X

À La Une

"Journée de Jérusalem" : des milliers d'Iraniens manifestent en soutien aux Palestiniens

commémoration

"Les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et Israël veulent acculer l'Iran, mais ils ne savent pas qu'en agissant ainsi ils mettent en danger leur propre sécurité", a averti le chef du Parlement Ali Larijani devant la foule à Téhéran.

OLJ/AFP
08/06/2018

Des milliers d'Iraniens ont manifesté vendredi pour la traditionnelle "Journée de Jérusalem" en soutien aux Palestiniens, sur fond de crise cette année sur le dossier nucléaire provoquée par les Etats-Unis et leur allié israélien.

"Les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et Israël veulent acculer l'Iran, mais ils ne savent pas qu'en agissant ainsi ils mettent en danger leur propre sécurité", a averti le chef du Parlement Ali Larijani devant la foule à Téhéran.
Dans la capitale et dans d'autres villes d'Iran, les manifestants ont crié les habituels slogans "Mort à Israël" et "Mort à l'Amérique" et brûlé les drapeaux des deux pays. A Téhéran, des manifestants ont aussi brûlé une effigie du président américain Donald Trump couverte du drapeau israélien.

La "Journée d'al-Qods" (Jérusalem en arabe) est marquée tous les ans depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, lors du dernier vendredi du ramadan, le mois de jeûne musulman. Cette année, elle est célébrée en pleine crise sur le dossier du nucléaire iranien après la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord de 2015 et de rétablir des sanctions contre Téhéran. Ces annonces ont été saluées par Israël, ennemi juré de l'Iran, et l'Arabie saoudite, son rival régional.

L'accord de 2015 a permis de réintégrer l'Iran dans le concert des nations en permettant une levée partielle des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie. En échange, Téhéran a accepté de brider pour plusieurs années son programme nucléaire afin d'apporter l'assurance que celui-ci n'a aucune visée militaire. Alors que les Européens tentent de sauver l'accord, le guide suprême Ali Khamenei et divers dirigeants iraniens ont prévenu que leur pays pourrait quitter l'accord s'il n'y trouve plus son compte, notamment en matière de retombées économiques. Faisant monter la pression, Téhéran a annoncé en début de semaine la mise en route d'un plan visant à augmenter sa capacité à enrichir l'uranium.

"Le guide suprême nous a dit de venir en grand nombre pour montrer au monde que les actions des Etats-Unis et d'Israël n'auront aucun effet sur notre peuple", a dit Hassan Dorabi, un enseignant de 30 ans qui participait à la manifestation à Téhéran.
Plus loin, des enfants lançaient des fléchettes sur des portraits du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et celui du prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane.
"Nous voulons que tous vivent en paix. Nous ne voulons pas qu'un Etat attaque l'autre, nous ne sommes pas des animaux (...) Mais aujourd'hui Israël veut détruire les pays autour de lui", a dit Afateh Salehi, un employé de l'armée âgé de 58 ans, lui aussi présent à la manifestation.


Lire aussi
Centrifugeuses iraniennes : Téhéran joue la carte de la pression

  « Le pari de Trump est de faire émerger les conditions d’un changement de régime en Iran »

Pour Paris, la politique US sur l'Iran risque de "mettre davantage en danger" la région

Comment Washington veut mettre l’Iran à genoux

Syrie : Israël 1, Iran 0



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU,ILS GARDENT ET ECONOMISENT LEUR FORCE CAR ILS EN AURONT BESOIN POUR MANIFESTER PROCHAINEMENT ET SOUTENIR LEUR PROPRE CAUSE AVEC LES SANCTIONS QUI LES FRAPPENT !

Remy Martin

Des milliers sur près de 70 millions ...

Irene Said

Et nous, nous crions:
-mort à tous ceux qui ne savent que faire et entretenir la guerre

-qui ne sont capables que d'organiser ce genre de défilé-mascarade pour une cause qui ne les concerne pas directement

-qui ne savent que fanatiser les nombreux troupeaux de moutons-suiveurs-bêleurs incultes dans leur pays et chez nous au Liban

-qui, dans leur propre pays, subissent les désastreuses retombées économiques de la politique prêchée par des guides suprêmes à la mentalité obscurantiste

En attendant, aucun de ces fanfarons qui prétendent guider suprêmement ou libérer n'a été capable de changer le destin de Jerusalem !
Et pourtant on continue de les qualifier pompeusement "axe de la résistance"...
Irène Saïd






Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué