X

Liban

La candidature d’Anis Nassar pour faire barrage à Ferzli

Vice-présidence de la Chambre

Les Forces libanaises entendent faire barrage à l’élection de l’ancien vice-président de la Chambre, ce qui pourrait favoriser Élias Bou Saab.

19/05/2018

La séance inaugurale du nouveau Parlement mercredi prochain doit voir l’élection de son nouveau président et vice-président, ainsi que les membres du bureau de la Chambre. Alors que la reconduction de Nabih Berry est officieusement tranchée, c’est la vice-présidence de la Chambre qui fait l’objet d’un débat.
Le groupe parlementaire du Courant patriotique libre (CPL) et des indépendants qui lui sont affiliés – dit « Bloc de l’État fort » – constitue le groupe parlementaire le plus large et a en tout cas été reconnu comme tel par le président de la Chambre, Nabih Berry, à l’issue de sa visite à Baabda au lendemain des législatives. Partant, M. Berry s’est engagé à faire élire à la vice-présidence de la Chambre la personne que le chef de l’État, Michel Aoun, aura choisie. Ce serait donc cette personne qui numériquement aurait le plus de chance d’être élue à la majorité du Parlement.
Le bloc aouniste doit officialiser le choix de son candidat lors de sa réunion mardi prochain. Il est désormais connu que les deux noms débattus au sein de ce bloc – non sans des tiraillements – sont ceux du député élu Élias Bou Saab, proche du chef du CPL Gebran Bassil, et du député élu Élie Ferzli, soutenu par le député élu Chamel Roukoz. Ce dernier est allé jusqu’à annoncer, mercredi dernier, au nom de son groupe, l’appui à la candidature de cet ancien vice-président de la Chambre, avant que Gebran Bassil ne rectifie le tir, le lendemain, en précisant que rien n’a été tranché sur la question.


(Lire aussi : Entre Aoun et Berry, un coup de fil, un déjeuner... et une relation renouvelée, le décryptage de Scarlett Haddad)


« Dans la tradition du 14 Mars »
C’est en tout cas pour faire barrage à l’option de Élie Ferzli – de plus en plus favorisée – que les Forces libanaises (FL), historiquement hostiles aux acolytes de Damas, ont présenté la candidature d’Anis Nassar, député élu de Aley et membre de leur groupe parlementaire. Selon une source autorisée, « si le choix du CPL s’était porté sur Élias Bou Saab, les FL n’auraient pas présenté de candidat à la vice-présidence de la Chambre ». C’est donc avant tout par principe que les FL ont agi, leur message étant un refus de la consécration de figures prosyriennes, dont les législatives ont vu la résurgence. Aussi, ce parti chrétien, fort d’un nouveau groupe élargi de 15 députés, se serait déjà rallié le courant du Futur et le Parti socialiste progressiste, en faveur d’Anis Nassar, selon une source des FL. C’est ce qu’a aussi annoncé hier M. Nassar lui-même à La Voix du Liban. Les FL ambitionneraient en outre d’obtenir l’appui de figures indépendantes comme Michel Murr, Nagib Mikati, Michel Moawad, Michel Daher, et des Kataëb – avec lesquels des contacts sont en cours. Les FL mettent l’accent sur la symbolique de cette alliance, qui est celle du 14 Mars. « Il est dans la tradition que le vice-président de la Chambre soit issu du 14 Mars, comme l’avait été Farid Makari (qui s’est abstenu de se porter candidat aux législatives, NDLR) », explique la source FL. Selon elle, l’appui par le bloc de Gebran Bassil à la candidature d’Élie Ferzli aura pour conséquence « une bataille démocratique entre celui-ci et Anis Nassar à l’hémicycle ». Toutefois, par calcul arithmétique, cette bataille hypothétique ne serait pas favorable au candidat des FL, en dépit de l’appui qu’il obtiendrait, celui-ci étant surpassé par le bloc de Nabih Berry, rejoint par le Hezbollah et ceux qui lui sont affiliés, et par le groupe d’indépendants – estimé à sept membres – que les Marada ont fédérés avec la bénédiction de Aïn el-Tiné.


(Lire aussi : Le Liban se hâte d’entrer de plain-pied dans la phase post-législatives)


Un accord plutôt qu’une bataille
Concrètement, rien ne présage toutefois d’une bataille dans ce sens, pour plusieurs raisons. D’abord, le courant du Futur ne serait pas dans cette optique. Dans les milieux du courant haririen, on ne confirme pas d’appui à la candidature d’Anis Nassar, l’heure n’étant pas à l’affrontement contre le CPL, avec lequel « une alliance persiste tant bien que mal ». Ensuite, les FL seraient eux aussi à la recherche d’une solution médiane. Tout se joue à ce stade sur la base de donnant-donnant : si la vice-présidence de la Chambre va au CPL, celle du Conseil irait aux FL, confirme une source indépendante. Les contacts menés entre les deux partis, par l’intermédiaire du ministre Melhem Riachi, pourraient déboucher sur un appui, in fine, à la candidature d’Élias Bou Saab. La candidature d’Anis Nassar aura ainsi servi de carte de pression.
Pour sa part, M. Ferzli aura tout à gagner : s’il est choisi par le bloc aouniste, tant mieux, sinon, s’il se retire de la course en faveur de M. Bou Saab, cela ne sera pas sans inspirer au chef de l’État un sentiment de redevance à son égard.
Mais à une question de L’OLJ sur son possible retrait de la bataille en faveur de M. Bou Saab, Élie Ferzli répond qu’il n’est « pas candidat, tant que le bloc auquel (il) appartient ne l’aura pas décidé ».


Lire aussi

Geagea : Deux priorités pour les FL, le contrôle des armes par l’armée et la lutte contre la corruption

Hariri : Les législatives nous ont fait perdre quelques sièges, mais pas notre force

Concertations de haut niveau avant l’expiration du mandat de la Chambre

Kassem préfigure déjà la part du 8 Mars au gouvernement

Hariri rejette la consécration du ministère des Finances aux chiites

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Toutes ces tractations...sont-elles pour l'intérêt du Liban...
ou pour leurs propres intérêts personnels ainsi que de ceux qui les appuyent ici...et à l'extérieur ?
Irène Saïd

Sarkis Serge Tateossian

La valse impériale ... Ou la danse des sièges

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FERZLI EST LE MIEUX PLACE POUR CE POSTE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué