Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

Le Conseil de sécurité espère la formation rapide d'un gouvernement au Liban

Interrogé pour savoir si le renouvellement pour un an des quelque 10.000 Casques bleus de la Finul serait purement technique ou s'il s'accompagnerait d'une modification de leur mission, le président du Conseil de sécurité a répondu ne pas s'attendre "à des changements majeurs".

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. Photo d'archives AFP/Jewel SAMAD

Les quinze membres du Conseil de sécurité ont exprimé l'espoir qu'un nouvel exécutif sera formé "rapidement" au Liban, lors d'une réunion à huis clos lundi sur ce pays et le renouvellement en août de sa mission de Casques bleus.

Le Conseil espère "qu'un nouveau gouvernement d'unité nationale sera formé rapidement au Liban et attend avec intérêt le prochain mandat de la Finul", a déclaré aux médias à l'issue de la réunion son président en exercice, l'ambassadeur suédois Olof Skoog.

Après des élections législatives le 6 mai et la reconduction de Saad Hariri au poste de Premier ministre, le Liban, pays aux équilibres fragiles et à l'économie vacillante, est toujours dans l'attente d'un nouveau gouvernement. La formation des exécutifs fait souvent l'objet au Liban d'âpres discussions et peut durer plusieurs mois.

Interrogé pour savoir si le renouvellement pour un an des quelque 10.000 Casques bleus de la Finul serait purement technique ou s'il s'accompagnerait d'une modification de leur mission, Olof Skoog a répondu ne pas s'attendre "à des changements majeurs".

L'an dernier, le renouvellement de la Finul avait donné lieu à un bras de fer entre les Etats-Unis et leurs partenaires du Conseil de sécurité, Washington ayant alors cherché à durcir fortement la mission des Casques bleus pour répondre à des inquiétudes de son allié israélien. En définitive, les Etats-Unis n'avaient pas eu gain de cause, les pays contributeurs en troupes, France et Italie en tête, ayant mis en garde contre le risque d'être entraînés dans des confrontations armées avec la milice chiite du Hezbollah, soutenue par l'Iran et accusée par Washington de favoriser les trafics d'armes dans le sud du Liban où opère la Finul.

"Les membres du Conseil de sécurité se sont engagés à suivre de près la situation au Liban", a indiqué l'ambassadeur suédois sans autre précision.


Les armes du Hezbollah

Dans le cadre de son rapport trimestriel (1er mars 2018 jusqu'au 20 juin 2018) sur la situation au Liban et l’application de la résolution 1701, la coordinatrice spéciale de l’ONU pour le pays, Pernille Dahler Kardel, a souligné qu'"il n'y a eu aucun progrès concernant le désarmement des groupes armés".

"La possession d’armes par le Hezbollah et d’autres groupes en dehors du contrôle de l’État empêche le gouvernement libanais d’exercer pleinement sa souveraineté et son autorité sur son territoire", ajoute le rapport.

Le texte affirme qu'il est "essentiel, pour la stabilité du Liban et de la région, que toutes les parties se conforment à la résolution 1701 (2006)", notant que "la résolution n’est pas pleinement appliquée et que le Liban et Israël ne s’acquittent toujours pas de leurs obligations, ce qui accroît les risques de regain de tension, voire de flambée de violence".


Lire aussi

Paris insiste sur l’importance d’une formation rapide du gouvernement

Le cabinet dans les limbes, les craintes d’une dérive présidentialiste persistent

Arslane se déchaîne contre Joumblatt, le PSP refuse de répondre

Gouvernement : le conflit autour du leadership chrétien paralyse le processus


Les quinze membres du Conseil de sécurité ont exprimé l'espoir qu'un nouvel exécutif sera formé "rapidement" au Liban, lors d'une réunion à huis clos lundi sur ce pays et le renouvellement en août de sa mission de Casques bleus.Le Conseil espère "qu'un nouveau gouvernement d'unité nationale sera formé rapidement au Liban et attend avec intérêt le prochain mandat de la Finul", a...

commentaires (4)

Le Conseil de sécurité de l'ONU espère "qu'un nouveau gouvernement d'unité nationale sera formé rapidement au Liban". Les quinze membres du Conseil de sécurité semblent ignorer que tant que Gébran Bassil et Walid Joumblatt revendiquent "Ce qui est à nous est à nous et ce qui est à vous est à nous aussi" il n'y aura pas de gouvernement d'union nationale au Liban.

Honneur et Patrie

11 h 20, le 24 juillet 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Le Conseil de sécurité de l'ONU espère "qu'un nouveau gouvernement d'unité nationale sera formé rapidement au Liban". Les quinze membres du Conseil de sécurité semblent ignorer que tant que Gébran Bassil et Walid Joumblatt revendiquent "Ce qui est à nous est à nous et ce qui est à vous est à nous aussi" il n'y aura pas de gouvernement d'union nationale au Liban.

    Honneur et Patrie

    11 h 20, le 24 juillet 2018

  • Chers hommes politiques , arrêtez de chercher tous les moyens de vous remplir sans cesse les poches et pensez 5 minutes a votre mandat électoral. Ça serait pas mal pour le Liban et votre conscience.

    L’azuréen

    09 h 51, le 24 juillet 2018

  • Pendant que même le Conseil de Sécurité de l'ONU s'inquiète (hypocritement ! ) de la situation au Liban, nos super-responsables se baladent un peu partout, pour cause de période de vacances bien méritées, spécialement pour eux qui s'esquintent au travail tout le reste de l'année "ouvrable" à la libanaise. Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 21, le 24 juillet 2018

  • LES ETRANGERS PENSENT POUR LE LIBAN ET LES NOTRES S,EN FOUTENT !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 16, le 24 juillet 2018

Retour en haut