Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Retour d'une quarantaine de réfugiés syriens vers la banlieue de Damas

L'identité de ces réfugiés a été soigneusement vérifiée par les autorités avant qu'ils ne quittent Masnaa à bord de deux bus affrétés par la Syrie. 

L'identité de réfugiés syriens, qui étaient installés à Ersal, est vérifiée au poste-frontière d'al-Zamrani, le 28 juin 2018. AFP / LOUAI BESHARA

Quarante-deux réfugiés syriens ont rejoint dimanche leur village de la banlieue de Damas dans le cadre d'une opération de retour volontaire, a annoncé la Sûreté générale libanaise, qui a organisé ce rapatriement avec le régime syrien.

Ces réfugiés s'étaient rassemblés au poste-frontière de Masnaa à 7h du matin, où leur identité a été scrupuleusement vérifiée par les autorités. Après cette procédure, ils sont montés dans deux bus en provenance de Syrie qui les ont transportés jusque dans des localités situées dans la banlieue de Damas, d'où ils sont originaires. Parmi ces localités figure Moadamiyat al-Cham, située dans la banlieue de Damas, a précisé à l'AFP un coordinateur sur place.

Dans un premier temps, l'Agence nationale d'information (Ani, officielle) avait évoqué le chiffre de 67 déplacés.

Au poste de Masnaa, Mohammad Nakhla, 58 ans, a attendu avec dix membres de sa famille le retour dans leur ville natale de Moadamiyat al-Cham, reprise aux rebelles par le régime de Damas en octobre 2016. "Je ne me suis jamais senti aussi bien", a-t-il confié alors qu'il était sur le point de regagner son pays pour la première fois en six ans.

La SG a indiqué dans un communiqué que cette opération avait été menée "en coopération avec le HCR". 

Jeudi, un convoi avait déjà transporté dans le Qalamoun-Ouest, en Syrie, près de 300 réfugiés syriens installés à Ersal, bourgade sunnite située dans le nord-est de la Békaa qui en accueille 36 000, selon le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (UNHCR). Le convoi de jeudi avait été organisé après avoir reçu l'aval du régime syrien, en présence de soldats de l'armée libanaise, d'agents de la Sûreté générale et de la Croix-rouge libanaise.


(Lire aussi : Pour des réfugiés syriens au Liban, le service militaire freine le rêve du retour)


Ce retour, annoncé il y a deux semaines, avait été à l’origine d’une confrontation sans précédent entre le chef de la diplomatie libanaise Gebran Bassil et le UNHCR. Au début du mois, M. Bassil avait accusé l'agence onusienne d'entraver le retour volontaire des réfugiés syriens dans leur pays et avait gelé les procédures de renouvellement des permis de séjour de ses employés. Le UNHCR estime pour sa part que tout retour en Syrie est prématuré, mais ne s'oppose pas à des retours volontaires.  

Vendredi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait déclaré que son parti, impliqué militairement en Syrie aux côtés du président Bachar el-Assad, voulait aider à l'organisation d'un retour "volontaire et sûr" des réfugiés syriens. "Nous allons mettre un place un mécanisme pour entrer directement en contact avec eux (…) afin que le plus grand nombre puisse rentrer de manière sûre. Nous avons mis en place des numéros de téléphone afin que les déplacés puissent nous contacter. Nous allons également mettre en place des comités pour venir en aide aux déplacés qui le souhaitent", avait annoncé le leader chiite.

En avril, la coopération entre le Liban et Damas avait déjà permis d'assurer le retour de quelque 500 réfugiés syriens et un haut responsable de la sécurité avait évoqué fin mai le prochain départ de "milliers" d'autres.



Lire aussi

Aoun : Le Liban n'exerce pas de pression sur les réfugiés syriens

Réfugiés syriens : À Ersal, le jeu sordide du gouvernement libanais

Ersal rattrapé par le régime syrien

Réfugiés syriens au Liban : Plaidoyer pour une feuille de route nationale

Quarante-deux réfugiés syriens ont rejoint dimanche leur village de la banlieue de Damas dans le cadre d'une opération de retour volontaire, a annoncé la Sûreté générale libanaise, qui a organisé ce rapatriement avec le régime syrien.Ces réfugiés s'étaient rassemblés au poste-frontière de Masnaa à 7h du matin, où leur identité a été scrupuleusement vérifiée par les...
commentaires (1)

RETOUR AU COMPTE GOUTTES ! DE LA RIGOLADE.

LA LIBRE EXPRESSION

17 h 57, le 01 juillet 2018

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • RETOUR AU COMPTE GOUTTES ! DE LA RIGOLADE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 57, le 01 juillet 2018

Retour en haut