X

À La Une

Naïm Kassem : Le Hezbollah ne s'attend pas à un conflit avec Israël, mais s'y prépare

Liban

"Aucune solution en Syrie en excluant Assad", a affirmé le numéro deux du parti chiite.

OLJ/Reuters
15/03/2018

Le Hezbollah ne s'attend pas dans l'immédiat à un conflit avec Israël mais se tient prêt à cette éventualité, a déclaré jeudi le numéro deux du mouvement chiite, Naïm Kassem, dans un entretien accordé à Reuters.

Alors que la guerre en Syrie, où le Hezbollah combat au côté du régime de Damas, entre dans sa huitième année, Naïm Kassem a estimé que le conflit pourrait durer encore au moins deux ans et qu'il n'était pas envisageable que le président Bachar el-Assad soit exclu d'un éventuel accord. "Il n'y a aucune solution en Syrie qui puisse se produire en excluant le président Assad. Au contraire, la solution en Syrie est avec le président Assad et il est le canal incontournable de la solution", a souligné le dirigeant.

Puissamment armé et aguerri au combat, le Hezbollah intervient depuis 2012 en Syrie où il a contribué, avec la Russie et l'Iran au basculement du conflit au moment où le gouvernement syrien était menacé par l'avancée des rebelles sunnites et du groupe Etat islamique.

La montée en puissance du mouvement chiite n'a pas échappé à Israël qui l' a déjà affronté en 2006 dans le Liban-Sud et qui conduit régulièrement des frappes aériennes contre ses positions syriennes. Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, a prévenu à de multiples reprises qu'il pourrait agir contre l'Iran et son allié libanais. Prié de commenter les avertissements adressés par le Premier ministre israélien, Naïm Kassem a répondu qu'il n'évoquerait ni les capacités ni les projets militaires de son mouvement.

Le Hezbollah "est prêt à confronter l'agression si elle se produit, si Israël décide de prendre une décision insensée", a-t-il expliqué. "Mais il ne semble pas que les circonstances soient réunies pour que les Israéliens décident d'entrer en guerre." "Nous avons dit à de multiples reprises, que nous, comme la résistance, travaillions afin d'être toujours prêts et que nous étions prêts à répondre à l'agression israélienne si elle se produisait et par conséquent, que nous étions prêts à nous défendre par tous les moyens."

En Syrie, toutefois, il n'est pas exclu qu'Israël conduise de nouvelles attaques d'envergure "limitée", a-t-il dit avant de prévenir que son mouvement y demeurerait "aussi longtemps que nécessaire". "Si nous trouvons une solution politique, bien sûr, nous retournerons au Liban", a-t-il affirmé.



Lire aussi

Vers un nouvel accrochage irano-israélien en Syrie ?

Mission accomplie pour Satterfield : le ton a baissé entre le Liban et Israël

Le Liban n’écarte pas la voie militaire si Israël poursuit ses violations

Netanyahu menace de s’en prendre directement à l’Iran

« Si une guerre survenait aujourd’hui, où irions-nous cette fois, nous les chiites du Liban-Sud ? »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

George Khoury

il vas se prendre une raclee monumentale et ensuite nous dire que c'est une victoire divine...normal si elle l'envoie en l'air

FAKHOURI

On est en période de propagande électorale
On mélange tous les problèmes et ça fait une bouillabaisse politique et fanfaronnade électorale
Digne des discours creux et divin du Hezbollah

Irene Said


N'oublions surtout pas que si le Hezbollah se prépare à une éventuelle guerre avec Israël, ce dernier le fait aussi consciencieusement, et le fameux F16 abattu est déjà remplacé par tout ce qui sera nécessaire pour mener une guerre implacable et sans pitié contre ceux qui l'attaqueront ou le provoqueront, et les fanfaronades des naïfs ne serviront alors plus à rien !
Irène Saïd

Irene Said

Et voilà que Tonton Naïm remet ça:

-les sempiternelles théories sur "la super et soi-disant résistance"
-les éventuelles guerres contre Israèl, qui existe toujours...quelle chance...!...validant ainsi le prétexte de s'armer du Hezbollah, parti d'obédience 100% iranienne.

Le Liban en tant que pays souverain dans tout ça ?
Le Hezbollah n'en a rien à faire, c'est juste son espace de travail et d'entrainement !

Bravo et merci à tous nos responsables et patriotes libanais qui laissent faire !
Irène Saïd




AIGLEPERçANT

A bon entendeur....Hello !

10 Février 2018 poufffffff plus d'attaques aériennes.....poufffff...

Merci Naimo.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SAROU BEL3IN RI2ON... LE POUR ET LE CONTRAIRE... DU THEATRE BALECH !

Bery tus

hahahah "Israel ne veut pas de la guerre, mais on s'y prepare"

vous y comprenez quelque chose !?! haha a y perdre son Français

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ALLEZ... FANFARON !

Le Faucon Pèlerin

Dans l'entretien accordé à Reuters" Sayyad Naïm Kassem a évoqué Israél, Natanyahu, Syrie, Bachar el-AZssad, Iran, Hezbollah, Russie, Etat islamique, agression... Il s'agit de qui et de quoi ? D'où il s'exprime ? Est-ce de Téhéran de Moscou, de Damas ou de Tel-Aviv ?
Dans tous les cas, cela ne concerne pas du tout l'Etat libanais, Etat indépendant l'un des fondateurs de l'Organisation des Nations Unis.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.