Politique

Le Liban se hâte d’entrer de plain-pied dans la phase post-législatives

Le président Aoun recevant le député élu Farid Boustani. Photo Dalati et Nohra

À l’approche de la fin de la présente législature, lundi 21 mai à minuit, le pays se prépare à entrer de plain-pied dans la prochaine phase constitutionnelle : les consultations parlementaires contraignantes, la nomination du prochain Premier ministre (celle de Saad Hariri semble acquise), la formation d’un nouveau gouvernement et la rédaction de la déclaration ministérielle.
Dans l’immédiat, il est prévu que le Conseil des ministres tienne lundi sa dernière réunion, avant de devenir un gouvernement d’expédition des affaires courantes.

Le calendrier prévoit aussi la tenue, mercredi prochain, de la première réunion de la nouvelle Chambre et l’élection de son président. Il est acquis que Nabih Berry se succédera à lui-même à la présidence de la Chambre, mais des incertitudes continuent de peser sur la personne du vice-président. Ce sera Élie Ferzli ou Élias Bou Saab, selon la personnalité à laquelle reviendra la décision finale : Nabih Berry ou Michel Aoun. Les pronostics donnent M. Ferzli gagnant. En tout état de cause, ce sera un excellent go-between entre le chef de l’État et celui du pouvoir législatif. Selon Gebran Bassil, le chef du CPL, la question sera tranchée mardi, au cours de la réunion hebdomadaire du bloc parlementaire qu’il préside. Les Forces libanaises ont avancé la candidature d’Anis Nassar (député élu à Aley) au poste de vice-président, mais tout porte à croire qu’il s’agit d’un simple ballon d’essai.


(Lire aussi : Banalité augmentée, le billet de Gaby NASR)

« Faire vite »
Avec le mois de ramadan, c’est aussi la saison des iftars qui commence, les repas permettant aux observateurs politiques de noter qui côtoie qui et quels sont les blocs parlementaires en cours de formation, ou ceux qui s’étiolent. Le premier iftar de ce genre se tiendra mercredi, au palais présidentiel. Ce sera l’occasion d’ovationner le nouveau président de la Chambre, et de voir ensemble les trois présidents.

Mais la continuité entre l’ancienne et la nouvelle législature n’est pas totale, malgré la très probable présence des mêmes hommes à la tête des trois grandes présidences. Les nouveaux équilibres politiques surgis des urnes ne manqueront pas, en effet, de provoquer des tiraillements au niveau de la formation du gouvernement et de la rédaction de la déclaration ministérielle. « Faire vite » semble quand même être le mot d’ordre de la phase de formation du cabinet.
En ce qui concerne les portefeuilles, M. Hariri aurait, semble-t-il, accepté de confier une fois de plus le portefeuille des Finances à Ali Hassan Khalil, à la condition que cela se fasse en vertu d’un choix contingent, et que ce ne soit pas la consécration d’une nouvelle coutume constitutionnelle.
Une chose est sûre, outre la question des armes du Hezbollah, qui fera l’objet d’un dialogue national aussitôt le gouvernement formé, la déclaration ministérielle abordera les deux dossiers brûlants de la distanciation et de la présence sur le sol national des déplacés syriens. Le thème de la distanciation est d’autant plus d’actualité qu’avec les sanctions imposées par les États-Unis à des dirigeants du Hezbollah, et les affirmations saoudiennes selon lesquelles il n’y a pas deux ailes à ce parti, l’une politique, l’autre militaire, mais un seul Hezbollah « terroriste », le principe du non-alignement du gouvernement libanais s’impose comme une nécessité vitale.
Pour ce qui est des déplacés, tant le chef de l’État que le président du CPL sont déterminés à en faire un de leurs chevaux de bataille, n’en déplaise à l’Union européenne et à sa représentante au Liban qui, d’ailleurs, semble avoir joué son poste sur cette question.


(Lire aussi : Les trois objectifs électoraux du CPL, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Dans ce calendrier affairé, une note positive est venue hier du gouverneur de la BDL, qui a rendu compte au chef de l’État de l’accueil favorable réservé par la communauté internationale au bon déroulement de l’alternance législative (voir page 8), même si l’intendance ne suit pas toujours.
 Ainsi, il a fallu non moins de deux appels téléphoniques, hier, du Premier ministre – l’une au ministre de l’Énergie, l’autre au directeur général d’EDL –, pour assurer le courant électrique à Tripoli à l’heure de l’iftar... Pas de doute, on a bien fait de garder les navires-centrales !


Lire aussi

Législatives libanaises : Anatomie du vote à Baabda

Frangié annonce « un bloc d’au moins sept députés »

Abdel-Rahim Mrad tranche : Ferzli sera le second de Berry

Henri Chédid : des FL au Futur


À l’approche de la fin de la présente législature, lundi 21 mai à minuit, le pays se prépare à entrer de plain-pied dans la prochaine phase constitutionnelle : les consultations parlementaires contraignantes, la nomination du prochain Premier ministre (celle de Saad Hariri semble acquise), la formation d’un nouveau gouvernement et la rédaction de la déclaration...

commentaires (4)

C'est la consécration de la victoire d'un camp sur l'autre, avec les moyens juridiques cette fois ci. Bcp seront surpris des changements à venir.

FRIK-A-FRAK

10 h 57, le 18 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • C'est la consécration de la victoire d'un camp sur l'autre, avec les moyens juridiques cette fois ci. Bcp seront surpris des changements à venir.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 57, le 18 mai 2018

  • AU BRESIL L,EX BRAS DROIT DE LULA CONDAMNE A 30 ANS DE PRISON POUR CORRUPTION. ET LULA RISQUE AUSSI SA TETE. QU,EN EST-IL DE NOS INTOUCHABLES CORROMPUS ? QUAND EST-CE QUE ON LEUR FERA RENDRE DES COMPTES ? A QUAND LES POURSUITES JUDICIAIRES ? PRIORITE A LA CONDAMNATION DES CORROMPUS TOUS BIEN CONNUS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 17, le 18 mai 2018

  • Au fait...pourquoi sommes-nous allés voter ce fameux 6 mai 2018 ? Rien ne change chez nous: - les mêmes Nos 1,2 et 3 restent à leur poste - les mêmes compromis en vertu "d'un choix "contingent"...( ouauuuuh, ces Messieurs sont maîtres pour trouver des formules qui leur conviennent !) qui assurent les mêmes aux postes qu'ils occupent déjà.."j'y suis...j'y reste "!!! - les mêmes problèmes quotidiens qui agrémentent notre vie depuis des années seront inchallah...résolus avant les prochaines législatives !!! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 50, le 18 mai 2018

  • ET LES DECLARATIONS GAFFEUSES ET LES FANFARONNADES DE TOUT LE MONDE CONTINUENT A PLEUVOIR EN AVERSE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 13, le 18 mai 2018