X

À La Une

Assassinat de Bachir Gemayel il y a 36 ans : "la cause perdurera toujours", affirme son fils Nadim

Liban

L'ancien président "croyait en un Etat rassembleur autour d'une cause bien plus importante que les intérêts ponctuels et puérils", selon le député de Beyrouth.

OLJ
14/09/2018

Le fils de l'ancien président de la République Bachir Gemayel, le député de Beyrouth Nadim Gemayel, a assuré vendredi que la cause défendue par son père, assassiné il y a 36 ans, "perdurera toujours", lors d'une cérémonie organisée au siège des Kataëb dans le quartier d'Achrafieh, à Beyrouth.

"Ils ont tué la personne qui défendait la cause. Mais 36 ans après, cette cause perdure", a déclaré M. Gemayel lors d'un discours prononcé en présence notamment de sa soeur Youmna et du député FL de Beyrouth Imad Wakim à la tête d’une délégation des Forces Libanaises. "Nous devons reprendre le flambeau pour lequel ils se sont sacrifiés", a-t-il ajouté. Le 14 septembre 1982, Bachir Gemayel, élu chef de l'Etat trois semaines plus tôt, et 23 autres personnes, ont été tués lors d'un attentat à l'explosif contre la permanence des Kataëb, à Achrafieh.

Selon Nadim Gemayel, le fondateur des Forces libanaises "n'a pas sacrifié l'Etat pour ses intérêts personnels". "Il croyait en un Etat loin des partages de parts et de postes, en un Etat indépendant, égalitaire entre les Libanais et rassembleur autour d'une cause bien plus importante que les intérêts ponctuels et puérils", a-t-il affirmé, en référence aux revendications des différentes formations politiques qui empêchent la formation d'un nouveau gouvernement, dont Saad Hariri est chargé depuis plus de trois mois.

M. Gemayel a remercié les juges de la Cour de justice qui ont condamné à mort par contumace Habib Chartouni et Nabil Alam, militants du Parti syrien national social, en octobre 2017 pour l'assassinat de Bachir Gemayel. "Le temps de la vérité est venu et celui de la justice est en train de se réaliser", a souligné le fils de Bachir Gemayel, en référence aux audiences finales du Tribunal spécial pour le Liban chargé de juger les responsables de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005.

Des couronnes de fleurs ont été déposées et des cierges ont été allumés devant le mémorial des martyrs dans la cour du siège des Kataëb.

Dans la journée, plusieurs responsables politiques, dont le chef des Kataëb, Samy Gemayel, neveu de Bachir Gemayel, et le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, ont rendu hommage à l'ancien chef de l'Etat.



Lire aussi

Pour Nadim Gemayel, « la quête d’un pays totalement indépendant se poursuit »

Bachir Gemayel : retour sur sa vie, son parcours, son héritage


Pour mémoire

Editos, reportages, analyses : Retour sur la condamnation des assassins de Bachir Gemayel




À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Un martyr pour le Liban qui joint la liste des plus illustres martyrs de cette patrie si difficile à aimer mais si douce en même temps!
Allah yirhamak shaikh!!

L’azuréen

6 mots pour résumer : Mort au Liban pour son pays

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MARTYRS VAINCRONT A LA FIN !

Eleni Caridopoulou

14 février pour Rafic Harriri et 14 septembre pour Bachir Gemayel On dirait qu'ils aiment le non. 14 , les salauds

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué