X

À La Une

Ali el-Amine : Nous n'avons pas affronté l'occupation israélienne pour la remplacer par une autre

Liban

"Le Sud appartient à tous ses habitants, ses terrains et ses places publiques ne sont l'apanage ou la propriété de personne", a affirmé l'opposant notoire au Hezbollah, deux jours après son agression par des partisans du parti chiite.

OLJ
24/04/2018

Le journaliste Ali el-Amine, qui a formé une liste d’opposition au Hezbollah dans la circonscription du Liban-Sud III et avait été violemment agressé dimanche par une trentaine de partisans du parti chiite, a affirmé lors d'une conférence de presse mardi que les habitants du sud n'avaient pas "affronté l'occupation israélienne pour la remplacer par une autre".

"Ce qui s'est passé il y a quelques jours est connu de tous, malgré la déformation des faits de la part des agresseurs", a expliqué Ali el-Amine lors de la conférence de presse tenue dans le bureau électoral de la liste dont il est membre à Nabatiyé. "Je suis là aujourd'hui pour prouver que nous avions raison lorsque nous mettions en garde contre l'autoritarisme qui muselle les voix et prive des libertés (...) . Cette tyrannie, tantôt sous couvert de religion, tantôt sous couvert de résistance, présente ses adversaires comme étant des espions et des ennemis, permettant à ses adeptes de s'en prendre à la dignité et même à la vie de ces adversaires", a regretté Ali el-Amine.

Le candidat avait été roué de coups dans sa localité de Chaqra, dans le caza de Bent Jbeil. Sérieusement blessé, il avait été transporté à l'hôpital de Tebnine. "J'ai été la victime d'une attaque de la part de plus de 30 partisans du Hezbollah", expliquait-il dans une vidéo.


(Lire aussi : Au Liban, peut-on être chiite et mener campagne contre le Hezbollah?)


"Nous sommes des civils, et en tant que tels, nous sommes fiers de tous ceux qui résistent à Israël, qu'ils soient membres du parti communiste, du Hezbollah, du mouvement Amal ou des partis de gauche. La résistance n'a jamais été l'apanage de quiconque, elle est un devoir pour tous ceux qui peuvent répondre à l'appel", a-t-il ajouté. 

"Nous avons fait face à l'occupation avec nos corps, nos âmes, nos plumes et nos cerveaux afin d'obtenir la liberté et l'égalité (...). Nous n'avons pas affronté l'occupation pour la remplacer par une autre. Nous n'avons pas résisté afin que cette résistance soit instrumentalisée. Nous n'avons pas affronté Israël afin de voir les habitants du Liban-Sud se faire imposer une autorité de facto où se manifestent les signes du mini-Etat".

"Notre candidature n'est pas synonyme de guerre à la résistance, elle a pour objectif de redonner à cette résistance son aspect moral. Notre candidature en elle-même est signe de résistance (...) car nous voulons l'Etat et la loi qui interdise les voyous (...)", a ensuite expliqué le journaliste.


(Lire aussi : Le joueur d’échecs, l'édito de Michel Touma)


"Je mets ce qui s'est passé à disposition des habitants libres du Liban-Sud. C'est à eux de décider quel mode de vie ils souhaitent adopter, et à quelle patrie leur allégeance ira. (...) Le Sud appartient à tous ses habitants, ses terrains et ses places publiques ne sont l'apanage ou la propriété de personne. Le Sud appartient à ses musulmans et ses chrétiens, toutes communautés confondues, c'est une mosaïque de cultures, de volontés, de civilisations, toutes sous l'autorité de l'Etat et des lois, sur base de l'identité nationale qui rassemble autour de la patrie (...)", a conclu Ali el-Amine.

La campagne des législatives s'est considérablement durcie ces dernières semaines, notamment autour des opposants déclarés au Hezbollah. L'un d'eux, le cheikh Abbas Jawhari, a été, selon lui, empêché de présenter sa candidature à Baalbeck-Hermel.


Lire aussi

L’apartheid du Hezbollah, l'édito de Ziyad Makhoul

Ali el-Amine, un chiite protégé par sa seule libanité

L’affaire Jawhari et autres méthodes du Hezbollah


Pour mémoire

L’État libanais appelé à faire preuve de fermeté dans l’affaire Ali el-Amine

Initiative chiite élargie contre le Hezbollah

Ali el-Amine à « L’OLJ » : Les accusations de collaboration avec Israël pourraient paver la voie à des actions hostiles

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

3aley khayeh si tu permets et si tu me lis et que comme tu le prétends tu es ouvert d'esprit et que tu admets toute contestation au hezb libanais de la résistance , reçois la mienne quand il s'agit de ta fâcheuse expérience.

D'abord hamdellah 3aley tu t'en es sorti indemne d'une agression de 30 jeunes du hezb libanais de la résistance au point où tu es en mesure de faire des conférences d'explication à Nabatiyeh , la ville d'origine de mes ancêtres, je voudrai attiré ton attention sur une chose très importante , ne réponds pas aux chants des sirènes vénéneuses, si tu COMBATS le hezb libanais de la résistance et son allié indéfectible de l'Iran NPR , qui voudrais tu voir défendre nos FRONTIÈRES sud du Liban ?

Les occidentaux, ou leurs mercenaires saoudos ?
Écoute khayo tu es jeune , tu auras tout le temps de comprendre que si les chiites ne se prennent pas en main par eux mêmes et leurs allies , personne ne leur fera de cadeau , au Sud Liban que tu aimes et défends, pendant 20 ans qui est venu nous aider à nous libérer de la barbarie israélienne ?

Et même que après la victoire du hezb libanais de la résistance comment avons nous été traité ? comme des terroristes , des malfrats, POUR LA SEULE RAISON qu'on leur a pété la gueule ?

Yalla khayo reviens à la raison , critique le hezb libanais de la résistance, mais ne remets JAMAIS EN QUESTION LE SACRIFICE PASSÉ ET FUTURE QU'IL CONSENTIRAI POUR TE DÉFENDRE, POUR NOUS DÉFENDRE.

PUBLIEZ SVP !

Cadige William

Devant cet acte regrettable, La mauvaise foi se precise de plus en plus chez certains de nos politiciens

Antoine Sabbagha

Ali el-Amine est bien audacieux mais il ne pourra pas aller plus loin .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE : PAROLES D,OR !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué