X

Liban

Les menaces israéliennes accéléreraient-elles la formation d’un gouvernement ?

Éclairage

Branle-bas diplomatique aujourd’hui au palais Bustros.

Fady NOUN | OLJ
01/10/2018

Les menaces de Benjamin Netanyahu vont-elles hâter le processus de formation du gouvernement ? Certains observateurs ne sont pas loin de le penser, attribuant à ces enchères les appels à l’apaisement et aux concessions qui se font entendre, tandis qu’un branle-bas diplomatique est décrété au palais Bustros.

Réagissant aux menaces du Premier ministre israélien, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil a convoqué en effet tous les ambassadeurs accrédités au Liban à une réunion, aujourd’hui à 15 heures, au palais Bustros, au cours de laquelle il répondra aux allégations Benjamin Netanyahu. À l’issue de la réunion, les diplomates seront invités à visiter l’un des « sites secrets » présumés, désignés par les responsables militaires israéliens, pour s’assurer de l’inanité de ces accusations.

Au demeurant, la Russie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a mis en garde Israël contre d’éventuelles frappes contre le Liban, après les accusations lancées jeudi à l’Assemblée générale de l’ONU par Benjamin Netanyahu contre le Hezbollah qui, selon lui, cacherait des missiles dans trois sites secrets aux environs de l’aéroport de Beyrouth. Les déclarations de M. Lavrov sont intervenues 48 heures après les propos de M. Netanyahu. Interrogé vendredi soir lors d’une conférence de presse aux Nations unies, en marge de l’Assemblée générale, sur la possibilité qu’Israël frappe près de l’AIB, M. Lavrov a répondu qu’il s’agirait d’une « grave violation des lois internationales ». « Nous nous élèverions contre une telle action », a-t-il ajouté. « Nous mettons en garde contre toute violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, toute attaque et toute violation de l’espace aérien libanais », a mis en garde M. Lavrov.

Une source diplomatique occidentale avait conseillé aux autorités libanaises de tirer rapidement au clair cette affaire, et d’établir une hiérarchie claire au sein des services de sécurité de l’aéroport, mettant en garde contre un possible boycottage de l’AIB par certaines compagnies d’aviation européennes. Vendredi, le Hezbollah, par la voix de son ministre sortant de la Jeunesse et des Sports Mohammad Fneich, avait rejeté les « mensonges » du Premier ministre israélien. « Les Israéliens savent très bien ce qui les attend s’ils lancent une offensive contre le Liban. Et s’ils ne le savent pas encore, ils seront surpris », avait lancé M. Fneich.

« Au Liban, l’Iran a ordonné au Hezbollah de construire des sites secrets pour transformer des projectiles inadaptés en missiles guidés, des missiles qui peuvent frapper en profondeur Israël avec une précision de 10 mètres », avait déclaré M. Netanyahu à la tribune de l’ONU, en brandissant une carte du périmètre de l’Aéroport international de Beyrouth.

Jeudi soir, le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, Avichay Adraee, avait relayé les affirmations de M. Netanyahu, publiant plusieurs messages et vidéos, cartes et images à l’appui, notamment une vidéo dans laquelle il s’adresse aux touristes qui visitent le Liban, les mettant en garde contre les supposés sites secrets du Hezbollah situés à proximité de l’aéroport de Beyrouth.


(Lire aussi : Raï : Les dirigeants chrétiens ne veulent pas d’une réunion à Bkerké



Pas de gouvernement de majorité

À quelque chose malheur est bon. Les observateurs à Beyrouth escomptent que les menaces israéliennes auront « des effets positifs » sur l’accélération du processus de formation du gouvernement, qui s’éternise.

Ces observateurs sont en outre unanimes à écarter les perspectives de la formation d’un « gouvernement de majorité », comme l’avait laissé entendre le chef de l’État. « Personne n’en veut, pas même le Hezbollah », a expliqué l’un d’eux à L’Orient-Le Jour. Même le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a démenti dans un communiqué une information selon laquelle il avait demandé une réunion urgente pour en débattre, preuve que personne ne prend au sérieux cette question rhétorique soulevée par le président.Par ailleurs, l’on parle dans ces milieux de contacts très discrets en vue d’un règlement qui permettrait au gouvernement de voir le jour, et l’on en veut pour preuve « le mutisme » du Premier ministre désigné. Certes, tout le monde attend que Saad Hariri se rendre au palais présidentiel, mais personne ne souhaite que ce déplacement soit suivi d’une déception à la mesure de l’espoir qu’il soulève, souligne-t-on dans les milieux concernés.

Toutes les attaques n’ont pas cessé pour autant. C’est ainsi que les milieux proches du pouvoir accusent ouvertement le chef des FL de faire le jeu de ceux qui souhaitent l’échec du régime, tandis que le député Hussein Hajj Hassan accuse ouvertement les FL, le PSP et le Futur de chercher à « renverser » les résultats des élections législatives de mai dernier, qui ont « modifié l’équilibre politique » dans le pays.


Lire aussi 

La prise de la Bastille (libanaise), l'édito de Ziyad Makhoul 

FL et PSP solidaires, mais pas de front anti-Aoun

Geagea appelle à « un dialogue paisible »

La Russie met en garde Israël contre d'éventuelles frappes près de l'aéroport de Beyrouth

Après les accusations de Netanyahu contre le Hezbollah, « les Libanais entre le marteau et l’enclume »


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS N,ECOUTONS D,INSTINCTS QUE CEUX QUI SONT LES NOTRES,
ET NE VOYONS LE MAL QUE QUAND IL EST VENU !

LAFONTAINE

Le point

Même le Christ Jésus n'a pas réussi à fédérer tous les humains derrière ses idées. Un gouvernement n'a pas vocation à satisfaire les appétits de tout un chacun.

C'est ce qu'on appelle démocratie. Les Président Aoun et Hariri doivent rester en réunion permanente pour former un gouvernement.

TROLL & PSEUDONYMES

Vous vous rendez compte, Netanyahouuu avec ses bâtons et carottes, entend peser sur la politique libanaise. Il faut en rire, même Israël a intérêt pour qu’un gouvernement se forme au plus vite. Pourquoi ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST MECONNAITRE LE DEGRE D,HEBETUDE DE NOS ABRUTIS ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

L’odeur de l’argent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants