Diplomatie économique

Pékin promet 20 milliards USD de prêts à plusieurs pays arabes, dont le Liban

Le président Xi Jinping marque sa volonté de contribuer à la « reconstruction économique » au Moyen-Orient et à son « renouveau industriel ».

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abul Gheit (centre), le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue saoudien Adel al-Jubeir lors de la 8e rencontre ministérielle du forum de coopération entre la Chine et les États arabes, à Pékin, le 10 juillet 2018. Wang Zhao/AFP

Le président chinois Xi Jinping s’est engagé hier à l’octroi de 20 milliards de dollars de prêts et quelque 106 millions d’euros (124 millions de dollars) d’aide financière à plusieurs pays du Moyen-Orient, dont la Syrie et le Liban.
Pékin s’investit au Moyen-Orient depuis des années, tout en se gardant de prendre position dans les conflits régionaux, avec notamment pour objectif son projet de « nouvelle route de la soie » (Belt and Road Initiative), qui vise à relier la Chine à l’Europe via un réseau de routes, voies ferrées, ports, sites énergétiques, et qui passera par le Liban. Le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire iranien ouvre en outre de nouvelles perspectives pour les autorités chinoises.
« Nous devons traiter les uns avec les autres avec franchise, ne pas craindre les différences, ne pas éluder les problèmes, et avoir une large discussion sur chaque aspect de politique étrangère et de stratégie de développement », a déclaré Xi Jinping devant les représentants de 21 pays arabes réunis à Pékin à l’occasion de la huitième rencontre ministérielle du forum de coopération entre la Chine et les États arabes.

91 millions USD
Dans ce cadre, le président chinois a marqué sa volonté de contribuer à la « reconstruction économique » de la région, secouée par les conflits, et à son « renouveau industriel » dans les domaines du pétrole, du gaz, de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables. Il a promis pour ce faire l’équivalent de 20 milliards de dollars de prêts. Un consortium de banques chinoises et arabes sera créé avec un fonds dédié de trois milliards de dollars.
Une aide de 100 millions de yuans (15 millions de dollars) sera également allouée à l’Autorité palestinienne, ainsi qu’une enveloppe de 600 millions de yuans (91 millions de dollars) au profit de la Jordanie, du Liban, de la Syrie et du Yémen, a précisé le dirigeant chinois.
Le ministre sortant de l’Économie, Raëd Khoury, qui se trouvait en Chine pour participer au forum, a rappelé à l’occasion d’un discours les initiatives du gouvernement sortant pour encourager les investissements étrangers au Liban, dont : le projet de développement des infrastructures décidé lors de la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE) ; le plan McKinsey pour l’économie libanaise récemment présenté au président de la République ; et la signature d’un accord de coopération entre le Liban et la Chine le 8 septembre dernier. À l’époque, la présidente de l’autorité de la zone économique spéciale (ZES) de Tripoli, Raya el-Hassan, avait aussi signé un protocole d’accord avec la Chambre chinoise de commerce international. Le secteur privé chinois lorgne de plus en plus la deuxième ville du Liban, « idéalement placée » en vue de la reconstruction syrienne, selon eux.

Dans un entretien publié le 7 juillet dernier par le média chinois Xinhua, Raëd Khoury affirmait également que le gouvernement et le secteur privé chinois sont très intéressés par des investissements au Liban. « Les Chinois nous ont dit être très intéressés par des investissements, notamment dans les infrastructures, les routes, les télécommunications et les usines de production d’électricité », a déclaré M. Khoury. Pourtant, l’environnement des affaires libanais est régulièrement classé en queue de peloton par la Banque mondiale. Dans son rapport dernier Doing Business 2018, le Liban a perdu 7 places par rapport à l’année précédente, à la 133e place (sur 190 pays).


Pour mémoire
Raëd Khoury expose les grandes lignes du plan McKinsey pour l'économie libanaise

Le Liban demande 2,7 milliards de dollars pour faire face à la crise des réfugiés

Prêts octroyés durant la CEDRE : les attentes du Liban largement dépassées


Le président chinois Xi Jinping s’est engagé hier à l’octroi de 20 milliards de dollars de prêts et quelque 106 millions d’euros (124 millions de dollars) d’aide financière à plusieurs pays du Moyen-Orient, dont la Syrie et le Liban.
Pékin s’investit au Moyen-Orient depuis des années, tout en se gardant de prendre position dans les conflits régionaux, avec notamment pour...

commentaires (0)

Commentaires (0)