X

Liban

Pour Nadim Gemayel, « la quête d’un pays totalement indépendant se poursuit »

Anniversaire

Trente-six ans après l’assassinat de son père peu après son élection à la présidence, le député de Beyrouth dénonce les tentatives « d’iranisation » du Liban.

24/08/2018

La date anniversaire de l’élection de Bachir Gemayel à la tête de l’État libanais, le 23 août 1982, revient pour la 36e fois, avec son lot de souvenirs. « Je suis candidat à la présidence de la République », avait dit Bachir dans un discours annonçant sa candidature en 1982. « Cette candidature n’est pas une manœuvre, elle n’a pas pour objectif de faire des compromis et elle est définitive », avait-il dit ce jour-là. Et cette élection, pour laquelle il était le seul candidat, a bien eu lieu le 23 août de cette année-là, dans un contexte pour le moins houleux (l’invasion israélienne du Liban), mais suscitant une vague d’espoir chez une grande partie de la population. 

Le souvenir de cet événement, que 22 jours seulement séparent de l’assassinat du président élu, fait inévitablement resurgir des extraits des discours prononcés cette même année par Bachir Gemayel, dont certains restent étrangement d’actualité, tout comme il suscite des prises de position qui rattachent cette période troublée aux scénarios éternellement mouvementés que vit le Liban actuel. 

C’est ainsi que, dans un discours prononcé à l’occasion d’une cérémonie organisée par le bureau Kataëb de Majdel (Jbeil) mercredi, à l’issue d’une messe célébrée en l’église Mar Saba, le député Nadim Gemayel, fils du président assassiné, a affirmé que ceux qui ont combattu « les occupations palestinienne et syrienne du Liban » n’accepteront pas « l’occupation iranienne ou l’iranisation du Liban ». Cette attaque implicite contre le Hezbollah, qu’il évoque sans le citer nommément, est la plus virulente qu’il ait prononcée, bien qu’elle ne soit pas la première.   « Notre combat est dirigé contre un parti qui essaie de nous imposer sa culture et son identité et qui veut mettre la main sur les institutions de l’État libanais, a lancé le député Kataëb. Nous ne tolérerons pas qu’un parti relevant de l’Iran dirige l’État libanais et nous impose une culture qui n’a rien à voir avec l’identité libanaise. » 



(Lire aussi : Bachir Gemayel : retour sur sa vie, son parcours, son héritage)


Un message « d’espoir » 

Interrogé par L’OLJ sur le timing de ce discours qui semble encore plus virulent que les précédents, M. Gemayel estime que ce n’est pas le cas, mais que « dans un contexte de silence profond des autres parties politiques, de telles paroles résonnent encore plus fort ». « Nous avons oublié la cause principale du Liban, celle de la souveraineté, de l’indépendance et de toutes les valeurs du 14 Mars », insiste-t-il. « L’unification de la nation doit faire l’objet d’une conviction intérieure, limitée au seul Liban. Elle ne doit pas être conçue comme une tactique provisoire, en attendant la constitution d’unités régionales élargies », lançait Bachir Gemayel, dans un discours d’avril 1982. 

Pour ce qui est de savoir pourquoi son attaque est principalement dirigée contre le Hezbollah, dans ce discours, Nadim Gemayel affirme : « Pour moi, une milice armée dirige le pays et provoque un déséquilibre politique grave et une mainmise iranienne via ce parti. Si le gouvernement ne se forme pas, c’est que le Hezbollah et l’Iran exigent une majorité au sein de l’exécutif, que les puissances ne veulent pas leur accorder. » 

Prié d’effectuer un parallèle avec la période qui a vu l’élection puis l’assassinat de son père, et avec les discours de ce dernier, M. Gemayel s’est dit convaincu que « la quête d’un pays totalement indépendant et souverain se poursuit malgré toutes les années ». Selon lui, toute dépendance envers l’Est ou l’Ouest devrait disparaître, si tant est qu’on rétablisse un équilibre interne faussé aujourd’hui par la présence d’un parti armé. 

Quel enseignement tire-t-il de ces événements d’il y a 36 ans ? « Malgré toutes les difficultés et les souffrances, il faut garder l’espoir, dit-il. C’est un message d’espoir que j’adresse aux chrétiens en particulier. Nous n’allons pas quitter ce pays, pas aussi facilement en tout cas. » 


(Pour mémoire : Editos, reportages, analyses : Retour sur la condamnation des assassins de Bachir Gemayel)



« Une nette dégradation »
Le souvenir de cette période trouble passe pour beaucoup encore par les discours enregistrés de ce président assassiné avant de pouvoir gouverner, ou encore par les souvenirs de ses proches. Joseph Abi Khalil, vice-président du parti Kataëb, a partagé, pour la énième fois, ses souvenirs de cette période, lors d’un entretien à la Voix du Liban. Selon lui, Bachir était un rêveur, mais qui comptait bien réaliser ses rêves, étant convaincu que « ceux qui ne rêvent plus ne sont plus vivants ». « Il avait, en si peu de temps, donné l’échantillon d’un État de droit, et les gens s’y étaient conformés », a-t-il souligné. 

Le militant politique de très longue date se souvient que Bachir avait créé, en très peu de temps, un groupe de travail de personnes très compétentes dans ce qui était alors connu comme les régions-Est, et qu’il s’apprêtait à faire de même dans un Liban qu’il espérait unifier très rapidement. Or pour Joseph Abi Khalil, il est clair qu’il y a « une nette dégradation dans le pays, qui est de moins en moins un État de droit », critiquant particulièrement « la prestation des gouvernements en l’absence d’application des lois ». 

Que l’on plébiscite ou non la personnalité que fut Bachir Gemayel, la question de savoir quel président il aurait été restera à jamais en suspens. Toutefois, certaines de ses paroles résonnent étrangement de nos jours, compte tenu des développements dans la région. Comme cette tirade prononcée en avril 1982 : « Nous sommes capables de résister encore plus, bien plus que ne le croient ceux qui tablent sur l’effondrement de notre société. Et en définitive, soit la paix que connaissent les autres nations s’étendra jusqu’au Liban, soit la guerre qui sévit au Liban atteindra les autres nations : il n’y a pas d’alternative. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Avant c'était la Syrie et maintenant c'est l'Iran rien n'a change , je me demande pourquoi tous ces pays veulent le Liban

aliosha

Il faut pas qu'on oublie Sabra et Chatilla , la cooperation et les visites en Israel , et ,et ....

TrucMuche

Eh oui, autres temps autres mœurs ! Et nos
politiciens actuels sont vouillés aux gémonies,
en taules, tous !

Irene Said

Belle époque...nous pouvions alors être fiers de nos politiciens et présidents, la renomée du Liban n'était pas encore ternie par tout ce qui se passe chez nous actuellement !
Irène Saïd

LIBRE DE PARLER

quelle belle photo

De Vrai Libanais qui rendent tellement petits nos politiciens actuels.

De par leurs decisions, leur resistance et leur actions ils ont sauve le Liban, les chretiens comme les musulmans , d'un carnage similaire a celui de la Syrie aujourdh'ui


Sarkis Serge Tateossian

Le salut du Liban et du peuple libanais viendra par une révolution culturelle, qui réveillera les consciences endormis, poussera nos dirigeants à une prise en compte des vrais intérêts du pays, augmentera notre amour de la patrie (par des actes à la place des mots) etc ...

Je regrette, nous sommes un peuple brouillon, à nous de se réveiller et d'être plus exigeant, plus unis et plus honnête avec nous même.

Le Faucon Pèlerin

Souvenir pour la vérité. Le 31 août 1982 soit une semaine après l'élection de Béchir Gemayel à la présidence de la République, je me suis rendu au Liban pour une visite familiale. Je suis sorti des Douanes de l'aéroport pour prendre un taxi pour aller à Jounieh. Certains chauffeurs me répondaient qu'ils ne desservent pas cette destination. Une voiture s'arrête et me demande ma destination, je lui réponds à Jounieh. Il me dit "Tfaddal"; Comme d'habitude au Liban, on cause avec le chauffeur. Arrivé à Tayyouné, il me dit amicalement : Je suis de Ghobeiri, certains chauffeurs ne vont pas vers la zone chrétienne, moi, je vais partout, par ce que, je n'ai rien sur la conscience et rien à me reprocher. Après il a ajouté : Je suis heureux que Béchir Gemayel ait été élu, c'est une personne propre, intègre, nous sommes tous derrière lui, on en a marre des voleurs qui gouvernent notre pays.

gaby sioufi

ce n'est pas pour lancer des fleurs a feu notre President Bachir Gemayel- il n'en pas besoin , C juste pour enoncer une verite :

un petit documentaire diffuse sur MTV a fait revivre les courts moments de l'avant et l'apres election de Bachir Gemayel a la presidence - Impossible de ne pas donner a reflechir- et pas slt aux pro - a une verite DESESPERANTE : plusieurs de ses tous petits discours comportaient des critiques, des messages, des etats des lieux, des solutions radicales ...... a des problemes vieux de cette periode, exactement les memes, vieux de 36 ans , toujours d'actualite- car pas encore resolus -
n'est ce pas un constat d'echec a TOUTE la classe politique , n'est ce pas une constatation de la non evolution du citoyen qui continue a chanter les louanges de ces memes rates ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VOIX NATIONALISTES A ELLES SEULES NE PEUVENT PAS CREER UN PAYS LIBRE ET VRAIMENT DEMOCRATIQUE ! LE REVEIL GENERAL EST REQUIS...

Wlek Sanferlou

On accusé ceux qui qui déplorent la disparition de Bashir d'être utopistes,mélancoliques, stupides et même traîtres pour certains!
Ces accusateurs ne savent pas ce que c'est que la liberté de décision, la discipline dans l accomplissement d'une vision ni la valeur du patriotisme et de l'amour de sa patrie et de son pays surtout quand il s'agit du Liban!!!

Allah yirham Bashir wou yirham tout martyr, vivant, comme ceux qui ont survécu des tentatives d'assassinat, ou mort qui ont donné leurs vies, depuis la nuit des temps, pour le Liban.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué