X

À La Une

Hanna Lahoud, jeune Libanais du CICR, assassiné au Yémen

conflit

Hanna Lahoud, 37 ans, marié, a multiplié les missions dans de nombreux pays arabes, souvent en période de conflit. En 2014, après huit mois de bataille, il avait surmonté un cancer.

OLJ/Agences
21/04/2018

Un jeune Libanais du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été tué par balles samedi au Yémen, pays ravagé par plus de trois ans de guerre, a annoncé l'organisation. "L'un de nos collègues a été tué par un homme armé dans la ville de Taëz" dans le sud du Yémen, a déclaré à l'AFP un porte-parole du CICR, Adnan Hizam, basé à Sanaa.

Hanna Lahoud, 37 ans et marié, était libanais, a confirmé l'entourage de la victime. Il avait rejoint le CICR en 2010 et était en charge du programme du CICR au Yémen pour les détenus, explique l'organisation dans un communiqué. "Il était en route pour rendre visite à une personne ce samedi matin, lorsque le véhicule du CICR à bord duquel il se trouvait a été attaqué par des individus armés non identifiés, aux environs de Taëz. M. Lahoud a été hospitalisé, avant de succomber à ses blessures", explique le CICR Yémen. La victime a été atteinte de plusieurs balles au coeur, a indiqué une source hospitalière à l'AFP.

"Les collègues qui se trouvaient avec lui lors de l'incident s'en sont sortis indemnes", ajoute le CICR Yémen. 



"Attaque brutale"
"Nous condamnons cette attaque brutale et délibérée contre un humanitaire", a réagi le directeur du CICR pour le Moyen-Orient, Robert Mardini. "Nous sommes tous en état de choc. Hanna était un jeune homme plein de vie, qui était connu dans le milieu et très apprécié. Rien ne peut justifier son meurtre. Aujourd'hui, nous sommes en deuil après l'assassinat de notre cher ami et collègue. Nos coeurs et nos pensées sont avec les personnes que Hanna aimait".

"Hanna a sauvé des centaines de vie comme volontaire à la Croix rouge libanaise (...) Il a aussi vaincu le cancer il y a deux ans. Aujourd'hui, un imbécile lui a ôté la vie", a tweeté une porte-parole du CICR et collègue de la victime, Marie Claire Feghali.



Le CICR a mis en garde contre "des photos troublantes de l'incident qui circulent dans certains médias". "Nous demandons à tout le monde de s'abstenir de partager ces photos, par respect pour la dignité de la victime et pour la famille'. Hanna Lahoud a donné sa vie pour sauver celle des autres".

Dans la journée, le président libanais Michel Aoun a rendu hommage à Hanna Lahoud. "'Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Je présente mes condoléances à votre famille et ceux qui t'aimaient", a écrit M. Aoun sur son compte Twitter.



Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a également salué la mémoire de Hanna Lahoud. "Personne ne devrait perdre la vie dans l'action humanitaire, d'aider les autres et mourir au nom de l'humanitaire. Ce martyr du Liban et de l'humanité est tombé dans la guerre des autres. Hanna Lahoud, que Dieu te bénisse", a tweeté M. Bassil.



Dans un communiqué, le ministère libanais des AE a indiqué qu'il coopérait avec le CICR pour rapatrier le corps au Liban.

Après des études scolaires entre la France et le Liban, puis un diplôme en physiothérapie à l'Université Saint-Joseph, Hanna Lahoud rejoint en 2002 la Croix-Rouge libanaise. Il en sera membre pendant huit ans en tant que secouriste et chef de secteur, jusqu'en octobre 2010. Ses amis l'appelaient Bouha. Il rejoint ensuite le CICR en novembre 2010 et est déployé en Tunisie pour sa première mission, puis à Tindouf en Algérie, en 2012.

Pris de malaises en 2014, alors qu'il se trouvait déployé en Irak, il rentre au Liban, où les médecins lui diagnostiquent un cancer. Après huit mois de lutte acharnée contre la maladie, Hanna Lahoud en sort vainqueur, et se dit "prêt à reprendre sa vie". Il s'envole pour Genève pour poursuivre son travail au sein du CICR. Mais il a une seule idée en tête : repartir sur le terrain le plus tôt possible. 

La majeure partie de la région de Taëz est sous contrôle des forces gouvernementales mais des zones environnantes sont aux mains des rebelles Houthis. Le Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, est entré fin mars dans sa quatrième année d'une guerre meurtrière entre rebelles contrôlant la capitale Sanaa et forces gouvernementales soutenues par une coalition militaire sous commandement saoudien. Le conflit a fait près de 10.000 morts et causé une très grave crise humanitaire.


Lire aussi

Au Yémen, l'ONU intensifie l'inspection des livraisons humanitaires

Conflit yéménite : les ventes d'armes françaises à Riyad de plus en plus contestées

Pourquoi Hadi est-il encore président du Yémen?

La coalition arabe porte le combat dans Saada, fief des houthis

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Allah yirhamou ! Un vrai héros pour la cause humaine.
Ses jeunes enfants sauront un jour son héroïsme et en seront fiers comme nous le sommes tous.

Zaarour Beatriz

Risquer de plein gré sa vie dans un tourbillon aussi dangereux que le Yemen actuellement, c'est faire preuve d' une extraordinaire volonté d' aller secourir le prochain sans discrimination ni conditions!!! Quel héroisme pour ce jeune volontaire!!Gloire et honneur à
Toi Hanna. Est-ce que ce champion de la générosité du coeur ne mérite t-il pas au moins une journée de deuil national en sa glorieuse mémoire? Le Liban sans doute est fier de lui!

Irene Said

Pourquoi est-ce toujours les meilleurs, les plus dévoués qui doivent mourir par la main d'ignorants à qui on a inculqué de fausses et stupides théories de vengeances ?
Alors que ceux qui programment ces guerres inutiles sont bien tranquilles chez eux.

Nous pensons avec émotion à la famille d'un vrai Héros...
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ALLAH YIRHAMOU ! TOMBE EN PLEIN DEVOIR...

Bustros Mitri

Un héros, un ange est tombé. Pour qui , pour quoi, pour quel monde?

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Malraux à Beyrouth

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le Hezbollah, un bilan positif, malgré quelques couacs

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué