X

La Dernière

« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir »

Un peu plus
18/08/2018

C’est un fait, l’été est souvent, pour un grand nombre d’entre nous, assez mouvementé. Entre les soirées, les sunset drinks, les mariages, les anniversaires, les fiançailles, les déjeuners sur l’herbe, les Mar Zakhia, Eid el-Adra, Adha et autres gatherings, on ne sait plus où donner de la tête, et on finit par ne plus voir ceux qu’on a l’habitude de voir. Oubliés les déjeuners du samedi, les après-midis entre copains et gamins à se gaver de petits fours, les pokers du lundi soir et les happy hours entre filles. Le proprio du bar que l’on fréquente nous demande où on est, le plagiste aussi. « Waynik wlo ? »
Mais au-delà des fêtes et des obligations, le plus grand time consumer, ce sont indéniablement les « voyageurs ». Voyageur : toute personne venue de l’étranger par voie terrestre, maritime ou aérienne. OK, aérienne surtout. Généralement, il s’agit de visiteurs dans le cadre professionnel. En été, la donne change. Les voyageurs sont également les expats ; les fils, les filles, les petits-enfants, les neveux, les parents, les oncles qui viennent passer quelques jours avec la famille ; et les amis « touristes », ceux qui ne sont pas libanais... Ceux et celles qu’on doit faire sortir. Dont on doit s’occuper. Soit parce que ce sont des amis proches qui n’ont jamais foulé le sol libanais ; soit des amis d’amis dont on doit s’occuper ; soit des potes qui adorent le Liban et qui comptent sur vous pour (re)découvrir le pays.
« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir. » On a beau se marrer à chaque fois qu’on entend cette phrase stupide dans les haut-parleurs de l’aéroport, il y a quelque chose de juste dans ce qui est dit, malgré l’accent insupportable de la voix qui l’énonce. Nous sommes vraiment heureux de les recevoir. Et quelque part, c’est un honneur pour nous de leur montrer notre chez-nous sous un autre jour. Parce qu’on aura beau cracher sur notre pays, détester sa mer noyée de déchets, son peuple, ses routes, ses embouteillages, son anarchie… quand quelqu’un nous rend visite, on cherche à redorer le blason du Liban. Et jour après jour, promenade après promenade, soirée après soirée, on réalise qu’on n’a pas besoin de le faire. À travers les yeux des petites venues avec leurs parents, des frères et sœurs, on sait que le pays de Fayrouz est toujours le même. On sait que le Chouf est magnifique, que le coucher du soleil à Faraya est superbe, que Beyrouth est belle de contrastes, que Byblos sera éternellement Byblos, que la limonade de Batroun est légèrement sucrée, que la man’ouché a une saveur à nulle autre pareille. On sait que le Lazy B est authentique, que le Sporting et Pépé sont des institutions, que le Mir Amine a une vue de dingue, que les cèdres du Barouk sont à couper le souffle.
On le sait parce qu’on a vibré avec eux. Sur les chansons de Matthieu Chedid, avec la trompette d’Ibrahim Maalouf, au son de la voix d’Ute Lemper. On a vibré comme eux devant le DJ booth à Decks où sévissaient Polo et Pan. On a arpenté les rues de Mar Mikhaël, chiné chez les designers, acheté du savon baladé. On s’est tapé la foule et la cohue du 15 août à Faraya, pris les embouteillages en allant à Douma, repris les embouteillages en rentrant de Tyr. On a mangé du hommos, de la asbé nayyé, des machéwés, des sultan Ibrahim, des chawarmas, du rez 3a djej. On en a remangé quasiment tous les jours. On a bu de l’arak, petit-déjeuné des kneffés. On s’est tapé des cuites au gin basil et au champagne. On a fait le tour des rooftops et des restaurants de poisson. On a été au Torino, au Cyrano, à l’Inter. Puis on s’est dirigé vers Hamra. On leur a raconté les histoires d’avant la guerre, les histoires de la guerre, les histoires d’après-guerre. On leur a raconté les Phéniciens, les croisés, les Ottomans, le mandat, le printemps de Beyrouth. Et évidemment on leur a dit qu’on pouvait skier et nager la même journée.
On sait que le Liban, c’est tout ça. L’hospitalité, la gentillesse, la volubilité, la myrrhe, l’encens, le parfum du jasmin. On le sait, c’est juste qu’on avait oublié. Et qu’on l’oubliera probablement à nouveau une fois que ces « voyageurs » fouleront le tarmac. Là, nous ne serons plus heureux… et encore moins honorés.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le pont

L'annonce "nous sommes heureux et honorés..." reste une phrase délicieuse comparativement à cet autre message, celui-ce d'avertissement: "Présentez-vous à l'aéroport 3 heures avant le décollage" nous menace gentiment le haut-parleur. Et le stress commence quand vous regardez votre montre et de découvrir qu'à votre arrivée à l’aéroport il ne vous resta que deux heures et 10 minutes avant le décollage.

Notre pays a une attractivité qui relève de la magie. Personne ne peut deviner son secret. A chaque voyage au Liban je me demande qu'est-ce que je fais là, et à mon retour, je commence à guetter les occasions pour y revenir.

Stes David

Le Liban est une belle destination touristique mais le tourisme de masse pose aussi des problèmes: ce n'est pas uniquement le cas au Liban mais aussi en Espagne Grèce ou Italie. Par exemple à Barcelone le « Vous n'êtes pas les bienvenus » : https://www.lorientlejour.com/article/1067857/le-tourisme-de-masse-en-europe-de-plus-en-plus-rejete-par-les-habitants.html

Rony Kinnab

Une fois passé au Liban, vous découvrez certes des jolis paysages, vous mangez bien, vous profitez du soleil, de fakra, de faraya , des rooftop, mar mkhayel, resorts et des autres belles choses. Mais à quel prix ? En payant autant vous aurez l’occasion de faire le tour du monde avec moins d’hypocrisie et de complexes qui se trouvent parmi un peuple à 90 % corrompu, près à tout pour parvenir à ses fins...
Je conseille à l’écrivain de cet article de voyager ailleurs et de découvrir d’autres peuples , peut être seriez-vous plus objectif..
Bref, ça déchire le Liban mais dans le mauvais sens..

stambouli robert

l'article est si vrai et tellement touchant
BRAVO. Un beau texte plein de verite
la derniere phrase m'a quand meme surprise

Là, nous ne serons plus heureux… et encore moins honorés.

si j ai bien compris cad que nous reviendrons a la realite de la situation catastrophique dans laquelle les politiciens nous font vivre

Mais evidement pour les " autres " nous montrons toujours le Liban extraordinaire d'antan qui ne demande qu'a revivre lui

Ajnabieh

Madame Fifi, tres joli article et bien vrai. J ai découvert le Liban grâce à des Amis libanais en 1988 et j ai débarque en pleine guerre via le Larnaca Jounieh. Depuis je n ai plus quitte le liban !!!!!

Le pont

ça nous remonte le moral et ça fait plaisir de vous lire, comme toujours. Merci

Expat heureux

Tellement vrai !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR LES EXPATRIES SURTOUT... VISITEURS DE VACANCES AU PAYS DE LEUR ENFANCE OU DE LEURS RACINES... LE LIBAN EST BEAU ET TOUJOURS LE LIBAN MALGRE TOUS LES DEFAUTS ENUMERES. BON ARTICLE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR LES EXPATRIES SURTOUT... VISITEURS DE VACANCES AU PAYS DE LEUR ENFANCE OU DE LEURS RACINES... LE LIBAN EST BEAU ET TOUJOURS LE LIBAN MALGRE TOUS LES DEFAUTS ENUMERES. BON ARTICLE !

NAUFAL SORAYA

Génial, et toujours si vrai et si vivant!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué