X

À La Une

La nouvelle "dimension stratégique risquée" du conflit en Syrie

analyse

"Les ingrédients pour une confrontation régionale voire internationale potentiellement majeure sont réunis aujourd'hui et le risque doit être pris très au sérieux", résume l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre.

OLJ/Philippe RATER/AFP
18/02/2018

Russes tués par la coalition dirigée par les Américains, premier affrontement direct israélo-iranien... Le conflit en Syrie a pris une "dimension stratégique risquée" qui pourrait toutefois permettre de forcer un accord de paix, selon des diplomates optimistes de l'ONU.

La semaine dernière, des frappes de la coalition ont tué cinq Russes dans l'est de la Syrie, selon Moscou. Quelques jours plus tard, Israël a perdu un avion F-16 lors de représailles contre des cibles militaires syriennes et "iraniennes" après l'interception d'un drone présumé iranien.
Paradoxalement, ces évènements graves et inédits n'ont pas suscité de fortes réactions internationales pas plus qu'une convocation en urgence du Conseil de sécurité censé garantir la paix mondiale.
"Les ingrédients pour une confrontation régionale voire internationale potentiellement majeure sont réunis aujourd'hui et le risque doit être pris très au sérieux", résume cependant pour l'AFP l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre.

Depuis la destruction du drone, "il n'y a pas eu d'escalade", relativise un homologue du Conseil sous couvert d'anonymat. Mais il existe désormais un "risque de confrontation directe entre Etats-Unis et Russie avec morts d'hommes à la clé", souligne un autre diplomate.


(Lire aussi : La Russie peut-elle gagner la paix en Syrie ?)



Main russe
Une réunion mercredi du Conseil de sécurité, d'abord publique puis à huis clos, consacrée à la Syrie a laissé transparaître un tournant. Les expressions, subtile mélange de tension et de prudence, ont convergé vers un point: chercher l'unité pour calmer le jeu.

"La paix est urgente en Syrie", a souligné l'ambassadrice américaine Nikki Haley, s'en prenant comme de coutume à l'Iran.
Bête noire de Washington, Téhéran est accusé avec ses "combattants importés du Liban, d'Irak et d'Afghanistan" d'être "engagé dans un jeu dangereux pour repousser les limites, au lieu de s'engager pour la paix de manière responsable", a-t-elle ajouté.

Interrogé par des journalistes sur le risque d'une déflagration internationale majeure, l'ambassadeur russe à l'ONU Vassily Nebenzia a souligné que l'approche de son pays était à l'opposé.
"Nous faisons tout ce que nous pouvons pour empêcher une confrontation internationale majeure en Syrie et travaillons dur à ce sujet", a-t-il assuré.
"Personne n'a fourni un effort aussi important que le nôtre pour le processus politique", a-t-il ajouté, citant les relations de Moscou avec Damas et l'opposition, les "zones de désescalade" et les négociations à Astana et Sotchi pour faciliter, selon Moscou, celles de Genève.

Selon un autre diplomate, la Russie, après son investissement militaire en Syrie, perd la main. Son influence sur Damas reste relative comme le prouve une récente mise en cause par le régime syrien du résultat de Sotchi visant à créer un comité pour modifier la Constitution. Damas refuse que sa composition soit dictée par l'ONU.


(Lire aussi : Les mercenaires russes en Syrie, une force discrète aux côtés du régime)


'Heures sombres'
Moscou ne semble par ailleurs pas voir d'un très bon œil l'Iran s'implanter en Syrie et risquer des accrochages réguliers avec Israël. Dans les réunions non publiques, la Russie, qui arrive peut-être au bout de son engagement militaire et financier, parle de sa volonté de sortir du conflit, assure n'avoir pas d'agenda caché, allant jusqu'à réclamer de l'aide aux Occidentaux pour convaincre Damas, ajoute la même source.
Une posture plutôt nouvelle après ses veto fin 2017 à des textes de l'Occident mettant à mal le régime syrien.

"Le chemin vers la paix viendra lorsque toutes les parties arrêteront de se provoquer l'une l'autre et choisiront une voie responsable", a estimé cette semaine Nikki Haley.
A cet égard, le risque de confrontation internationale majeure peut permettre un sursaut. Il "peut être un levier pour obtenir un accord de paix en Syrie, à un moment où les lignes commencent à bouger", a relevé M. Delattre.


(Lire aussi : Syrie : qui réussira à imposer ses lignes rouges ?)


Après sept ans d'une guerre meurtrière compliquée, impliquant de multiples acteurs régionaux et internationaux, "on est revenu aux heures les plus sombres", jugent plusieurs diplomates, égrenant la liste des zones assiégées de la Ghouta orientale, d'Idleb ou d'Afrine dans le nord du pays, cible d'une opération militaire turque contre une milice kurde alliée de Washington.

Cette opération a rendu les relations américano-turques explosives et participe à la nouvelle "dimension stratégique risquée" du conflit syrien. Les Etats-Unis et la Turquie sont deux partenaires-clés au sein de l'Otan, une alliance militaire dominée par Washington dont les intérêts sont aussi entrés en jeu dans l'évolution des rapports de force autour du conflit syrien.


Pour mémoire
Sotchi : maîtresse du jeu, la Russie peine toutefois à faire cavalier seul    

Les victoires du régime syrien et ses alliés depuis Alep

Les avions de chasse russes en Syrie inquiètent le Pentagone

Malgré le rôle russe dans la défaite de l’EI, Poutine ne peut pas tirer à lui seul tous les bénéfices

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

TROLL & PSEUDONYMES

....""Dans les réunions non publiques, la Russie, qui arrive peut-être au bout de son engagement militaire et financier, parle de sa volonté de sortir du conflit, assure n'avoir pas d'agenda caché, allant jusqu'à réclamer de l'aide aux Occidentaux pour convaincre Damas, ajoute la même source.""

Tout est là, et l'on s'interroge encore si Poutine a les moyens de sa politique...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE RISQUE DE DEFLAGATION MAJEURE INTERNATIONALE EST MINIME... PAR CONTRE CELUI DE DEFLAGRATION REGIONALE AUGMENTE DE JOUR EN JOUR GRACE AUX INTERVENTIONS TURQUES ET AUX PROVOCATIONS IRANIENNES QUI VONT DU LIBAN ET JUSQU,AU YEMEN !

Sarkis Serge Tateossian

Un mauvais accord vaut mieux qu'une bonne guerre!
Reste à déterminer les contours d'un mauvais accord ou d'une bonne guerre.

Bery tus

ne vous en faites pas les russe et les USA ne vont jamais se faire la guerre ... tout au plus par pays interposer .. et qui ne saurai se changer en guerre international ou mondial

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.