X

À La Une

Un petit garçon décède dans le naufrage d'une embarcation de réfugiés au large du Akkar

Liban

La représentante du HCR au Liban s'est dite "profondément bouleversée par la perte en mer d'une autre jeune vie". 

OLJ
22/09/2018

Un garçon de cinq ans est décédée samedi dans le naufrage d'une embarcation à bord de laquelle près de quarante réfugiés tentaient de rejoindre illégalement Chypre, a annoncé l'armée libanaise. Selon des informations rapportées par la chaîne de télévision locale LBC, le père du petit garçon mort noyé était d'origine syrienne et avait gagné illégalement l'Europe. La mère du petit garçon, d'origine palestinienne, tentait de le rejoindre. 

L'embarcation, un petit bateau de pêche, a coulé au large du Akkar, dans le Liban-Nord, et les 39 passagers, de nationalité syrienne, ont dû être secourus par une patrouille de l'armée libanaise, en coopération avec la Croix-Rouge libanaise. 

L'armée a indiqué dans un communiqué que quatre des passagers ont dû être hospitalisés. De son côté, l'Agence nationale d'information (ANI, officielle) rapporte que des Palestiniens et des Libanais se trouvaient parmi les personnes secourues par l'armée. 

Réagissant à la nouvelle de ce naufrage, la représentante du Haut-Commissariat pour les réfugiés de l'ONU au Liban, Mireille Girard, s'est dite "profondément bouleversée par la perte en mer d'une autre jeune vie". "Les réfugiés devraient avoir d'autres options que celle de mettre leur vie en danger. Les réfugiés syriens ont besoin de possibilités d'être accueillis dans des pays tiers et, surtout, de la paix dans leur pays natal", a-t-elle ajouté. 



Le Liban accueille sur son sol 1,5 million de réfugiés - soit près du tiers de sa population - dont moins d'un million inscrits auprès du HCR. Depuis que le régime de Damas a enchaîné les victoires face aux rebelles et aux jihadistes et a repris le contrôle de vastes régions du pays en guerre, les appels se font plus pressants au pays du Cèdre en faveur d'un retour des réfugiés dans leur pays. La communauté internationale s'oppose toutefois à un tel retour, estimant que la situation n'est pas encore assez sûre et appelant à trouver d'abord une solution politique au conflit. La Sûreté générale a déjà organisé le retour volontaire de plusieurs centaines d'entre eux, en coordination avec le régime syrien.

Début septembre, Chypre a demandé l'aide de l'UE pour répondre à l'arrivée croissante de migrants clandestins sur cette île de la Méditerranée orientale, prévenant que le pays ne pourra plus y faire face si l'afflux se poursuit sur ses côtes. Chypre n'a pas connu un afflux de migrants massif comme la Grèce ou la Turquie depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie mais exige que Bruxelles agisse face au nombre croissant d'arrivées sur l'île. Environ 2000 migrants sont arrivés à Chypre depuis 2015, sur 40 bateaux, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.


Lire aussi

Plus de 400 réfugiés syriens sont rentrés hier en Syrie

Réfugiés syriens : les 17-42 ans réticents à l’idée de rentrer chez eux

Réfugiés syriens : Moscou déterminé à aller au bout de son initiative, malgré la froideur internationale

Filippo Grandi : Un retour forcé des réfugiés syriens serait « contre-productif »


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NE S,EMEUT QUE QUAND IL EN EST TARD ! OU SONT LES CONTROLES DES PORTS ET DU LITTORAL ? QUI SONT A BLAMER ?

Irene Said

On fait tout pour empêcher les réfugiés syriens de retourner dans leur pays la Syrie...et après les drames on se dit "...profondément bouleversée...etc."

Comme d'habitude des regrets qui ne servent strictement à rien, juste à se donner bonne conscience !
Irène Saïd

gaby sioufi

pauvres diables !
et dire que le monde entier se dit affecte par leur drame,
quand il laisse faire depuis plus de 7 ans.
belle lecon d'humanisme a la sauce super hypocrite

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué