X

Liban

Kassem préfigure déjà la part du 8 Mars au gouvernement

Politique

Le numéro deux du Hezbollah laisse entendre que le tiers de la Chambre pro-axe irano-syrien (sans le CPL) devrait obtenir le tiers de blocage.

12/05/2018

L’un après l’autre, les représentants des grands pôles politiques défilent pour évoquer leurs victoires respectives et rappeler leur poids au sein du prochain Parlement ainsi que son équivalent en représentation au sein du prochain gouvernement. Hier, c’était au tour du secrétaire général adjoint du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, de poser en termes implicites les conditions de son camp pour ce qui est de la composition politique du prochain cabinet.

Le numéro deux du parti chiite a appelé à « la formation d’un gouvernement d’union nationale qui tienne compte des résultats des élections législatives et au sein duquel l’ensemble des forces politiques seront représentées conformément à leur importance au sein de la Chambre ». On peut d’ores et déjà déduire de ces propos que Naïm Kassem pense à un bon tiers de blocage pour le camp du 8 Mars, désormais comptabilisé avec le tandem chiite et les autres députés et blocs proches de l’axe irano-syrien, mais sans le bloc du CPL. Or le groupe auquel le numéro deux du Hezbollah fait allusion détient désormais plus de 43 sièges à la Chambre, et donc le tiers.

La veille, les milieux du Hezbollah avaient également indiqué que la part que réclamerait le tandem chiite à lui seul s’élèverait à 6 ministres au lieu des cinq que compte l’équipe actuelle.

Les propos du dignitaire chiite surviennent quelques jours après la position exprimée par le chef du Parlement Nabih Berry, qui s’était dépêché de « réserver » le ministère des Finances à la communauté chiite et plus précisément au ministre actuel sortant, Ali Hassan Khalil. Une position qui a aussitôt suscité une réplique de la part du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, qui s’est opposé au principe de l’attribution à vie d’un portefeuille à une communauté et placé, lui aussi, ses conditions en matière de représentation au sein du gouvernement.

Pour le Hezbollah, les messages au lendemain de la « victoire confortée » du parti et de ses alliés doivent être interprétés à plusieurs niveaux, à savoir sur le plan de la représentation au sein des institutions locales, mais aussi en direction de « l’Occident, d’Israël et des États-Unis et de tous ceux qui ont cherché à nous épingler », comme l’a relevé Naïm Kassem en évoquant une plus grande « légitimité » interne de la résistance dont « le Liban est le giron ».


(Lire aussi : Hariri rejette la consécration du ministère des Finances aux chiites )


Le dignitaire chiite a cependant complètement éludé d’évoquer le réchauffement du front entre Israël et l’Iran en Syrie ces derniers jours. Une « omission voulue », commente Kassem Kassir, un journaliste proche des milieux du Hezbollah qui explique que si Naïm Kassem s’est abstenu de s’aventurer sur ce terrain délicat, c’est parce qu’il « préfère laisser la parole à Hassan Nasrallah » qui s’exprimera lundi prochain à l’occasion de la commémoration annuelle de la mort de Moustapha Badreddine, l’ancien inculpé principal dans l’affaire Rafic Hariri.

Pour ce qui est de la représentation du tandem chiite au gouvernement, elle devrait en principe s’accroître. M. Kassir croit savoir que le parti ne se contentera pas de fixer le nombre des ministres souhaités, mais qu’il ira jusqu’à réclamer cette fois-ci des portefeuilles plus importants que ceux qu’il occupait jusque-là, notamment des ministères de services tels que les Affaires sociales. Selon le journaliste, l’ambition du tandem chiite n’est pas nécessairement liée à son souhait de parvenir au tiers de blocage au sein du futur gouvernement, comme on serait tenté de le croire, « puisqu’il y a un équilibre des forces tel que l’on peut plutôt parler de deux camps opposés d’égale puissance qui peuvent se bloquer mutuellement », en tous les cas, sur les grandes questions stratégiques.
 « Ces élections ont donné lieu à une nouvelle redistribution du pouvoir entre les parties politiques et à un équilibre des forces où aucun protagoniste ne peut prétendre à une suprématie. Cela s’applique également à Saad Hariri qui, désormais, ne peut prétendre qu’à un pouvoir égal à celui des autres forces en présence », a-t-il dit.


(Lire aussi : Non, le Liban ne se confond pas avec le Hezbollah)

  

Prenant le relais du numéro deux chiite, le député réélu du Hezbollah Nawaf Moussaoui a évoqué dans un discours l’avènement d’un nouvel équilibre, notamment dans les rapports interparlementaires.
 « Nous sommes en présence d’un Parlement où les équilibres entre les différents blocs vont prévaloir de manière à empêcher toute partie politique de monopoliser la décision libanaise, que l’on avait tendance à confier à tel prince ou tel ambassadeur », a-t-il ironisé. « Par ces élections, vous avez protégé la résistance constitutionnellement, politiquement et diplomatiquement », a ajouté M. Moussaoui. Selon lui, le tandem chiite est désormais décidé à restituer à la vie institutionnelle ses lettres de noblesse, sachant qu’« elle avait été paralysée du fait d’une suprématie exercée de manière unilatérale », une autre allusion au camp haririen.

Le poids électoral du tandem chiite devra également se traduire au niveau de la reconduction de Nabih Berry à la tête du Parlement. « Je lui présente d’emblée mes félicitations », a dit M. Moussaoui, soulignant que M. Berry est élu d’office. « Aucun autre député ne peut le concurrencer à ce poste puisqu’il peut compter sur l’appui de 27 députés chiites », a-t-il ajouté.


Lire aussi 
Berry délimite son territoire et Geagea met ses conditions

Le Groupe international de soutien au Liban souhaite une formation rapide du gouvernement

Kesrouan-Jbeil : Où placer Moustapha Husseini sur l’échiquier politique ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Plus on monte plus la chute sera sévère !!! Laissez les jaccassez mais maintenant il faudra compter avec le 16 député FL qui eux cette fois ci ne laisserons rien passer avant ils avaient 8 dép maintenant c’est le double ... DE SURCROÎT LES FL BATTENT EN NOMBRE DE DÉPUTÉ LE HEZB SEUL ... ce n’est pas rien

Remy Martin

"Il etait une fois un pays de lait et de miel qui s'appelait Liban ... " dans toutes les librairies depuis le 6 Mai, 2018.

ON DIT QUOI ?

Parole de vainqueur ! La part du lion .

Irene Said

Et voilà encore des "ambassadeurs de Téhéran et de Damas" qui s'expriment selon leurs illusions.
Faut croire que cela les aide à supporter leur quotidien...pas si divertissant que ça...les pauvres !
Irène Saïd

gaby sioufi

quelques inconnues - de taille - font que le controle de la nation libanaise par hezbolla tel que decrit ici soit aleatoire.
1- l'attitude/la reaction ET actions du CPL
2-celles des elus /allies du hezbolla, qui pratiquement tous suivraient les instructions de bashar assad plutot que celles de wali fakih , assad qui lui pourrait tres bien avoir ses propres calculs non seulement pr ce qui est du Liban mais aussi pour ce qui est de ceux avec wali fakih
3-celles de wali fakih lui-meme QUI pourrait etre coince - oblige de demander a hezb de moderer ses ambitions - sinon a cause des USA - pt't bien pour ne pas facher l'EU , donc pour l'amadouer vs les sanctions economiques.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DANS TOUT AUTRE PAYS DU MONDE QUI SE RESPECTE LES LEGISLATIVES... AVEC DEUX MILICES ARMEES D,UNE MEME COMMUNAUTE... N,AURAIENT JAMAIS PRIS PLACE ET LEURS RESULTATS AURAIENT ETE CONSIDERES COMME CADUCS !

Marionet

Pas étonnant que le hezbollah lorgne sur le ministère des affaires sociales: les ressources financières qui lui ont permis de jouer à plein le rôle social de l'Etat se tarissent du fait de la crise économique en Iran, de l'effort de guerre en Syrie ... Et des sanctions américaines. Or c'est là-dessus qu'il a bâti son socle de popularité auprès de la population chiite. Pour continuer à se substituer à l'État, il ne lui reste que l'argent de...l'État.

Yves Prevost

je ne vois pas où il y a "un équilibre des forces tel que l’on peut plutôt parler de deux camps opposés d’égale puissance". Le camp du 8 mars possède, en réalité, plus de la moitié des sièges. Je ne comprends pas pourquoi dans ces calculs, n'est pas pris en compte le CPL, pourtant allié indéfectible du Hezbollah.
Quant à la manie de vouloir faire du gouvernement un clone de la Chambre, il faut qu'elle cesse. La solution des multiples problèmes pratiques dont souffrent les citoyens ne peut passer par les magouilles poitico-politicardes classiques. Le Liban a besoin d'un gouvernement de techniciens et non de politiciens.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants