X

Liban

Le Hezbollah enferme ses opposants dans une « liste noire »

Législatives 2018 - Libertés

Vingt-huit personnalités hostiles au parti de Hassan Nasrallah, dont des candidats aux législatives, sont assimilées à des « chiites de l’ambassade ».

25/04/2018

Les opposants chiites au Hezbollah essuient chroniquement des accusations d’affiliation aux ambassades de pays hostiles à l’Iran, comme l’Arabie saoudite, ou de pays diabolisés – du moins officiellement – par le Hezbollah, comme les États-Unis. En 2015, la formule de « chiites de l’ambassade » a été introduite dans la rhétorique du Hezbollah par son secrétaire général Hassan Nasrallah, qui y a apposé le qualificatif de « traîtres ». 

C’est en résonance à cette mise en accusation, et quelques jours après le passage à tabac du journaliste Ali el-Amine, candidat au Liban-Sud III, devant son domicile à Chakra, que les milieux du Hezbollah ont rendu publique, dans l’édition d’hier du journal al-Akhbar, une liste de vingt-huit « opposants chiites » que les Émirats arabes unis auraient envisagé de sponsoriser. Ces opposants sont profilés en quelques lignes dans un rapport de l’ambassade des Émirats à Beyrouth, qui met en avant leur engagement contre le tandem Hezbollah-Amal. Ce rapport aurait été élaboré suite à une demande, datant du 19 décembre 2017, du ministère des Affaires étrangères émirati, selon le quotidien. 

Les opposants cités sont : Ghaleb Yaghi, Harès Sleiman, Mona Fayad, Hoda Husseini, Moustapha Fahs, le journaliste Ali el-Amine, Mohammad Barakat, Imad Komeiha, Hadi el-Amine, Hasan el-Zein, Saër Ghandour Waddah Charara, Omar Harkous, Ahmad Ismaïl, Mounif Faraj, Lokman Slim, Malek Mroué, Nadim Koteiche, Ziad Majed, Saoud el-Maoula, Farouk Yaacoub, Abbas Jawhari, Sobhi Toufeily, les anciens ministres Mohammad Abdel Hamid Beydoun et Ibrahim Chamseddine, l’ancien député Salah Haraké, Ahmad el-Assaad et le député sortant Okab Sakr. 

Cette liste couvre notamment des candidats aux législatives menant campagne dans les fiefs du Hezbollah contre son hégémonie. Ont été exclus les candidats qui, bien que rivalisant avec le Hezb sur la forme, ne l’affrontent pas sur le terrain stratégique. 


(Lire aussi : Le joueur d’échecs, l'édito de Michel Touma)


Le document retient ainsi le nom de Ghaleb Yaghi, candidat à Baalbeck-Hermel sur la liste chapeautée par Yehya Chamas et soutenue par le courant du Futur et les Forces libanaises (le seul de cette liste à être cité dans le rapport, le seul à tenir un discours qui va au-delà du programme socio-économique auquel se limitent ses colistiers) ; l’ancien député Salah Haraké, candidat sur la liste des FL et du PSP à Baabda, principale figure d’opposition chiite dans ce caza ; enfin – cela est particulièrement significatif –, des quatre listes rivales du Hezbollah au Liban-Sud III, seules les deux listes incluant des chiites stratégiquement opposés au Hezbollah ont vu leurs candidats cités dans le rapport : outre Ahmad el-Assaad, qui a formé sa propre liste, les membres de la liste de Ali el-Amine sont cités dans leur intégralité, en l’occurrence son nom et celui de ses deux colistiers Imad Komeiha et Ahmad Ismaïl. 

Quelques-uns de ces opposants, contactés par L’Orient-Le Jour, ont unanimement dénoncé « le ridicule » de l’article d’al-Akhbar. D’abord à cause d’erreurs flagrantes : par exemple, le journaliste Nadim Koteiche est présenté à tort comme étant le gendre de Salah Haraké, précise celui-ci à L’OLJ, en déplorant « la propagande ». Il y a ensuite une inadéquation de la titraille (« Les émirats étudient les financements des candidats des opposants chiites ») avec le contenu du rapport, qui ne fait état à aucun moment d’un appui à caractère électoral, et encore moins financier, des émirats aux personnes mentionnées. 

Sur le fond, ces indépendants n’y voient rien de compromettant à leur égard. « Ce rapport ne fait que dresser un état des lieux, comme le ferait toute ambassade », constate par exemple le journaliste Malek Mroué, qui n’y voit du reste aucune preuve de liens établis entre l’ambassade émiratie et les personnes mentionnées. Certains n’ont jamais mis les pieds à l’ambassade, ou n’en connaissent aucun diplomate. Ali el-Amine, lui, était jusqu’à il y a deux mois interdit d’entrée aux Émirats arabes unis, dans la suite des mesures vexatoires prises par des pays du Golfe contre des ressortissants chiites du Liban. Faut-il rappeler par ailleurs que « les indépendants chiites, comme Ghaleb Yaghi à Baalbeck-Hermel, souffrent financièrement au point de ne pouvoir embaucher des délégués aux bureaux de vote, ni accrocher des affiches électorales décentes ? », selon Harès Sleiman. Et que souvent certains actes de diplomates du Golfe sont injustement associés aux opposants chiites, comme l’a été la visite effectuée par l’ambassadeur émirati et le chargé d’affaires saoudien à Baalbeck-Hermel il y a deux semaines, instrumentalisée par le Hezbollah contre ses rivaux chiites, alors qu’elle ne servait qu’à resserrer les rangs sunnites. Faut-il souligner, enfin, comme le fait un chiite indépendant ayant requis l’anonymat, que « le véritable chiite de l’ambassade, sous l’ère d’Obama et de l’accord sur le nucléaire iranien, n’était autre que le Hezbollah ? ». 


(Lire aussi : Au Liban, peut-on être chiite et mener campagne contre le Hezbollah?)


Si les indépendants banalisent le document qui les vise, c’est parce que l’essentiel en est le message politique du Hezbollah : diaboliser les opposants en vue de justifier éventuellement leur lynchage, physique ou autre. Cette méthode, Omar Harkous, ancien journaliste de la Future TV, en a subi la violence en 2009. La guerre médiatique menée contre lui a fait de lui, aux yeux des partisans du Hezbollah et de ses acolytes, un « traître sioniste » à éliminer. Couvrant un jour une manifestation prosyrienne à Hamra, une foule s’est acharnée sauvagement sur lui. 

Contacté par L’OLJ, il dit avoir été contraint de quitter le pays, pour protéger sa vie et celle de ses proches. « Les articles dirigés personnellement contre moi ont affecté le cours de ma vie au Liban. Ces gens-là ont une haine contre tous ceux qui s’opposent à eux. Aujourd’hui, je crains pour les opposants au Liban, surtout ceux qui, dans le Sud, sont seuls : sans communauté qui les protège, ni partis, ni conjoncture politique… Je pense à Ahmad Ismaïl, fonctionnaire d’État sans cesse intimidé, et à Ali el-Amine. » 

De l’avis de plusieurs indépendants chiites, l’article publié par al-Akhbar est en réaction à la vague d’indignation suscitée par l’agression de partisans du Hezbollah contre Ali el-Amine. « Les hommes qui ont déboulé pour m’agresser, sur ordre du Hezbollah, avaient pour but initial de me forcer à prendre la fuite, de sorte à ce qu’on rapporte le lendemain, dans la presse, que j’ai fui mon propre village. C’est la méthode de l’humiliation personnelle dont le Hezbollah est adepte. J’y ai résisté, et cet incident a créé l’effet contraire à celui escompté, ce qui a dû leur déplaire. » 

Pour le chercheur Lokman Slim, si la nouvelle escalade de violence du parti chiite a un avantage, c’est de rappeler que « le Hezbollah est un parti néofasciste. Et de le rappeler précisément aux parties libanaises, qui toutes ont fini par l’oublier ».



Lire aussi

Clés en main, l'éditorial de Issa Goraieb 

Ali el-Amine : Nous n'avons pas affronté l'occupation pour la remplacer par une autre

L’apartheid du Hezbollah, l'édito de Ziyad Makhoul

Ali el-Amine, un chiite protégé par sa seule libanité

L’affaire Jawhari et autres méthodes du Hezbollah

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

La résistance envers un pays qui tente d'occuper notre pays le Liban est une chose honorable !
Laisser un autre envahisseur surnois occuper notre patrie le Liban sous couvert aussi de "résistance" et avec la collaboration d'un parti soi-disant libanais...pour réaliser des projets d'expansion et de domination dans la région du Proche Orient, n'est en rien comparable...et c'est de la haute trahison tout simplement...!
Irène Saïd

Eleni Caridopoulou

Il faut que tous les libanais aillent voter pour arrêter les Ayattollahs ..

Antoine Sabbagha

On dirait des dans un pays qui n'appartient pas au Liban . Triste .

Le Faucon Pèlerin

Un journal pro-Hezbollah a publié les photos de 28 personnalités politiques chiites dont la majorité se présentent aux élections sur des listes opposées au tandem Amal-Hezbollah. Je suppose que le journal a oublié d'ajouter "Wanted" sous les photos.
J'espère que qu'ils intenteront un procès contre la feuille jaune qui a publié leurs photos sans leur autorisation ainsi que pour incitation au meurtre.

Irene Said

Pourquoi certains de mes frères Libanais ne veulent-ils pas comprendre, ou admettre, ce qui est pire, que le Hezbollah a vendu notre patrie à l'Iran pour des raisons...iraniennes ?
Ne voient-ils donc pas ce qui se passe chaque jour chez nous ?
Désirent-ils vraiment être gouvernés par une dictature à l'iranienne pour récolter des guerres sans fin avec leurs cortèges de martyrs, et la fin des libértés dont ils sont si friands ?
Et en plus, Israël restera malgré tout de l'autre côté de la frontière...malheureusement...ils le savent trop bien, de même que si le Hezbollah efface ce pays de la carte du monde, le Liban le sera aussi !

Peut'être ont-ils souffert personnellement de l'occupation israélienne...mais cela leur donne-t-il le droit de sacrifier, maintenant en 2018, pour se venger, toute une population de leurs frères...libanais ???
Irène Saïd

Dounia Mansour Abdelnour

Le Hezbollah tout comme le régime Assad pratique le régime de la pensée unique! Tout ce qui n’est pas avec lui est inacceptable et doit être éliminé ! Il y a péril en la demeure pour la liberté d’expression et les libertés tout court!

Houri Ziad

Honneurs a ces heros qui osent dire non a la dictature...exemple a suivre

Lebinlon

cette "liste noire" pour le hezbollah est une LISTE D'HONNEUR pour les autres. courage a ces braves face au terrorisme psychologique et aux plumes mercenaires qui le charrie

Soeur Yvette

Les chiites sont libanais ..Non?? d'origine libanaise d'appartenance libanais...Non ???Un point d'interrogation se pose.???? une honte...

TYAN Georges

A ce compte là nous sommes tous Libanais de l'ambassade, mais laquelle?
Celle d'Iran? Nenni.
L'ambassade Du Liban au Liban.
Nous sommes tous nos propres ambassadeurs dans et hors du pays.
Ceci n'est qu'un avant goût de ce qui attend ceux qui ont fricotté avec le Hezbollah, toi tu fais de l'argenet, tu vole, tu pilles, mois je fais ma guerre et tu me laisse tranquille.
Personne des politiciens actuels 8 et 14 mars inclus n'est innocent.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUELLE HONTE POUR LE HEZBOLLAH ! SES CANDIDATS SONT LES CHIITES DE L,AMBASSADE PERSE ! IL DIVISE LES CHIITES EN DEUX CATEGORIES ET ATTRIBUE FAUSSEMENT LE QUALIFICATIF DE TRAITRES AUX CHIITES A L,APPARTENANCE UNIQUEMENT LIBANAISE ! LES CHIITES SE REVEILLENT ET COMMENCENT A JUGER...

Irene Said

Ben oui...quand on a le cerveau complètement vide et qu'on s'ennuie du matin au soir...faut bien trouver de quoi s'occuper, non ?

Pas de travail, pas d'espoir d'un avenir décent pour sa famille...alors on se rabat sur des opposants au saint "parti de DIEU" et son très efficace et intelligent (nous affirme-t-on !)chef,
ambassadeur plénipontentiaire de Téhéran .
Il y en a qui jubilent ce matin dans leur chaumière !
Irène Saïd

NOUVEL ORIENT

Ça c'est la dernière de lolj.

Mais tant que c'est pas dans une chambre noire. Lol.

Yves Prevost

Même si c'était le cas, en quoi serait-il plus déshonorant d'être soutenu par le Qatar l'Arabie Saoudite ou le Koweit que par l'Iran?
D'autant plus qu'en ce qui concerne le Hezbollah, il ne sa'git pas seulement d'un soutien financier de quelques centaines de millions de dollars, mais d'une soumission totale de la part du parti au wali el faqih, c-à-d, le Guide de la Révolution iranienne.
Celui dont la mason est en verre ne devrait pas lancer de pierres.

George Khoury

et ils penserais quoi si quelqu'un edite jeu de carte comme les americains avaient fait pour la prise de l'iraq a l'intention du hezbollah???? hassan nasrallah/wafiq safa/naim qassem/hachem saffieddine en AS, et puis les roi, dames, valet, etc...

Wlek Sanferlou

Qui aurait cru que le hezb aller recourir à des coups bas...? Il n'en a pas besoin surtout avec sa nouvelle clé toute dorée.

LAWSON KASSHANNA

WE LOVE YOU AND WE RESPECT YOU ALL

Jean Michael

Un vrai cancer. Helas (presque) toujours inguerissable. La faute est la consequence de la poltronerie de nos presidents qui se sont succedes apres la guerre "civile" et qui continu a leur offrir couverture, justificatif et cle en mains comme cerise sur le gateau. Nous chretiens avons creuse nos propres tombes!

Saliba Nouhad

Mais c’est l’évidence même!
Une milice théocratique, à structure purement fasciste et totalitaire ne peut agir autrement qu’en s’attaquant bassement et physiquement à toute velléité d’opposition qui la dérange montrant ainsi sa fragilité populaire qu’ele ne peut mener que par la coercition et la terreur...
Rien de nouveau: la menace du Hezbollah sur la neutralité du Liban et ses visées hégémoniques sont dénoncées de longue date: le drame, quelle est la limite de cette dictature armée si rien ne peut l’arrêter?
Et, au fait, peut-on poser la question du financement des candidats du Hezbollah si ce n’est à travers l’ambassade Iranienne?
Belle leçon de nationalisme pour les candidats CPL!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le courant du Futur, une restructuration...et des changements

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué