Rechercher
Rechercher

Liban - Législatives 2018 - Élections

À Beyrouth I, les alliances se précisent, mais...

Des noyaux de listes sont formés de part et d’autre, mais les négociations se poursuivent, certains considérant que la position du courant du Futur serait encore une inconnue.

Dans uen rue de Gemmayzé. Michel Sayegh/archives L'Orient-Le Jour

Les alliances commencent lentement à se préciser dans la circonscription de Beyrouth I – Achrafieh, Medawar, Saïfi et Rmeil – avec des noyaux de listes de part et d’autre, mais sans que rien ne soit absolument définitif. Alors que certains sons de cloche donnent l’alliance entre courant du Futur, Courant patriotique libre et Tachnag quasi certaine, d’autres pensent que la position du Futur reste une inconnue, en attendant le retour du Premier ministre Saad Hariri, chef de ce parti, de Riyad. D’un autre côté, un noyau de liste né de la coalition entre Forces libanaises (FL), parti Kataëb et le ministre Michel Pharaon, indépendant, est déjà pratiquement formé, mais le reste des sièges est encore à pourvoir. Enfin, une liste de la société civile est aussi en bonne voie de formation.

En principe donc, au moins trois listes principales devront se disputer, le 6 mai prochain, les quelque 134 000 voix de cette circonscription, avec ses huit sièges : trois arméniens-orthodoxes, un arménien-catholique, un maronite, un grec-orthodoxe, un grec-catholique et un pour les minorités chrétiennes.


(Repère : Législatives 2018 : les circonscriptions-clés de la bataille interchrétienne)


Selon Michel Pharaon, l’alliance entre les FL, les Kataëb et des personnalités indépendantes comme lui est « naturelle ». À savoir que sur cette liste, la nouveauté est non seulement la quasi-confirmation de ces alliances, mais aussi la très probable présence d’un candidat proche du banquier Antoun Sehnaoui à l’un des sièges arméniens. Sur l’avenir des négociations, M. Pharaon insiste sur le fait qu’« il y a un siège réservé au courant du Futur s’il décide de se joindre à cette alliance, ce qui serait naturel également ».

Seule certitude selon des sources informées, le fait que le CPL ne fera pas partie de ces futures négociations, vu les candidatures présentées pour certains sièges qui rendent l’alliance avec les pôles de cette liste impossible. Le noyau quasi définitif de cette liste sera donc formé de Michel Pharaon pour le siège grec-catholique, Nadim Gemayel (Kataëb) pour le siège maronite, Imad Wakim (FL) pour le siège grec-orthodoxe.

Le député Nadim Gemayel insiste lui aussi sur l’alliance « naturelle » à Achrafieh entre ces composantes attachées à l’esprit souverainiste et à l’opposition aux armes du Hezbollah, ce qui a facilité le rapprochement dans cette circonscription. Il souligne que les négociations toujours en cours pour le reste des sièges se poursuivent avec des partis arméniens et des personnalités indépendantes de la circonscription.


(Lire aussi : Chouf-Aley : Une campagne électorale pour les législatives qui fait rêver)


Le noyau de la liste adverse semble lui aussi quasi certain, avec l’ancien ministre Nicolas Sehnaoui pour le CPL, au siège grec-catholique, Massoud Achkar, indépendant, au siège maronite, et des candidats pour le Tachnag. La candidature de Nicolas Chammas (grec-orthodoxe) tombe également dans le cadre de cette liste. La participation du courant du Futur à cette coalition avait été notamment certifiée par le secrétaire général du parti Tachnag, Hagop Pakradounian (que nous n’avons pu joindre hier), en février dernier, quand il avait fait état de l’existence d’un « accord » dans la circonscription de Beyrouth I. Même si les termes de cet « accord » ne sont pas encore très clairs (un grand cadre du Futur dans cette circonscription a refusé de faire un commentaire hier), il signifierait qu’un des sièges arméniens-orthodoxes irait à la formation de Saad Hariri.
Interrogé sur cette liste, Massoud Achkar souligne que « rien n’est définitif », même s’il assure que sa présence sur la liste et l’alliance avec le CPL et le Tachnag sont certains. Il se dit cependant « favorable au changement » dans le paysage politique que peut apporter cette loi à l’ombre de laquelle aucune liste n’a la suprématie.

Du côté de la société civile, le candidat Ziad Abs indique à L’OLJ que les pourparlers sont en cours entre les différentes composantes du regroupement Watani, en vue de former une liste unique dans cette circonscription. Mais il faudra attendre encore quelques jours pour que l’identité des candidats retenus soit annoncée.


Portrait

Zoya Rouhana, un engagement inconditionnel pour la cause des femmes

Les FL attendent impatiemment les résultats de la visite à Riyad

Safadi jette l’éponge

Shorter : Il est important que les élections aient lieu le 6 mai

Le Conseil supérieur grec-catholique appelle à « voter en masse »

Les candidats FL aux législatives militeront pour des réformes en profondeur, affirme Geagea

Café-citoyen autour de la candidature des Libanaises aux législatives


Les alliances commencent lentement à se préciser dans la circonscription de Beyrouth I – Achrafieh, Medawar, Saïfi et Rmeil – avec des noyaux de listes de part et d’autre, mais sans que rien ne soit absolument définitif. Alors que certains sons de cloche donnent l’alliance entre courant du Futur, Courant patriotique libre et Tachnag quasi certaine, d’autres pensent que la position...

commentaires (2)

ALORS vous n’avez rien compris

Bery tus

11 h 51, le 02 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ALORS vous n’avez rien compris

    Bery tus

    11 h 51, le 02 mars 2018

  • les anciens ennemi d'hier se font alliance pour l'election...mais je donne 3 mois a ces alliances pour se defaire... je ne voterais pas pour aucun parti historique...les candidats de Ashraf Rifi ont ma preference, et si il ne presente pas de candidats dans ma region, ma voix ira a la societe civile/Paula Yaacoubian

    George Khoury

    07 h 47, le 02 mars 2018

Retour en haut