X

Moyen Orient et Monde

Israël prépare le prochain round contre le Hezbollah

Éclairage

L’armée israélienne a simulé plusieurs opérations militaires, incluant des combats sur son propre sol et une divergence avec la Russie sur le front syrien.

20/03/2018

L’armée israélienne a mené la semaine dernière, en coopération avec les forces américaines, des exercices militaires d’une grande envergure, comparables à ceux de l’automne dernier. À l’époque, les manœuvres avaient mobilisé l’armée de terre, de l’air et la marine sur une dizaine de jours à la frontière septentrionale de l’État hébreu. Pour la deuxième fois en moins d’un an, l’exercice a exploré de multiples scénarios en fonction des différents fronts où l’armée pourrait être engagée. 

Lundi (13 mars) à 11h05 et 19h05, les sirènes du front du commandement intérieur ont retenti dans tout le pays, invitant la population à se terrer dans les abris antiaériens. Des simulations diverses ont eu lieu, incluant des incursions « terroristes » dans les grandes villes israéliennes, des affrontements sur le front domestique avec un lourd tribut civil et militaire, des cyberattaques et l’utilisation d’armes chimiques et biologiques.

Outre l’investissement matériel, la communication de l’armée sur ces opérations est inhabituelle. Les pages Facebook de l’armée israélienne ont été largement alimentées, notamment par les exercices conjoints avec l’armée américaine, axés sur la défense aérienne et connus sous le nom de code Juniper Cobra. Plusieurs officiers supérieurs ont offert leurs « explications de texte » anonymes à la presse israélienne. 

La portée dissuasive de ces opérations, qui mettent littéralement en scène les caractéristiques d’une guerre totale entre Israël et l’Iran et ses obligés, est claire. Si les sources militaires estiment qu’une incursion durable sur le sol israélien est peu probable, elles ont indiqué à la presse qu’ils craignaient les retombées symboliques d’une infiltration, même ponctuelle, du Hezbollah, analogue à celles qui avaient suivi la destruction d’un F-16 israélien par un missile antiaérien syrien en février dernier. Damas avait abondamment célébré une « victoire écrasante », les médias affiliés au régime honorant le triomphe militaire avec ventes spéciales et distribution de sucreries. Pour le Hezbollah, l’incursion en territoire israélien serait considérée, en tant que telle, comme un succès de prestige dans la « Résistance à Israël ». « La victoire est définie de différente manière côté israélien et côté Hezbollah. Pour ce dernier, survivre est en soi une victoire », explique à L’Orient-Le Jour Joost Hiltermann, directeur du programme Moyen-Orient / Afrique du Nord à l’International Crisis Group. 


(Lire aussi : En cas de nouvelle guerre entre le Liban et Israël, les USA sont-ils prêts à évacuer leurs ressortissants, se demande Politico)


« Bien plus destructeur qu’en 2006 » 

D’autant que le Hezbollah et les milices alliées de l’Iran se rapprochent du Golan annexé par Israël et pourraient lancer prochainement une offensive sur la ville de Deraa, aujourd’hui aux mains des forces rebelles. Le Hezbollah serait ainsi en position de frapper l’État hébreu depuis une zone où la contre-offensive israélienne n’affecterait pas directement son électorat libanais. Pour l’État hébreu, ce qui se profile, c’est la perspective d’une guerre où les pertes civiles, côté israélien, seraient plus importantes qu’en 2006. Les exercices militaires faisaient donc la part belle à la variable civile, avec déplacement et relocalisation de populations et secours aux blessés en terrain « accidenté ». « L’état-major israélien est convaincu que le prochain affrontement contre le Hezbollah sera bien plus destructeur qu’en 2006 », souligne M. Hiltermann. 


(Lire aussi : Liban : la stratégie de défense ressuscitée)


« Pas de leviers suffisants » 

Les simulations d’opérations militaires visant la Syrie se sont à chaque fois déclinées selon deux scénarios : l’un où la Russie coopérait, l’autre où elle s’opposerait à une campagne israélienne. « Au cas où les Russes feraient des problèmes », confie une source officielle au quotidien Haaretz. « Le scénario où la Russie coopère correspond à la situation existante », explique à L’Orient-Le Jour Igor Delanoë, directeur adjoint de l’observatoire franco-russe de Moscou. « Le modus vivendi entre la Russie et Israël continue de bien fonctionner. Je suspecte même que les Russes s’accommoderaient de frappes israéliennes sur des sites désignés comme iraniens. Cela permet de rééquilibrer la balance en atténuant la présence iranienne. »

La variété des scénarios expérimentés par l’armée montre cependant qu’Israël se prépare au déplacement de certaines lignes rouges. « Il me semble que les Russes toléreront de moins en moins les frappes israéliennes dans l’air géographique de Damas, a fortiori à proximité de sites gouvernementaux », souligne M. Delanoë. L’escalade militaire entre l’Iran et Israël en Syrie hypothéquerait en effet le plus grand accomplissement de la Russie : la stabilité du régime de Bachar el-Assad. L’autre point d’interrogation concerne la volonté et la capacité des Russes à définir les nouvelles « règles du jeu » en Syrie. Israël compte en effet sur la médiation russe pour créer une zone-tampon exempte de toute présence inféodée à l’Iran, idéalement d’une dizaine de kilomètres de profondeur depuis sa frontière. « Les revendications d’Israël sont très précises, mais je doute que les Russes puissent leur offrir ces garanties. Ils ne disposent pas des leviers suffisants sur les Iraniens pour leur dicter ce qu’ils doivent faire », indique M. Delanoë. Le retrait des milices soutenues par l’Iran pourrait exposer le régime syrien et son armée exsangue, et ainsi reporter le fardeau sur la Russie. 




Le problème et la solution 

Les exercices de la semaine dernière prévoient ainsi une situation où les lignes rouges israéliennes et russes se croiseraient. « Les scénarios sont troubles en cas de raidissement des positions russes. La Russie pourrait verrouiller les frappes israéliennes en activant les S-400 pour faire comprendre leur hostilité. Des réactions plus sévères verraient des soldats ou des mercenaires russes servir des batteries antiaériennes syriennes, ou un déploiement de flottilles russes vers les eaux israéliennes », ajoute Igor Delanoë. Les S-400 sont un dispositif antiaérien introduit dans le conflit en novembre 2015. Leur rayon d’action couvre la totalité du territoire israélien à l’exception de l’extrême Sud. Chaque avion israélien qui décolle ou atterrit est ainsi détecté par les Russes. Cette restriction de la marge de manœuvre israélienne est un nœud majeur que les exercices militaires cherchent à explorer. 

La multiplicité des scénarios expérimentés par Israël indique ainsi que la Russie est à la fois le problème et la solution. Si les Russes réduisent la capacité de manœuvre militaire israélienne et ont permis au Hezbollah d’étendre ses zones d’opération vers le Golan, Moscou dispose aussi de leviers partiels sur l’Iran et ses affidés qui pourrait éviter à Israël une guerre frontale avec ces derniers.



À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Comique

Bibette

Ces manœuvres israéliennes visent principalement a faire contribuer l'administration américaine aux frais et entretiens de l'état de guerre en Israel! Du cinema... La situation régionale, quoi que n’étant pas favorable a un conflit militaire car il serait d'envergure, il n'en demeure pas moins que l'administration Trump est devenue essentiellement de nature a faire engager les confrontations. Si le prince héritier Saoudien riche de ses 100 milliards de USD signe et achète des chasseurs bombardiers américains, ce ne sera pour les parquer, mais bien pour les utiliser, et les utiliser en Syrie et chez nous contre le Hezbollah. La riposte du Hezbollah ne pouvant pas atteindre le Royaume Wahhabite directement, et l'Iran ne voulant sans doute pas voir s'effondrer son empire regional, ripostera contre l'AS ainsi la guerre se fera par pays interposés et Israel a de fortes chances d'en être épargnée et d'y assister en spectatrice. Qui prepare la guerre...

Wlek Sanferlou

On dirait que le plan d'origine est de se partager la Syrie à la façon Kissinger... Tout les acteurs sont là , les russes les américains et tout les autres. Il suffit donc de la chirurgie esthétique tant attendue dont Israël est responsable et tout les autres joueurs locaux y contribuent.
La nouvelle carte du moyen orient tant annoncée par les USA et Israël s'en sortira au malheur des libanais de nouveau...

Irene Said

C'est vraiment la seule chose que certains savent faire dans cette région du Proche Orient ?
Se menacer continuellement, se faire la guerre, détruire l'autre tout en se faisant détruire soi-même ?
Bon...et après ?
Israël est toujours là à nous narguer malheureusement et la soi-disant "Résistance" continue à résister en fanfaronant.
Mais ce sont les peuples qui se font massacrer alors que les responsables, eux, sont bien à l'abri dans leurs bureaux, bunkers etc.

La paix...n'arrange personne...et priverait tous ces héros de raison de vivre et de recevoir leurs récompenses !
Irène Saïd


TousAuPoteau

On répète la même histoire depuis cinq ans sur l'OLJ...
Un peu comme l'enfant qui criait au loup.. A la longue, on s'en lasse

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SITUATION TRES COMPLEXE OU LES VRAIS CALCULS SERAIENT DE RIGUEUR ET OU TOUS SORTIRAIENT PERDANTS EN CAS DE CONFLIT...

VITESSE DE CROISIÈRE

C'est comme un enfant qui dirait à son père, papa j'ai faim , le père lui répond tais toi et bouffe .

Si tous les ingrédients sont sur la table pour ces poltrons usurpateurs, mais qu'ils attaquent et arrêtent de SE LA RACONTER .

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!