X

À La Une

Israël ferme un point de passage avec Gaza

Proche-Orient

Le bureau des affaires civiles de l'Autorité palestinienne dans l'enclave a confirmé cette fermeture, exceptée pour les malades et pour les Gazaouis devant revenir dans l'enclave palestinienne.


OLJ/AFP
19/08/2018

Israël a fermé dimanche son unique point de passage pour les personnes avec la bande de Gaza en raison de manifestations et violences à la frontière, renforçant son blocus imposé à l'enclave palestinienne malgré les efforts pour une trêve durable. Le point de passage d'Erez restera néanmoins ouvert pour "les cas humanitaires et pour les malades", a affirmé une porte-parole du Cogat, l'organe chargé de coordonner les activités israéliennes dans les Territoires palestiniens.
Cette fermeture a été décidée avant le début de la grande fête musulmane de l'Adha, de lundi soir à jeudi soir, mais le Cogat n'a pas précisé la durée de la fermeture d'Erez. 

Le bureau des affaires civiles de l'Autorité palestinienne à Gaza a confirmé cette mesure, exceptée pour les malades et les habitants devant retourner en territoire palestinien.

Dans un communiqué, le ministre de la défense Avigdor Lieberman, a affirmé que cette décision avait été motivée par "les incidents violents de vendredi". Ce jour-là, deux Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens lors de manifestations le long de la barrière de sécurité israélienne séparant Gaza et Israël. L'armée a dit que des engins explosifs avaient été lancés sur la barrière et que des Palestiniens s'étaient introduits brièvement en territoire israélien.


(Lire aussi : Les recommandations du chef de l'ONU pour protéger les Palestiniens)


Etudiants, humanitaires 
La bande de Gaza est le théâtre de manifestations depuis le 30 mars le long de la barrière pour demander la levée du blocus et pour le droit au retour des Palestiniens qui ont été chassés ou ont fui de leurs terres à la création d'Israël en 1948. Au moins 171 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date. Un soldat israélien a été tué. 

Territoire enclavé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, la bande de Gaza est soumise depuis plus de dix ans à un strict blocus terrestre et maritime par les Israéliens. Et ses quelque deux millions d'habitants sont tributaires des aides étrangères.
Le territoire palestinien est contrôlé depuis 2007 par le mouvement islamiste palestinien Hamas, considéré comme un groupe terroriste par Israël. Les deux camps se sont livré trois guerres depuis 2008.

Selon le site du Cogat, "chaque jour, environ 1.000 habitants de Gaza entrent en Israël par Erez, en grande majorité des personnes ayant besoin de soins médicaux. Mais des hommes d'affaires, des professionnels de l'industrie, des étudiants, des personnes se rendant à Jérusalem pour prier, utilisent également ce passage". "Erez est aussi utilisé par les travailleurs humanitaires internationaux, les journalistes et autres étrangers qui veulent entrer à Gaza depuis Israël", a-t-il ajouté.

Mercredi dernier, Israël a rouvert totalement Kerem Shalom, seul point de passage pour les marchandises à destination de Gaza, en signe d'apaisement, après la diminution des cerfs-volants incendiaires lancés depuis l'enclave qui ont brûlé des milliers d'hectares en territoire israélien. 
Entre la bande de Gaza et l'Egypte, le point de passage de Rafah, fermé de manière quasi-permanente ces dernières années, est rouvert depuis mi-mai presque sans interruption.


(Lire aussi : Entre Israël et le Hamas, un accord incertain)


Bolton en Israël 
Malgré les violences hebdomadaires à la barrière entre Gaza et Israël, l'Egypte et l'ONU travaillent à un cessez-le-feu durable entre Israël et le Hamas. Khalil al-Hayya, l'adjoint du chef du Hamas à Gaza, a affirmé vendredi à l'AFP qu'une trêve durable avec Israël était proche d'être conclue. Selon lui les "pourparlers entre les factions (armées à Gaza), l'Egypte et l'ONU sont un grand pas en avant" pour arriver à un tel cessez-le-feu.

Une nouvelle trêve est en vigueur depuis 10 jours après une nouvelle flambée de violences entre l'armée israélienne et les groupes armés de Gaza, l'une des plus graves confrontations depuis la guerre de 2014. Le 9 août, l'aviation israélienne avait riposté à un barrage de tirs de roquettes et d'obus en frappant plus de 150 sites militaires du Hamas.

Enfin, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, John Bolton est arrivé dimanche en Israël pour des discussions avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur la situation à Gaza, l'Iran et le conflit syrien.     


Lire aussi
Lieberman : Le prochain affrontement avec le Hamas, une question de temps    

Plaidoyer pour une initiative franco-arabe sur la Palestine

Netanyahu exige un cessez-le-feu « total » du Hamas à Gaza

À Gaza, la trêve tient dans la douleur

Entre Israël et le Hamas, une escalade à reculons 


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué