X

La Dernière

Du droit au vin en passant par la finance, le beau parcours de Yasmina Asseily

Gastronomie

La jeune Libanaise et son Château Biac à l’honneur du dîner des « Chefs du 934 » à New York.


17/02/2018

Pour la dixième édition du dînerdégustation des « Chefs du 934 » organisée la semaine dernière par la consule générale de France à New York, Anne-Claire Legendre, son comité organisateur a pris l’initiative opportune de donner de l’importance à deux femmes du monde de la gastronomie et du vin. L’élégant dîner qui s’est déroulé dans le somptueux hôtel particulier abritant le consulat général de France, sur 5th Avenue, a permis à quarante convives et dix médias, dont L’Orient-Le Jour, de connaître deux stars émergentes de la haute gastronomie et de la viticulture française : Laetitia Rouabah, chef du bistro Benoît d’Alain Ducasse, et Yasmina Asseily, propriétaire de Château Biac, à Bordeaux. 

Organisés quatre fois par an, ces rendez-vous gastronomiques honorent un chef et un viticulteur français, sélectionnés par le comité d’organisation des « Chefs du 934 ». Éric Ripert, qui a préparé le dîner inaugural, a fait la sélection des chefs français émergents qui figurent dans la série, tandis que George Sape et Omar Khan, deux sommeliers des « Chefs du 934 », ont proposé les vins associés au menu. « C’est un privilège de présenter nos vins aux côtés de la délicieuse cuisine de la chef Laetitia Rouabah, d’autant plus que Benoît a été l’un des premiers grands restaurants à répertorier notre vin. Notre destin semble être lié, car nous aussi, nous célébrons le dixième anniversaire de notre premier millésime rouge ! C’est aussi une très belle reconnaissance de tout le travail que mes parents ont entrepris depuis l’acquisition de Biac en 2006 », confie Yasmina Asseily.

Le dîner concocté par Laetitia Rouabah illustre le meilleur du restaurant phare d’Alain Ducasse à New York, qui fête également son dixième anniversaire.


(Lire aussi : Alan Geaam, un chef libanais fraîchement étoilé au parcours atypique)


Raviver Biac

Armée d’un diplôme en droit britannique et français, Yasmina Asseily a travaillé pendant sept ans dans le secteur de la finance à New York, à Beyrouth et à Paris. Après avoir décroché un diplôme de nutritionniste à Londres, elle met en place sa pratique dans la nutrition. Son parcours prendra une autre direction lorsque ses parents, Tony et Youmna Asseily, achètent Château Biac. Devenus « viticulteurs accidentels», ils se lancent dans la restructuration du vignoble et la rénovation complète de la cave en s’assurant, pour les vins rouges, de l’aide de Patrick Léon, ancien directeur technique de Mouton Rothschild, et de Christine Sourdes, consultante œnologue du Château Guiraud et Myrat, pour les liquoreux. C’est sous sa houlette que Secret de Château Biac voit le jour en 2007. La cuvée 2010 a gagné un double Gold Award au Sakura Women’s Wine Awards au Japon, le 2012 a remporté le Double Gold et le Diamond Trophy. La jeune femme a rejoint l’entreprise familiale à plein temps en 2013 pour aider à commercialiser la marque Biac aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse, au Benelux, au Royaume-Uni et au Liban.

Situé en haut des Côtes, à vingt minutes de Bordeaux, plongeant vers la Garonne, le domaine de Château Biac est spectaculaire. Après avoir passé quinze ans à Langoiran puis à Biac, Tony et Youmna Asseily, séduits par la beauté de la région et ses vins, l’achètent en 2006. S’étant assurés du « potentiel exceptionnel du terroir » par les grands experts œnologues, dont notamment le regretté Denis Dubourdieu, ils décident de « raviver Biac » au cœur de l’histoire des grands vins de Bordeaux. « Ce terroir exceptionnel » est d’une riche diversité géologique qui vient du fait que « Château Biac se situe dans l’axe de la Garonne. La propriété couvre une superficie de 15,5 hectares dont 9,8 hectares de vignes, soit 8 hectares pour les rouges et 1,8 pour les blancs », raconte Yasmina Asseily.


(Lire aussi : Marc Veyrat et Christophe Bacquié distingués de 3 étoiles au « Michelin »)


De 2006 à 2014, le vignoble subit une solide restructuration. Les premières vendanges ont lieu en 2007 après la rénovation du chai. L’entrée en scène du directeur technique Patrick Léon renforce la production en 2008 en orchestrant trois différents assemblages de vins rouges qui gardent le style du vin d’une année à l’autre : Château Biac, destiné à être bu sur la durée, B de Biac, vin complexe, peut être consommé plus jeune, et Félix, un vin de table agréable à boire en été. Grâce au dynamisme de Yasmina Asseily, Château Biac a fait une remarquable entrée sur les marchés américain et européen. Il figure sur la liste des vins des restaurants phares de New York, tels que Daniel, Eleven Madison Park (élu meilleur restaurant du monde en 2017), l’Atelier Joël Robuchon de Paris, Benoît, Saint James et Gavroche à Londres.

Et dans son édition de décembre, la revue anglaise spécialisée des vins Decanter le mentionne comme faisant partie des « Ten most improved Châteaux in Bordeaux ».


Lire aussi
Christian Le Squer entre mer et terre

Paul Bocuse, le chef qui a fait des cuisiniers des stars

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

LE VIN EST FESTIF, ET CONVIVIAL ALORS SOURIONS

Je suis admiratif et en effet quel sublime parcours, du Droit au Vin...(pour l'humour) je défie quiconque de faire le parcours inverse ..!!!!


D'aller du Vin...au Droit !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants