Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Les draps colorés de la tour Murr retirés "sous la pression de Solidere"

La société, créée au lendemain de la guerre civile pour reconstruire le centre-ville de Beyrouth, a demandé à Jad el-Khoury de retirer son installation "pour des raisons de sécurité", affirme l'artiste dans un entretien au Daily Star.

Les fenêtres de la tour Murr à Beyrouth recouvertes de draps colorés, le 14 mai 2018. Photo AFP / JOSEPH EID

Les 400 draps colorés installés sur les fenêtres des 34 étages de la tour Murr, l'édifice dominant Beyrouth et abandonné depuis des décennies, ont dû récemment être retirés sous la pression de la société Solidere. C'est ce qu'a affirmé dans un entretien au quotidien anglophone Daily Star Jad el-Khoury, l'artiste qui a réalisé cette installation.

Selon le journal, qui cite l'artiste, les draps ont été retirés mercredi à la demande de Solidere, alors que l'installation devait durer jusqu'en septembre.

Jad el-Khoury "a affirmé avoir été contrait de retirer les draps colorés des fenêtres de l'immeuble après avoir reçu une lettre, mardi, de la part de Solidere, qui est propriétaire de la tour", écrit le Daily Star.

Solidere avait été créée au lendemain de la guerre civile libanaise pour reconstruire et gérer le centre-ville ravagé de Beyrouth.

Jad el-Khoury a affirmé que la compagnie lui a demandé de "retirer l'installation sous 48h, à défaut de quoi une plainte serait déposée" contre lui. 

L'artiste explique avoir d'abord reçu une demande de la part de Solidere afin de retirer l'installation "pour des raisons de sécurité", sans plus d'explications. Lors d'une seconde rencontre avec la société, il affirme avoir reçu une autorisation pour garder les draps jusqu'en septembre, avant que Solidere ne se rétracte, lors d'une troisième rencontre, et lui demande finalement de la retirer. 


(Pour mémoire : La tour Murr sème des couleurs à tout vent)


L'installation des 400 draps, que Jad el-Khoury s'est lui-même procurés, avait nécessité cinq journées entières de travail.

"Le mémorial des conflits internes a été transformé en installation artistique publique. Bourj el-Murr danse désormais avec le vent", avait écrit l’artiste, connu également sur son réseau social sous le pseudo de Potatonose.  Jad el-Khoury précise que cette installation, intitulée Bourj el-Hawa, est inspirée de celle de Marwan Rechmaoui, Monument for the Living 2001-8, une maquette en béton de l’imposant immeuble resté inachevé depuis le début de la guerre en 1975.

Relevant des défauts dans sa structure, la tour en béton armé n’a pu être rénovée ni démolie. Son imposante stature fantomatique hante le périmètre où elle est plantée, sur l’intersection reliant la voie rapide (Ring) Fouad Chehab, l’artère principale de Kantari qui mène à Hamra, à la route qui descend vers la région des grands hôtels. 

La tour grise de funeste mémoire a abrité les milices armées qui en ont fait un repaire de francs-tireurs alors que les étages en sous-sol servaient de lieu de détention pour des otages en captivité. 


Lire l'intégralité de l'article du Daily Star ici


Pour mémoire

La beauté cachée des ruines du Holiday Inn et de la tour Murr

Jad el-Khoury : Pour comprendre le Liban, il faut se comprendre soi-même

Les 400 draps colorés installés sur les fenêtres des 34 étages de la tour Murr, l'édifice dominant Beyrouth et abandonné depuis des décennies, ont dû récemment être retirés sous la pression de la société Solidere. C'est ce qu'a affirmé dans un entretien au quotidien anglophone Daily Star Jad el-Khoury, l'artiste qui a réalisé cette installation.Selon le journal, qui cite...
commentaires (6)

un ou plusieurs incultes, bornes retrogrades jaloux ! voila ce que sont ces gens la ! mais en quoi cela nous surprend ? n'est ce pas le cas de nombre de nos bons citoyens ?

Gaby SIOUFI

10 h 01, le 03 juin 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • un ou plusieurs incultes, bornes retrogrades jaloux ! voila ce que sont ces gens la ! mais en quoi cela nous surprend ? n'est ce pas le cas de nombre de nos bons citoyens ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 01, le 03 juin 2018

  • C dommage Ca mettait un peu de gaite

    Lina Daher

    07 h 38, le 03 juin 2018

  • Une tour qu 'il faudra démolir .

    Antoine Sabbagha

    23 h 33, le 02 juin 2018

  • TOUR DE FUNESTE MEMOIRE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    22 h 15, le 02 juin 2018

  • Je me demande quel risque sécuritaire il y a exactement. Ces draps colorés sont une oeuvre d'art qui ne ménace pas la sécurité; à Beyrouth comme à Seville en Espagne on met souvent des draps à l'exterieur des appartements pour se protéger contre le soleil, pour garder le soleil et la chaleur en dehors.

    Stes David

    20 h 12, le 02 juin 2018

  • c'est les memes incultes qui ont demantele le tres joli Beirut Exhibition Centre....des ignares qui n'ont qu'une seule chose en tete, le fric! et puis je ne savais pas que cette tour hideuse faisait partie de solidere. Joli coup de la part du Murr, il s'en est debarasse contre des actions bien liquides, contrairement a cette pustule qu'il n'arrivait pas a vendre...CQFD

    George Khoury

    18 h 35, le 02 juin 2018

Retour en haut