X

À La Une

Deraa, ville martyre et ville rebelle

repère

Voisine de la Jordanie et du plateau du Golan en grande partie occupé par Israël, la province de Deraa constituait l'un des derniers foyers des rebelles en Syrie, qui ont perdu de vastes territoires au profit du régime.

OLJ/AFP
12/07/2018

La ville syrienne de Deraa (sud), où le régime a hissé jeudi le drapeau national, est le berceau de la contestation contre le pouvoir de Bachar el-Assad déclenchée en mars 2011.

L'étincelle

Le 6 mars 2011, une quinzaine d'adolescents à Deraa, chef-lieu de la province du même nom, à une centaine de kilomètres de Damas, séduits par le leitmotiv des révolutions tunisienne et égyptienne, gribouillent sur les murs de leur école des slogans anti-Assad.
La réaction du régime est brutale: les garçons sont emprisonnés -et torturés selon des militants- provoquant l'indignation et l'étincelle du soulèvement.
Le 15 mars, des manifestations pour "une Syrie sans tyrannie", "sans corruption ni monopole des richesses", débutent à Damas.

Pauvreté

A Deraa, les manifestants dénoncent la politique économique du gouvernement, s'attaquant à des compagnies symboles du régime comme Syriatel, détenue majoritairement par le cousin de M. Assad. Des slogans contre la corruption sont scandés dans des villes voisines. Cette cité sunnite (75.000 habitants avant le début du conflit) avait sombré dans une pauvreté aggravée par la sécheresse qui sévissait depuis plusieurs années, accélérant l'exode rural.

Noyau de la contestation

Le 23 mars 2011, au moins 100 personnes sont tuées à Deraa par les forces de l'ordre, selon des militants et des témoins. M. Assad limoge le gouverneur de la province, sans réussir à ramener le calme.
Dans cette région agricole, les habitants reprochaient à l'ancien gouverneur de différer l'acquisition des titres de propriété et d'empêcher de forer des puits pour l'irrigation.
Le 26 avril, le régime envoie l'armée: Deraa est remise au pas au terme d'une opération militaire de dix jours et l'arrestation de plusieurs centaines de personnes. Début juin, Human Rights Watch dénonce des "crimes contre l'humanité", évoquant des tueries systématiques et des tortures.


(Lire aussi : L’après-Deraa : régler, désormais, la question de l’influence iranienne en Syrie)

Cible

Voisine de la Jordanie et du plateau du Golan en grande partie occupé par Israël, la province de Deraa constituait l'un des derniers foyers des rebelles en Syrie, qui ont perdu de vastes territoires au profit du régime.
Ces derniers jours, elle était toujours morcelée entre groupes rebelles, forces du régime (qui contrôlent une grande partie) et le groupe jihadiste Etat islamique, qui y maintient une présence limitée. La ville éponyme est en majorité aux mains des progouvernementaux.

En 2016, les forces loyalistes, appuyées par l'aviation russe et le Hezbollah libanais, avaient repris Cheikh Miskine, carrefour stratégique.
La zone méridionale de la Syrie, qui inclut les provinces de Deraa, Qouneitra et Soueida, fait l'objet d'un cessez-le-feu négocié en juillet 2017 par la Russie, la Jordanie et les Etats-Unis.
Mais après la chute de la Ghouta orientale, aux portes de Damas, en avril 2018, la province de Deraa a été la nouvelle cible du régime.

Le 19 juin, Les forces du régime, aidées de l'allié russe, ont lancé l'offensive pour reprendre les secteurs rebelles de la province.
Les raids aériens ont obligé quelque 330.000 Syriens à fuir.

Jeudi, l'armée syrienne a hissé le drapeau national dans le secteur rebelle de la ville de Deraa, après l'entrée d'un convoi de policiers militaires russes et d'officiers du régime. Les rebelles avaient auparavant accepté un accord avec le régime pour remettre leurs armes lourdes et moyennes.


Lire aussi
Les Russes veulent-ils le départ des Iraniens de Syrie ?

Retour massif de déplacés dans le Sud syrien

Au poste-frontière avec la Jordanie, militaires russes et syriens exultent

Syrie : un deal Trump-Poutine sur le dos des Iraniens ?

Le Hezbollah participerait à l'offensive du régime Assad dans le Sud syrien, selon Reuters

Israël joue la carte humanitaire à Deraa

Pour les rebelles dans le Sud syrien, le choix entre "le mal et le pire"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

OPTION POTION

Peut être martyr ou rebelle mais nettoyé de ses éléments wahabites alliés des occidentaux MANIPULÉS par israel.

Chammas frederico

Début de la fin de la "rébellion"
Mais pas de la fin des souffrances du "petit peuple"
quels sont les responsables de ces souffrances interminables?
Ça rappelle fâcheusement la guerre "Iran/Irak" ...que personne n'a réellement essayé d'arrêter
Un pri "fou" au départ, chasser Bachar pour instaurer une république sunnite dominée par les Frères Musulmans, toujours embusques

Antoine Sabbagha

Applaudissons les Russes .

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué