce double non, de ces deux négations qui ne suffisent pas à faire une nation, sans une contrepartie affirmative ? Ce que nous ne voulons pas être ne suffit pas à nous définir ; il faut dire aussi ce que nous sommes et voulons. Qui donc en a la volonté ?

Car voyez le Hezbollah cultivant la différence de toute une communauté, dans la droite ligne du projet israélien d’effritement du Moyen-Orient en entités ethnico-

religieuses, cultivant l’allégeance transnationale de la communauté chiite, au détriment de son identité et de son enracinement libanais, comme l’aurait voulu cheikh Mohammad Mehdi Chamseddine. Voyez-le implantant ses missiles et déterminant, de ce fait, les orientations de notre politique nationale, en matière de défense et d’affaires étrangères, en lieu et place de ceux que nous avons élus pour le faire. Voyez l’État libanais morcelé en cantons administratifs autonomes. Gardez l’œil sur les fortunes de vos élus.

Et ce que nous sommes, culturellement, ne vaut pas beaucoup mieux. Il n’y a qu’à voir l’état de notre enseignement scolaire et universitaire pour constater que plusieurs projets de Liban sont en train de pousser, de se côtoyer et de s’ignorer ; il n’y a qu’à voir l’état des universités catholiques ou orthodoxes se disputant une masse étudiante en lambeaux. Avec un livre d’histoire absent et une histoire contemporaine du Liban qu’il est interdit d’enseigner à l’école, qu’est-ce que les Libanais, et les chrétiens du Liban en particulier, ont encore à offrir… sinon les projets de voyages d’études à l’étranger à leurs enfants ?

Le Liban-message est moribond. Bienvenue au Liban-hôtel où l’on réside tant que les identités d’emprunt qui nous plaisent davantage restent inaccessibles. Mais auquel nous tournerons le dos à la première occasion.

Plus grave que la récession, plus grave que l’effondrement de la monnaie dont on agite le spectre, est le désamour à l’égard de l’identité nationale qui gagne du terrain, et qui se nourrit de toutes nos exaspérations, dont celle qui vient des bouchons inextricables aux heures de pointe, et d’une route devenue une arène où s’épuisent nos nerfs.


Dans la même rubrique

La vérité et le dialogue des cultures

Le sel de l’identité

Le mufti et le pape

Chacun de nos combats aurait pu fonder une nation


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Pourquoi pas un hôtel California ?

Californication.

TROLL & PSEUDONYMES

M. Noun, qu’on ne se fait pas trop d’illusions. Tant que la convalescence des ""troubles du passé"" ne s’achève pas, tant que les mémoires (au pluriel) ne sont pas apaisées, point de salut !!! Nous sommes toujours en guerre, mais nous pouvons nous interroger…

TROLL & PSEUDONYMES


""Car voyez le Hezbollah cultivant la différence de toute une communauté, dans la droite ligne du projet israélien d’effritement du Moyen-Orient en entités ethnico-religieuses………""

Et un peu plus loin

""Voyez l’État libanais morcelé en cantons administratifs autonomes"".

Et qu’on ne vienne pas nous parler de ""vivre-ensemble"". Bref, ceci nous renvoie à d’autres querelles, qu’il n’est possible d’énumérer ICI… Quelle honte à la paix d’avoir des chefs de guerre, qui se maintiennent en place, pour assurer une fiction de ""transition démocratique"". Lors d’une récente table ronde à Paris, un éminent professeur de Sciences politiques, évoque le Liban en ces termes : ""l’absence d’Etat, c’est ce qui sauve le Liban. Voyez à quoi se heurtent ces associations…"" je cite de mémoire…
Quant à ""la ligne droite du projet israélien"", mais qui s’oppose encore aux plans d’Israël, dans les territoires occupés, ou ailleurs ? Contre tous les avis, il passe outre….

gaby sioufi

on se plaint , on craint l'armement illegal de hezb,
ses fusees stupides&/ou intelligentes mais on oublie un facteur Beaucoup Plus effrayant :
les ecoles du hezb, dans lesquelles sont scolarises des enfants des leur bas age,
ou ils subissent lavage de cerveau & intoxication,
directement lies aux doctrines du valu fakih.
Ce sont ceux la memes les generations hezbollahis futures, bien plus menacante pour notre societe que tout autre dangers militaires ou economiques.

Salim Dahdah

Le constat que vous évoquez est malheureusement, non seulement très juste mais surtout très inquiétant...!
Le processus suivi pour brouiller l'identité nationale afin de remettre en question quelque part, l'entité de ce pays et lui substituer peut-être une autre, procède en effet de méthodes utilisées dans les régimes politiques totalitaires et autoritaires. Ce qui est grave au Liban c'est qu'il provient uniquement d'un parti représentatif du tiers de la population, qui cherche à l'imposer par tous moyens à la nation toute entière...!
Si les autres décideurs politiques sont absents ou amorphes,ou est donc l'opinion publique???

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST DU BORDEL ET NON PLUS DE L,HOTEL ! VEUILLEZ M,EN EXCUSER.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.