X

À La Une

L'entrée des forces pro-Assad à Afrine aurait de "graves conséquences", menace Ankara

Syrie

De nouveaux renforts pro-régime sont arrivés dans l'enclave kurde pour soutenir les populations confrontées "à l'agression continue du régime turc", rapporte Sana.

OLJ/Reuters
21/02/2018

L'entrée des forces syriennes pro-Assad dans l'enclave d'Afrine pour prêter main-forte aux forces kurdes aurait de "graves conséquences", a déclaré mercredi le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Toute tentative visant à soutenir (...) l'organisation terroriste YPG signifiera qu'ils se rangent directement au côté d'organisations terroristes et deviendront donc des cibles légitimes à nos yeux", a insisté Ibrahim Kalin lors d'une conférence de presse.

L'armée turque a lancé le 20 janvier une offensive contre l'enclave d'Afrine, frontalière avec la Turquie, pour chasser les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qu'elle considère comme terroristes.

Dans la nuit de mardi à mercredi, l'armée turque a bombardé la zone d'Afrine, où des milices pro-Assad étaient entrées quelques heures plus tôt pour prêter main-forte aux forces kurdes, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme, organisation basée à Londres qui suit le conflit syrien grâce à un réseau de correspondants sur le terrain.

D'après le porte-parole du président turc, un convoi de 40 à 50 véhicules transportant des forces pro-gouvernementales syriennes a dû rebrousser chemin sous les tirs d'artillerie de l'armée turque et l'Armée syrienne libre (ASL). Mais un commandant de l'alliance pro-Damas a déclaré mardi soir que ses hommes avaient repris leur progression et qu'ils se trouvaient bien dans l'enclave d'Afrine. 

L'agence de presse officielle syrienne Sana a rapporté mercredi que de nouveaux renforts pro-Assad étaient arrivés à Afrine pour soutenir les populations confrontées "à l'agression continue du régime turc". Les médias officiels syriens qualifient les combattants prorégime de "forces populaires" tandis que les YPG évoquent des "unités miliaires" envoyées par le gouvernement syrien pour se déployer le long de la frontière avec la Turquie.

Cette confrontation entre Damas et Ankara complique un peu plus le jeu d'alliances dans le nord de la Syrie où sont présents la Turquie, les rebelles et l'armée syrienne, les milices chiites soutenues par l'Iran, les combattants kurdes et la Russie et les Etats-Unis.


Lire aussi

« Afrine, comme plusieurs serpents qui se mordent la queue »

"On ne se lave plus, on ne pense qu'à pouvoir manger" : le calvaire des réfugiés à Afrine

Tête de Turc, l'édito de Ziyad Makhoul

Washington et Ankara vont travailler "ensemble" en Syrie

La nouvelle "dimension stratégique risquée" du conflit en Syrie

Après la « claque ottomane », l’« alliance à l’épreuve du temps »...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TURC JOUE AVEC LE FEU. IL N,EST PAS BIZARRE QU,ON ASSISTE PROCHAINEMENT A UNE CONFRONTATION DE LA TURQUIE AVEC LA SYRIE ET PUIS AVEC L,IRAN... L,ESCALADE EST EN VUE A CAUSE DES AVENTURES TURQUES DANS LA REGION...

AIGLEPERçANT

Quel culot que lui accuse de soutien au terrorisme les autres qui plus est , sont chez eux et lui l'envahisseur, alors quil est celui qui a permis aux bacteries wahabites du monde entier de transiter par la Turquie.

Ce mec est malaaaaaaaaaaaaaaaadeeeeeeeee. .

Sarkis Serge Tateossian

Les menaces et les chantages font partie intégrante du peuple osman !

Un seul exemple :
Envers tous les pays d'Europe qui ont reconnait le génocide des arméniens, ils les menaçaient avec la plus grande solennité (le dernier en date est les pays pas).
Idem avec les migrants...
Idem avec la demande turque pour libre circulation de leurs ressortissants au sein de l'Europe (ils avaient menacé de faire trembler la terre s'il n'obtenaient pas satisfaction ....

Pour l'ensemble de ces cas (ce n'est qu'une infime partie) la Turquie a obtenu une fin de non-recevoir .... ensuite elle a rangé sa langue dans sa poche.

Que voulez-vous qu'elle fasse à Afrine ? Elle est une force d'occupation et à ce titre elle est accusée de tous (occident et Russie...) de faire le jeu de Daech et du terrorisme international.

La marge de manœuvre de l'apprenti sultan se prétendant héritier d'Osman, est très faible pour ne pas dire condamnée d'avance!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.