X

À La Une

Syrie : Hariri critique ceux qui contreviennent au principe de distanciation

Liban

"Nous n'accepterons ni que le Liban soit utilisé comme une boîte aux lettres, ni que l'identité de Beyrouth soit marchandée", a déclaré le Premier ministre.

OLJ
17/04/2018

Le Premier ministre et leader du courant du Futur, Saad Hariri, a estimé mardi qu'il était nécessaire de respecter le principe de distanciation dans les conflits régionaux et notamment en Syrie, dans une critique à peine voilée du Hezbollah et de ses alliés qui ont dénoncé les frappes occidentales du week-end contre Damas.

"Certains tentent de contourner les règles de la politique de distanciation et utilisent les tribunes électorales et les médias pour attaquer nos frères arabes, ce qui porte atteinte aux intérêts du Liban et (...) aux relations du Liban avec les pays arabes", a déclaré M. Hariri dans un discours lors d'un déjeuner en l'honneur de dignitaires religieux dans sa résidence à la Maison du Centre.

"Il est nécessaire de respecter la politique de distanciation à l'ombre du conflit international et des développements militaires découlant des massacres chimiques de Douma", a encore dit le Premier ministre. La mise en place, par le Liban, d'une politique de distanciation à l'égard des conflits régionaux, était l'une des conditions posées par le chef du gouvernement pour revenir sur sa démission, qu'il avait annoncée en novembre dernier en Arabie saoudite.

"Nous n'accepterons ni que le Liban soit utilisé comme une boîte aux lettres, ni que l'identité de Beyrouth soit marchandée. La preuve de son arabité n'a pas besoin d'être faite", a ajouté M. Hariri. L'identité arabe de Beyrouth est l'un des principaux arguments de campagne de la liste Hariri à Beyrouth, qui fait face à plusieurs listes concurrentes.   

Plus tôt dans la journée, le ministre libanais de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, membre de la liste dirigée par M. Hariri dans cette circonscription, avait déclaré que le scrutin du 6 mai permettrait de trancher entre "deux projets politiques" pour la capitale.

La circonscription a été le théâtre de plusieurs dérapages récents. Deux rixes ont ainsi éclaté en l’espace de trois jours dans cette circonscription où 83 candidats répartis sur neuf listes se disputent onze sièges à pourvoir. Les deux incidents ont opposé des partisans du courant du Futur à ceux de listes concurrentes.



Lire aussi

Hariri et « l’identité » de Beyrouth

Salam appelle à choisir entre la stabilité et les tensions

Hariri : Les adversaires du courant du Futur profitent au Hezbollah



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

mmm eh rah y reddo 3aleyk !!

Le Faucon Pèlerin

Le rabâchage de Saad Hariri sur "l'identité arabe de Beyrouth" qui n'est plus à démontrer..., irrite au plus haut point le Hezbollah. Tout comme le rabâchage du triptyque sur la résistance irrite les souverainistes. En tous cas, la résistance à qui et à quoi n'a plus aucun sens pour tout le monde depuis son intervention auprès du lanceur des barils de gaz sarin sur son peuple.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué