Liban

Entre conflit militaire et guerre psychologique

Décryptage
04/10/2018

Alors que les Libanais sont plongés dans leurs problèmes économiques et que la classe politique est occupée à régler ses comptes et alimenter les polémiques, le Liban a réussi à déjouer un plan israélien qui visait à mener contre lui une attaque rapide mais spectaculaire.

Selon une source de sécurité, les propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies ne s’inscrivaient pas dans une démarche banale. En exhibant des prétendues cartes sur les emplacements présumés de dépôts d’armes et d’une usine de fabrication de missiles appartenant au Hezbollah dans les régions voisines de l’aéroport international Rafic Hariri, le Premier ministre israélien voulait convaincre les représentants des pays membres de l’ONU qu’il était nécessaire de mettre un terme à l’expansion du Hezbollah dans une région résidentielle et à proximité de l’aéroport. Ses propos ont été suivis par des tweets du porte-parole de l’armée israélienne totalement inédits, dans lesquels ce dernier a directement apostrophé les Libanais, et en particulier des passagers d’un avion de ligne de la MEA pour leur demander de regarder en dessous d’eux, au sol, les installations militaires du Hezbollah. Il ne s’agissait donc pas d’une escalade verbale banale, mais bien d’un plan visant à menacer directement le Liban et les Libanais en vue de lancer une opération, même limitée.


(Lire aussi : La tournée des diplomates près de l’aéroport est « insuffisante », selon l’un d’eux)


C’est sans doute parce qu’il a pris au sérieux les menaces israéliennes que le Liban officiel a décidé de réagir. C’est ainsi que pour la première fois dans l’histoire de la diplomatie libanaise, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil a décidé d’emmener les ambassadeurs étrangers accrédités au Liban dans une tournée sur le terrain, dans les zones indiquées par Benjamin Netanyahu, notamment à Ouzaï, à la recherche des prétendues installations militaires du Hezbollah. L’initiative, courageuse et peu commune, de l’aveu du président de la Chambre Nabih Berry, pourtant peu enclin à rendre hommage au ministre Bassil, a eu un effet immédiat sur les diplomates étrangers en tournant en quelque sorte en ridicule les allégations des responsables israéliens. Certes, les plus sceptiques pourront toujours dire qu’une tournée de ce genre ne peut pas être suffisante pour prouver que le Hezbollah n’a pas installé des missiles dans ces quartiers résidentiels, mais le climat général des diplomates était en faveur des thèses libanaises et les grandes formations politiques ont salué l’initiative du ministre des AE. En inaugurant ce qui a été appelé « la diplomatie de terrain », il a porté un coup sérieux aux allégations israéliennes et montré la détermination du Liban à d’abord ne pas se laisser intimider, et ensuite à défendre ses positions. Cette démarche du ministre a été précédée de messages envoyés par le président de la République à New York, mais aussi à travers les échos rapportés par ses visiteurs, sur la détermination du Liban à répondre à toute agression israélienne contre son territoire.

Cette réaction ferme et rapide a, selon la source précitée, eu pour effet immédiat de calmer les ardeurs belliqueuses israéliennes et de pousser les responsables de l’État hébreu à réfléchir à deux fois avant de lancer une attaque contre le Liban.


(Lire aussi : Aoun : Le Liban fera face à toute agression israélienne)


À ces éléments internes libanais, il faut aussi ajouter, précise la source de sécurité, le rôle russe en Syrie et la livraison de missiles S-300 au régime de Damas. Ces missiles d’une portée d’environ 200 km, installés autour de la capitale syrienne, couvrent une partie de l’espace aérien libanais utilisée généralement par les avions israéliens pour bombarder des positions autour de Damas. Selon la même source, ces missiles seront opérationnels à partir du 20 octobre. Ils seront pour l’instant aux mains d’experts militaires russes, qui ont besoin de trois mois pour former les officiers syriens à leur maniement. Mais dans le contexte actuel, et après le raid israélien sur Lattaquié, qui a causé indirectement la chute d’un avion russe et la mort de son équipage formé de 15 militaires, les relations entre Moscou et Tel-Aviv sont tendues. Si les Israéliens devaient donc lancer un raid aérien contre le Liban, ils pourraient bien provoquer ainsi une réaction russe, même si le Liban ne fait pas une demande officielle en ce sens. De plus, toujours selon cette même source, face aux menaces de riposte libanaise, qu’elles soient officielles ou qu’elles proviennent du secrétaire général du Hezbollah dans son dernier discours, prononcé à l’occasion de la commémoration de la Achoura, les Israéliens savent qu’ils pourraient ainsi déclencher une nouvelle guerre avec son lot de mauvaises surprises pour l’intérieur israélien. Les militaires israéliens sont conscients du fait que, dans un tel contexte, ils ne peuvent pas lancer une attaque rapide contre le Liban et modifier les règles de la confrontation sans essuyer des revers même limités. C’est pourquoi, selon la source précitée, les menaces israéliennes ne devraient pas se concrétiser pour l’instant, même si avec les Israéliens, il faut toujours faire preuve de vigilance. Dès qu’ils sentiront qu’il y a une brèche au Liban, ils pourraient chercher à s’y engouffrer. S’ils continuent de lancer des menaces, c’est d’ailleurs pour chercher à monter les Libanais, et en particulier les habitants de la banlieue sud, contre le Hezbollah. À défaut d’une offensive militaire, c’est donc l’heure de la guerre psychologique. Mais cette fois, le Liban a montré qu’il savait lui aussi la mener.


Repère
Invasions, offensives... : retour sur les opérations israéliennes contre le Liban depuis 1978


Lire aussi
Bassil : Israël œuvre pour justifier une agression contre le Liban

Les menaces israéliennes accéléreraient-elles la formation d’un gouvernement ?

La Russie met en garde Israël contre d'éventuelles frappes près de l'aéroport de Beyrouth

Après les accusations de Netanyahu contre le Hezbollah, « les Libanais entre le marteau et l’enclume »

Missiles à proximité de l'AIB : le Hezbollah réagit aux accusations de Netanyahu

A l'ONU, Netanyahu accuse le Hezbollah de cacher des missiles près de l'aéroport de Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Guerre psychologique...peut être mais attention ils ont prouvé par le passé qu’ils savaient passer à l’action sans préavis , avec un armement des plus sophistiqué et un appui sans faille de la première puissance militaire. Donc il faut éviter les fanfaronnades inutiles et rester sur terre...

Hitti arlette

Quoiqu'il fasse notre ministre des AE fait l'objet de critiques gratuites auxquelles il reste indifférent ,puisque n'en démord pas.. Oui ,il énerve et dérange certains enragés de la politique qui critiquent rien que par jalousie ou par rivalité . Il dérange surtout une certaine classe politique fainéante , négative qui saisi chaque mouvement de Gebran Bassil pour l'attaquer même si au fond d'eux -mêmes ils en pensent le contraire .

Wlek Sanferlou

Les sources bien informées de Mme Haddad semblent ou bien être directo du Litani donc trop polluées pour être bonnes pour la consommation, ou bien que le décryptage sort d'une hiéroglyphe encore non décryptée et Mme Haddad rapporte des légendes de Antar fils de Chaddad et cousin par adoption du hezb.
En 1973 l'Egypte avait fait face a la puissance américaine a travers sa tête de pont, Israël et si ça se répète le hezb mais surtout tout le Liban, ce qui nous importe, et a cause du hezb et ses rêves psychédéliques, se trouvera dans la même situation que l'Egypte. Le Litani sera alors encore plus pollué, surtout en rouge, et le décryptage nous prendra des siècles avant d'apprendre a lire et marcher.
Alors félicitations pour ces élucubrations et bon décryptage chez vous.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE CE QU,ELLE REPAND SERA VOTRE RUINE.
DE LA NAITRONT ENGINS A VOUS ENVELOPPER,
ET LACETS POUR VOUS ATTRAPPER,
ENFIN MAINTE ET MAINTE MACHINE
QUI CAUSERA DANS LA SAISON
VOTRE MORT OU VOTRE PRISON :
GARE LA CAGE OU LE CHAUDRON !

LAFONTAINE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VICTOIRES DIVINES SUPPOSEES ET FICTIVES TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD NE PEUVENT CONVAINCRE ET N,EMOTIONNENT PLUS PERSONNE ! S,AGISSAIT-IL DE PLAN D,AGRESSION... DONT VOUS FUTES DIVINEMENT INFORMEE OU QUE DIVINEMENT VOUS SUPPOSIEZ... OU DE PROPAGANDE HABITUELLE ISRAELIENNE ? CAR ILS N,AVISENT PAS QUAND ILS ATTAQUENT... ILS LE FONT DISCRETEMENT !

ACE-AN-NAS

Ainsi soit il.

Le Liban est armé en HOMMES et en matos pour faire face au mensonge et à l'usurpation.

Armé aussi d'un point de vue psychologique puisque la peur qu'il provoque chez les usurpateurs les fait délirer.

On attend les POLTRONS de pied ferme.

gaby sioufi

je me demande ce qui nous fait le plus du mal nous autres citoyens du LIABN :
la guerre psychologique de vali fakih via nasrallah OU de Bibi&consorts ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE AUTRE VICTOIRE DIVINE ET FICTIVE... ( LE LIBAN A REUSSI A DEJOUER UN PLAN ISRAELIEN QUI VISAIT A MENER CONTRE LUI UNE ATTAQUE RAPIDE MAIS SPECTACULAIRE ) NOUS DIT LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD. ETES-VOUS SURE MADAME DE CA ? ETES-VOUS SURE QU,IL Y AVAIT INTENTION D,ATTAQUE OU ETAIT-CE SIMPLEMENT DE LA PROPAGANDE ISRAELIENNE ? DE GRACE ! EPARGNEZ-NOUS DE TELLES FANFARONNADES VIDES ! PUIS VOUS DITES DE LANCER UNE OPERATION MEME LIMITEE... OU EST LE SPECTACULAIRE DE VOTRE AFFIRMATION ? ET LE PIRE, LES S-300 RUSSES A PEINE ARRIVES MAIS NON ENCORE INSTALLES DANS LES BASES RUSSES ONT FAIT PEUR A ISRAEL QUI ARRETA SON PLAN D,AGRESSER LE LIBAN...
ET JE PASSE SUR LE RESTE TOUT SUPPOSITION ET VIDE !
DORMIR PROFONDEMENT C,EST SE REVEILLER UN JOUR AVEC FRACAS !

Irene Said

Ouauuuuuh et attention,
notre super-ministre des AE risque d'être enseveli sous les tonnes de fleurs que cet article lui lance !
Irène Saïd

Bery tus

Contradiction du début jusqu’a la fin

Zovighian Michel

Très bonne initiative de la part de Mr. Bassil qui a judicieusement exposé les Israéliens.

Mais le Hizbullah n'a pas nié posséder des bombes de haute précision. Qu'importe si les dépôts sont autour de l'aéroport ou ailleurs. Si l'information d'Israel est de l'intox, ceci ne veut pas dire que le Liban ne serait pas à risque d'un dérapage par l'un ou par l'autre.

Ainsi, le plus grand risque pour le Liban serait-il d'être bien défendu ou d'être attaqué?

Saliba Nouhad

Donc, avec notre « diplomatie de terrain » et la réaction de quelques diplomates de second ordre auraient dissuadé Israël de lancer une attaque rapide et spectaculaire et leur aurait fait peur, car ils pourraient essuyer des revers, même limités à l’intérieur?
Et puis, avec les S300 déployés en Syrie par les russes, ces derniers pourraient les lancer si Israël attaque le Liban?
Analyses simplistes, naïves et dangereuses car le problème de fond des centaines de milliers de missiles déployés par le Hezbollah avec ses discours belliqueux finiront tôt ou tard par une déflagration avec les voisins du Sud qui ne pourront pas tolérer cette épée de Damoclès au dessus de leurs têtes longtemps!
Et c’est bien dans ce sens que Netanyahu est en train de préparer l’opinion publique mondiale à cette éventualité qu’il prépare à petit feu...
Ce n’est pas du pessimisme bon marché, mais réalité morbide qu’on ne pourrait contrer qu’en dénonçant cette mainmise totale de cette milice sur la décision nationale et prôner la neutralité totale du Liban!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué