X

Liban

Du plastique trouvé dans de l’eau embouteillée au Liban : une étude à prendre avec précaution, selon des experts

Recherche

L’étude n’a pas été publiée dans un journal scientifique et avalisée par un comité scientifique.

Nada MERHI | OLJ
16/03/2018

Une étude menée sur onze marques mondiales d’eau embouteillée a conclu à une contamination excessive de cette eau par des débris de plastique, notamment du polypropylène, qui entre dans la fabrication des bouchons, mais aussi du nylon et du polytéréphtalate d’éthylène (PET), un plastique de type polyester saturé.

Conduite par des chercheurs de l’université de l’État de New York à Fredonia, aux États-Unis, l’étude a porté sur 259 bouteilles en provenance de neuf pays : le Brésil, la Chine, les États-Unis, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, le Liban, le Mexique et la Thaïlande. Une seule bouteille du lot analysé était en verre et non en plastique.

L’étude a été lancée par Orb Media (un groupe média numérique), qui avait déjà lancé un travail similaire sur l’eau courante, dont les résultats ont été publiés en septembre dernier par des chercheurs de l’université du Minnesota et de l’université de l’État de New York. Cette étude aussi avait conclu à la contamination de l’eau du robinet par des microparticules de plastique dans plusieurs capitales du monde, dont Beyrouth.

Pour analyser l’eau embouteillée, les chercheurs ont eu recours au colorant rouge du Nile qui se colle à la surface des plastiques. L’eau a été observée par la suite par un microscope infrarouge. Les résultats ont montré que 93 % des bouteilles testées étaient contaminées, à raison en moyenne de 314 particules par litre. Seules 17 bouteilles n’étaient pas contaminées. Un lot de dix bouteilles, acheté sur un site de vente en ligne, contenait plus de 10 000 particules par litre. La bouteille d’eau en verre contenait également des microplastiques. Les chercheurs ont en outre noté qu’ils avaient « trouvé environ deux fois plus de particules de plastique dans l’eau en bouteille » que dans leur précédente recherche menée sur l’eau du robinet.


(Lire aussi : Mais qu’avons-nous fait, nous Libanais, de toute notre eau...)


Flou concernant les conditions de stockage
Les résultats de cette étude sont à prendre avec précaution, estiment des spécialistes libanais. Contacté par L’Orient-Le Jour, un expert en chimie, ayant requis l’anonymat, explique qu’en tant que scientifique, il ne peut pas trop se fier aux résultats de cette étude « tant qu’ils n’ont pas été publiés dans un journal scientifique international et avalisés par un comité scientifique ». Il relève également un « flou » concernant « la description et la représentativité de l’échantillonnage ainsi que les conditions de stockage », qui « ne sont pas claires ».

Même son de cloche chez Kamal Slim, expert en biologie de l’eau au CNRS, qui pointe du doigt lui aussi les conditions de stockage de l’échantillon qui ne sont pas claires. Il note en outre que le Liban n’est pas très concerné, « parce que la densité microplastique trouvée dans l’échantillon pris du Liban est minime ».

Joseph Matta, directeur des laboratoires de l’Institut de recherche industrielle (IRI), explique que le plastique est « une substance formée de plusieurs molécules qui peuvent se décomposer ». « Or la décomposition ne peut pas se faire seule, parce que ces molécules ont une liaison stable, précise-t-il. Pour qu’elles le fassent, ces molécules doivent être exposées à un facteur externe comme une forte lumière ou la chaleur. Lorsque le plastique se décompose, des particules du conteneur migrent vers le contenu, c’est-ce qu’on appelle la migration contenant-conteneur. »

Se penchant sur l’étude, M. Matta souligne qu’il ne faut pas généraliser et tirer des conclusions hâtives concernant la marque d’eau incluse dans l’étude. « Il faut savoir les conditions de stockage dans lesquelles se trouvaient les bouteilles collectées pour l’étude, insiste-t-il. Toute bouteille en plastique est sujette à cette migration contenant-conteneur si elle est rangée dans de mauvaises conditions. Idéalement, elle doit être rangée dans des endroits non ensoleillés et elle ne doit pas être exposée à une forte lumière ni à la chaleur. » Ce qui n’est pas clair dans l’étude.

Quels sont les dangers du plastique sur la santé ? « En principe, le corps élimine tout seul le plastique s’il est propre, répond M. Matta. Comme il existe plusieurs types de plastique, il est important que le conteneur soit constitué de la matière qui peut être en contact avec les produits alimentaires. On ne peut pas donc généraliser l’impact de cette substance sur la santé et sur l’organisme, si on ignore le type de plastique qui entre dans la composition du conteneur. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

NAUFAL SORAYA

A défaut d'amour, on pensait pouvoir vivre d'eau (fraîche ou pas), mais il semble que même ce droit le plus élémentaire nous soit retiré...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué