X

À La Une

Le Hezbollah recrute d'anciens rebelles dans le Sud syrien, selon le WSJ

Dans la presse

Pour un expert, le Sud syrien et le Liban vont se retrouver "au cœur du prochain conflit" dans la région. 

OLJ
02/11/2018

Le Hezbollah paie des rebelles qui faisaient partie de milices soutenues jusqu'à l'an dernier par Washington pour qu'ils rejoignent ses rangs dans le Sud syrien, à la frontière avec Israël, et aurait recruté jusqu'à 2.000 nouveaux combattants, rapporte vendredi le Wall Street Journal. Selon le WSJ qui cite des militants et un ancien commandant rebelle, la plupart de ces nouvelles recrues du Hezbollah faisaient partie de milices financées, jusqu'à l'an dernier, par les Etats-Unis. Pour Israël, la présence de forces pro-iraniennes aussi près de sa frontière est une menace directe pour sa sécurité, ajoute le journal.


Fin juillet, après une longue offensive, le régime de Bachar el-Assad et ses alliés russe et du Hezbollah avaient repris des zones rebelles dans les provinces syriennes de Deraa et de Qouneitra (sud), à proximité immédiate de la partie du Golan occupée par l'Etat hébreu. Moscou avait ensuite annoncé que les forces iraniennes avaient retiré leurs armes lourdes à 85 km de la ligne de démarcation avec les hauteurs du Golan. 

"Il est illusoire de penser que la Russie cherche à pousser l'Iran à partir de Syrie, parce que les Russes ne peuvent pas compter uniquement sur l'armée syrienne", selon l'ancien commandant rebelle. 


(Lire aussi : « Le Hezbollah est capable d’entraîner le Liban dans une guerre », avertit Guterres)


Des garanties et un salaire
D'après l'ancien commandant rebelle, rejoindre le Hezbollah constitue pour ces anciens rebelles une garantie de ne pas être arrêtés par le régime syrien. Ils touchent en outre un salaire mensuel de 250$, ce qui est plus élevé que le salaire payé par l'armée syrienne. "Les combattants rebelles se sont sentis trahis par le retrait américain. Pour eux, le message était clair, on les incitait à rejoindre la Russie, le régime ou l'Iran", ajoute le responsable militaire. 

Toujours selon le WSJ, dans une nouvelle preuve de la pénétration de l'Iran dans le sud de la Syrie, Téhéran a établi fin octobre une branche d'une organisation religieuse chiite, al-Zahra, dans la province de Deraa.

Interrogé par le WSJ, Emile Hokayem, un expert de l'Institut international des études stratégiques souligne que "le Hezbollah et l'Iran ont compris que pour gagner la partie, ils doivent s'implanter et s'intégrer à l'économie et aux infrastructures locales". Il affirme que le Sud syrien et le Liban "vont se retrouver au cœur du prochain conflit" régional.


"Très déstabilisant"
Le recrutement par le Hezbollah de nouveaux combattants dans le sud de la Syrie est "très déstabilisant", selon l'envoyé américain en Syrie, Joel Rayburn. "L'idée que le Hezbollah étend sa présence à la frontière avec la Jordanie, près du Golan, et à la frontière israélienne, augmente les risques de conflit", a-t-il insisté, lors d'une conférence sur la sécurité régionale la semaine dernière à Manama (Bahreïn). 

Pour sa part, le porte-parole du Pentagone, le commandant Sean Robertson, s'est dit "au courant du fait que le régime et ses alliés recrutent d'anciens membres de l'opposition dans le contexte des accords de réconciliation conclus dans le sud de la Syrie", en référence aux accords selon lesquels les rebelles ont abandonné des territoires au régime lors des combats de juillet.

Ni le Pentagone ni le département d'Etat n'ont voulu commenter la question de l'arrêt du soutien financier américain aux groupes rebelles. Ni Israël ni le Hezbollah n'ont fait en outre de commentaire sur cette question de recrutement d'anciens rebelles.


Lire aussi

Aoun dénonce les agissements israéliens visant à "créer des tensions au Liban-Sud"

Livraison d'armes au Hezbollah via l'AIB : l'aviation civile dément des informations de Fox News


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

250 $ par mois de salaire pour des combattants...même pas au Liban pour "résister"...
D'où le parti divin prend-t-il cet argent, et pour quelles raisons ?
C'est pour cela qu'il insiste tant d'avoir le ministère de la santé ?
Irène Saïd

Tina Chamoun

Israel a peur et il a bien raison. Après des années à apeurer autour de lui sous un verni civilisé soi-disant vite écaillé d'ailleurs, ce n'est qu'un juste retour de baton. Ah autre chose c'est dans l'habitude des USA de lâcher leurs amiserviteurs quand ils n'en ont plus besoin. Avis à leurs fidèles chez nous!

Amère Ri(s)que

AH AU FAIT !

DITES NOUS POURQUOI DEPUIS LE 17 SEPTEMLBRE 2018 , PLUS AUCUN AVION DE L'USURPIE N'A ATTAQUE OU SURVOLE LA SYRIE DU HEROS BASHAR ?

C'EST BON LA ?, PLUS D'ARMES IRANIENNES NPR QUI TRANSITENT PAR LA SYRIE POUR LE COMPTE DU HEZB LIBANAIS DE LA RESISTANCE ??????????

J'AI DU MAL A LE CROIRE AVEC CES POLTRONS .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS SE PREPARENT POUR LA PROCHAINE ETAPE DE LA GUERRE DE SYRIE QUI EST LOIN D,ETRE FINIE !
PAUVRE LIBANAIS ! PAUVRE LIBAN !

Amère Ri(s)que

Du côté des résistants on ne dort pas , non plus .

REJOUISSANTE NOUVELLE SI ELLE S'AVERAIT VRAIE !

DES POLTRONS , JE VOUS LE DIS ET LE CONFIRME .

Remy Martin

$250 par mois pour 80kg de chair à canon, il n'y a pas à dire, c'est un bon deal. Ah, si le bétail pouvait seulement réfléchir ...

Jack Gardner

Le puit de combattants embobinés, stupides et aveugles s’épuise chez nous?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants