X

À La Une

Le Parlement élit les membres et présidents des commissions

Liban

Georges Adwan à la présidence de la commission de l’Administration et de la Justice ; Ibrahim Kanaan reconduit à la commission des Finances. 

OLJ
17/07/2018

Le Parlement issu des élections législatives de mai dernier s'est réuni mardi pour la deuxième fois pour élire les présidents, rapporteurs et membres des 17 commissions parlementaires, alors que la formation du gouvernement continue de faire du surplace. 

Le Parlement a d'abord élu les membres de ces commissions qui se sont chacune réunies pour élire leur président et le rapporteur.

Ainsi, la présidence de la commission de l’Administration et de la Justice – considérée comme l’une des plus actives – a été confiée pour la première fois au groupe parlementaire des Forces libanaises, en l’occurrence le député Georges Adwan, juriste de formation, qui succède à l’ancien député indépendant Robert Ghanem. Une source parlementaire a indiqué à L'Orient-Le Jour qu'il s'agirait d'une "compensation" aux FL pour n’avoir pas pu obtenir la vice-présidence de la Chambre. Jean Talouzian, indépendant allié aux FL, prend la tête de la commission des Déplacés.

Le Courant patriotique libre conserve, quant à lui, la présidence de la commission des Finances, qui a un rôle majeur dans l’examen des lois, avec le député Ibrahim Kanaan. Le député Simon Abiramia a été élu une nouvelle fois à la présidence de la commission de la Jeunesse et des Sports. Membre du bloc du "Liban fort", dont le CPL est la principale composante, Nehmat Frem prend la présidence de la commission du Commerce et de l'Industrie.

En marge de la séance, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, et le leader du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, se sont entretenus du dossier de la formation du gouvernement qui fait du surplace. La formation du prochain cabinet se heurte à plusieurs obstacles, dont les revendications du CPL et des Forces libanaises, qui réclament une part importante des portefeuilles réservés aux chrétiens. Les relations entre les deux formations politiques se sont détériorées ces dernières semaines dans la foulée des élections législatives, au point d'ébranler l'accord de Meerab scellé entre les deux camps en 2016 et qui a ouvert la voie à l'élection du fondateur du CPL, Michel Aoun, à la présidence de la République. Pour apaiser ces tensions, le ministre sortant de l'Information, Melhem Riachi, pour les FL, et le député Ibrahim Kanaan, pour le CPL, se sont réunis la semaine dernière sous l'égide du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï. 


(Lire aussi : Liban : Vers une redynamisation du Parlement face au blocage de l’exécutif)


Ezzeddine à la commission de la Femme
Les Kataëb ont pris la présidence de la commission des Technologies de l’information avec Nadim Gemayel.

La présidence de la commission des Travaux publics a été attribué au député du bloc parlementaire du Futur, Nazih Najm, et celle de la commission de la Santé et du Travail à Assem Araji, succédant à  l’ancien député Atef Majdalani. Le député Samir Jisr et la députée Bahia Hariri, tous deux réélus au sein de ce bloc, ont été respectivement reconduits à la présidence de la commission de la Défense et à celle de l’Éducation.

Ayoub Hmayed, député du bloc du mouvement Amal, présidé par Nabih Berry, prend la présidence de la commission de l'Agriculture. Yassine Jaber a succédé à son ancien collègue du bloc Amal, Abdellatif Zein, à la tête de la commission des Affaires étrangères et des Émigrés, et son collègue Michel Moussa, va diriger la commission des Droits de l'homme. La présidence de la commission de la Femme et de l’Enfant est finalement revenue à l'ancienne ministre Inaya Ezzeddine. Hussein Hajj Hassan, député du bloc du Hezbollah, accède à la présidence de la commission des Télécommunication et des Médias, succédant à Hassan Fadlallah. 

Le député Marwan Hamadé, membre du bloc de la Rencontre démocratique, a été élu président de la commission de l’Environnement, à la place de son collègue, le député Akram Chehayeb.

L’élection des commissions fait suite généralement à la formation du gouvernement, puisqu’un député ne peut présider une commission s’il est nommé ministre. Jugeant toutefois que le Parlement ne peut attendre l’exécutif plus longtemps, le président de la Chambre, Nabih Berry, a décidé de tenir la séance de plein droit – quitte à ce que ceux qui, parmi les présidents de commission, seront nommés ministres, démissionnent des commissions.

Le Parlement s'était réuni une première fois après les législatives pour élire le président de la Chambre, Nabih Berry, son vice-président, Elie Ferzli, ainsi que les membres de la Chambre, les députés Marwan Hamadé (PSP), Michel Moussa (Amal), Samir Jisr (Futur), Hagop Pakradounian (Tachnag) et député Alain Aoun (CPL).



Lire aussi

Gouvernement : Hariri se veut rassurant, mais les blocages persistent

Gouvernement : en attendant Hariri, Berry s’invite dans la partie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.