X

À La Une

Un Libano-Australien, qui aurait planifié un attentat contre un avion, condamné à mort en Irak pour appartenance à l'EI

terrorisme

Tarek Khayat est également jugé par le Tribunal militaire au Liban pour le projet d'attentat contre un appareil d'Etihad Airways effectuant la liaison Sydney-Abou Dhabi en juillet 2017.

OLJ
11/10/2018

Un islamiste libano-australien, soupçonné d'avoir tenté de faire exploser un avion de la compagnie aérienne émiratie Etihad Airways avec ses frères résidant à Sydney, en Australie, a été condamné à mort cette semaine en Irak pour son rôle au sein du groupe jihadiste Etat islamique à Raqqa, a rapporté jeudi la chaîne australienne ABC.

Selon ABC, Tarek Khayat, originaire de Tripoli et âgé de 48 ans, était un commandant de l'EI à Raqqa, l'ex-capitale de facto de l'EI en Syrie. Il a 10 jours pour faire appel de ce jugement. En avril dernier, la chaîne australienne avait déjà révélé que M. Khayat et un autre membre de sa famille, Ahmad Merhi, un homme de nationalité australienne soupçonné d'être membre du groupe jihadiste, étaient détenus en Irak.

Au Liban, Tarek Khayat, est jugé par contumace par le tribunal militaire, avec deux de ses frères Amer et Khaled ainsi qu'un neveu, Mohammad, accusés d'avoir fomenté un projet d'attentat à la bombe contre un vol Etihad au départ de Sydney à destination d'Abou Dhabi, le 15 juillet 2017. Lors de la dernière audience du procès, le 4 septembre dernier, Amer Khayat, a nié avoir joué un rôle dans la préparation de cet attentat. Il a déclaré que ses relations avec ses frères étaient très mauvaises, en raison de leurs comportements "malsains". Le procès doit se poursuivre le 12 février 2019.

En août 2017, le ministre libanais de l'Intérieur, Nohad Machnouk, avait affirmé que les services de renseignement des Forces de sécurité intérieure avaient contribué à déjouer, en coordination avec la police australienne, le projet d'attentat, qui avait été planifié pour le 15 juillet. Selon la police australienne, ce projet a avorté, l'engin n'ayant pas franchi l'étape de l'enregistrement des bagages et les suspects ont alors envisagé de mettre au point un engin "de dispersion chimique" et de commettre un attentat au gaz toxique. Cet attentat n'aurait pas forcément visé un avion mais un lieu fréquenté de manière générale. 

La presse australienne avait rapporté que les suspects possèdent la double nationalité australienne et libanaise.



Pour mémoire

Mort "probable" d'un jihadiste australien d'origine libanaise et deux de ses enfants à Raqqa

Canberra dans l'embarras face à cinq orphelins d'un jihadiste australien d'origine libanaise

La supplique d'une belle-mère de jihadiste australien d'origine libanaise

L’Australie promet la transparence et renforce sa sécurité



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN DE MOINS...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué