X

À La Une

La Sûreté générale arrête ses travaux au Bois des Pins

Liban

Les pins arrachés lors des travaux de déboisement en vue de la construction d’un bâtiment pour le compte de la SG vont être replantés, annonce le gouverneur de Beyrouth.

OLJ
14/09/2018

Le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a ordonné vendredi l'arrêt des travaux de construction d’un bâtiment pour le compte de la Sûreté générale sur une parcelle du Bois des Pins de Beyrouth, qui avaient soulevé une tempête de protestations d'associations et de riverains.

Le mohafez de Beyrouth, Ziad Chbib, a pour sa part annoncé dans la journée sur Twitter que les pins arrachés lors de travaux de déboisement seraient replantés et qu'un jardin public serait aménagé.



Le 5 septembre, un bulldozer avait, au grand dam des riverains, arraché les arbres d’une parcelle se situant sur le terrain 1925 de la région de Mazraa, un terrain officiellement non constructible et rattaché au Bois des Pins. Malgré une dénonciation de cet abattage d'arbres, publiée le 7 septembre par la municipalité de Beyrouth, qui demandait l’arrêt immédiat des travaux, les excavations s’étaient poursuivies.

Une source autorisée à la SG a indiqué jeudi à L’Orient-Le Jour que le projet de construction était "doté de tous les documents légaux nécessaires" tout en se déclarant "soucieuse de la sauvegarde de l’environnement". "Si le projet en question est contesté par les associations et par la société civile, la Sûreté générale s’emploiera dans ce cas à chercher un autre emplacement pour la construction du bâtiment", avait indiqué cette source.

Ce même terrain avait, selon des informations fournies à L’OLJ, fait l’objet de décisions de la part de l’ancien conseil municipal de 2004 à 2008, qui accordaient aux Forces de sécurité intérieure (FSI), et non à la SG, le droit de "constructions préfabriquées temporaires", sans pour autant autoriser l’abattage d’arbres. C’est ce qui explique la construction d’une gendarmerie des FSI sur ce terrain depuis ce temps-là. Une construction qui n’est pas vraiment "temporaire" puisqu’elle existe toujours...



Pour mémoire

La SG enfreint la loi et construit sur une parcelle du Bois des Pins

La forêt de pins du Bois de Boulogne, au Metn, est-elle en danger ?

Un rassemblement contre « l’ablation du poumon vert » de Beyrouth

Nahnoo porte plainte contre la municipalité au sujet de l’hôpital de campagne

Une nouvelle fois, des empiétements légalisés en plein Beyrouth...





À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND LA VOIX DU PEUPLE S,ELEVE... TOUT EST POSSIBLE ! BON DEBUT...

Le Faucon Pèlerin

Depuis plus de 80 ans, c'est la première fois que j'entends que l'Etat libanais reconstruit à l'identique ce qu'il a avait détruit par erreur.
Remerciements patriotiques au général Abbas Ibrahim et au Mohafez (Préfet) de Beyrouth Ziad Chebib. Un arbre dans la capitale déboisée, vaut son pesant d'or.
Selon un Français revenant de Beyrouth : Sans le parc de l'Université américaine, vu du ciel, Beyrouth est un amas de pierres et du béton comme certaines villes africaines.

NAUFAL SORAYA

Bonne chose!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué