Rechercher
Rechercher

Repère

Les mercenaires russes en Syrie, une force discrète aux côtés du régime

Moscou a reconnu que cinq citoyens russes avaient "a priori" été tués dans des frappes menées par Washington dans la région de Deir ez-Zor , soulignant qu'ils n'appartenaient pas à l'armée russe. Qui sont-ils ? Quels liens ont-ils avec le pouvoir russe ?

Des soldats russes se déploient dans les ruines de Palmyre, en Syrie, après la reprise de la ville aux combattants de l'Etat islamique, en mai 2016. Photo d'archive AFP

Moscou a reconnu que cinq citoyens russes avaient "a priori" été tués dans des frappes menées par Washington dans la région de Deir ez-Zor , soulignant qu'ils n'appartenaient pas à l'armée russe. Qui sont-ils ? Quels liens ont-ils avec le pouvoir russe ?

La mort de mercenaires russes dans des frappes américaines dans l'est de la Syrie met en lumière le rôle trouble joué par ces hommes chargés d'épauler l'armée syrienne, désormais en première ligne des batailles pour les installations pétrolières.

Le 7 février, Washington annonçait avoir tué dans des frappes aériennes au moins 100 combattants pro-régime dans la région de Deir ez-Zor, en riposte à l'attaque du QG de combattants kurdes et arabes syriens soutenus par les Etats-Unis. Ces combats reflètent la complexité du conflit syrien où s'affrontent puissances régionales et mondiales par le jeu des alliances et des intérêts contraires. Mais il s'agit aussi du premiers cas connu d'affrontement entre forces russes - certes paramilitaires - et militaires américains depuis l'époque de la Guerre froide. Selon certains médias russes, cette attaque était menée par des milices pro-Assad pour le contrôle de gisements d'hydrocarbures. Après une semaine de silence, la Russie a finalement reconnu jeudi que cinq citoyens russes avaient "a priori" été tués au cours de ces frappes, soulignant qu'ils n'appartenaient pas à l'armée russe.


(Lire aussi : Syrie : qui réussira à imposer ses lignes rouges ?)


Qui sont les Russes tués ?


Cosaques, nationalistes, les Russes tués au cours de ces frappes ont un profil disparate. Vladimir Loguinov, dont la mort a été annoncé le 12 février, était ainsi membre d'une organisation cosaque, une communauté paramilitaire russe souvent associée au pouvoir depuis l'époque des tsars. Autre Russe dont la mort a été annoncée, Kirill Ananiev appartenait à l'organisation Drougaïa Rossïa ("Une Autre Russie") fondée par l'écrivain ultranationaliste Edouard Limonov. Ces hommes "n'ont pas été envoyés là par le gouvernement russe", a écrit Edouard Limonov sur son blog.

D'autres noms ont émergé et neuf morts ont été formellement identifiés par "Conflict Intelligence Team", un groupe d'analystes russes. Mais des médias russes évoquent des bilans plus élevés, dépassant même 200 morts selon le site Znak qui s'appuie sur ses sources dans les milieux paramilitaires. Tous sont présentés comme étant partis en Syrie pour le compte d'une organisation militaire privée nommée le "groupe Wagner".


(Lire aussi : Deir ez-Zor, une mosaïque d'acteurs et d'intérêts divergents )



Qu'est-ce que le "groupe Wagner" ?


Le "groupe Wagner" n'a aucune existence légale, d'autant que les sociétés militaires privées (SMP) sont officiellement interdites en Russie. Pourtant, la présence en Syrie de cette organisation qui a aussi combattu dans l'est de l'Ukraine a été abondamment documentée. Elle remonte à l'automne 2015, soit la période à laquelle la Russie a lancé sa campagne de frappes aériennes en soutien au régime de Bachar el-Assad, selon le journal en ligne Fontanka.ru, qui a consacré de longues enquêtes à cette organisation.

Le nombre d'hommes du "groupe Wagner" présents en Syrie a varié selon les périodes, allant de 2.500 au plus fort des combats, selon le quotidien RBK, à un millier en moyenne avant que leur présence ne se réduise à l'été 2016.


(Lire aussi : Syrie: un avion russe abattu par un groupe jihadiste, le pilote tué )



Quels liens avec le pouvoir russe?


Le site Fontanka rapporte que jusqu'à l'été 2016, le camp d'entraînement des "Wagner" était à Molkino, près de Krasnodar (sud), au même endroit que la base d'une brigade des forces spéciales du GRU, le renseignement militaire russe.


Dmitri Outkine, un ancien officier du GRU fondateur du groupe Wagner, était au Kremlin le 9 décembre 2016 pour une cérémonie en l'honneur des "Héros" russes de la Syrie. Apparaissant à la télévision, il s'était fait photographier à côté de Vladimir Poutine.

Selon les médias russes, le groupe Wagner est financé par Evguéni Prigojine, un homme d'affaires de Saint-Pétersbourg, surnommé le "chef de Poutine" après avoir fait fortune dans la restauration, et qui a conclu de nombreux contrats avec l'armée russe.


(Lire aussi : Sotchi : maîtresse du jeu, la Russie peine toutefois à faire cavalier seul)



Que font-ils en Syrie ?

En Syrie, les "Wagner" se sont notamment illustrés dans la bataille pour la libération de la cité antique de Palmyre, reprise à l'organisation Etat islamique (EI) en mars 2016. Le groupe a aussi été chargé d'épauler les troupes régulières syriennes, jugées peu fiables sur le terrain.

Mais des membres de "Wagner" cités par l'hebdomadaire Soverchenno Sekretno (Top Secret), généralement bien informé, affirment que leur rôle a changé. Selon eux, leurs activités consistent désormais à "garder des installations pétrolières".

Evguéni Prigojine a d'ailleurs fondé en 2016 une nouvelle société baptisée "Euro Polis", assure Fontanka. Sa mission : reprendre et contrôler les installations pétrolière syriennes pour le compte du gouvernement syrien.


Pour mémoire

Les victoires du régime syrien et ses alliés depuis Alep

Les avions de chasse russes en Syrie inquiètent le Pentagone

Malgré le rôle russe dans la défaite de l’EI, Poutine ne peut pas tirer à lui seul tous les bénéfices

Moscou a reconnu que cinq citoyens russes avaient "a priori" été tués dans des frappes menées par Washington dans la région de Deir ez-Zor , soulignant qu'ils n'appartenaient pas à l'armée russe.
Qui sont-ils ? Quels liens ont-ils avec le pouvoir russe ?


La mort de mercenaires russes dans des frappes américaines dans l'est de la Syrie met en...

commentaires (5)

Parfait parlez en des mercenaires pro us israéliens pas pour théorie du complot mais par souci d'équité dans l'information. Je parie un an de mes revenus que vous n"oserez pas. Sinon vous l'auriez fait en même temps dans un article du genre CES MERCENAIRES QUI SE BATTENT AU M.Ô Vous n'avez eu le courage de ne parler que des russes.

FRIK-A-FRAK

16 h 08, le 17 février 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Parfait parlez en des mercenaires pro us israéliens pas pour théorie du complot mais par souci d'équité dans l'information. Je parie un an de mes revenus que vous n"oserez pas. Sinon vous l'auriez fait en même temps dans un article du genre CES MERCENAIRES QUI SE BATTENT AU M.Ô Vous n'avez eu le courage de ne parler que des russes.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 08, le 17 février 2018

  • La région sur des millions de Km2 est infestée par des (bénévoles, mercenaires, milices, terroristes ou soldat), des appellations à géométrie variable selon que l'on soit pour ou contre), mais une chose différencie tous ces combattants : leurs actes !!! Il y a ceux qui sans conviction et sans connaissance aucune, tuent, égorgent, violent , violente et volent la dignité humaine des populations, et il y a ceux qui militent et combattent dignement pour une cause qu'ils croient juste. Mon avis ? La région doit se débarrasser de tout ce capharnaüm.... Et s'ériger une société apaisée et apaisante sans conflit et sans massacres. Mais le chemin est encore long.... Très long ! Je regrette

    Sarkis Serge Tateossian

    13 h 43, le 17 février 2018

  • L,HISTOIRE A MONTRE CE QUI EST ADVENU DE TOUS LES PAYS OU L,URSS... RUSSIE AUJOURD,HUI... Y AVAIT MIS LES PIEDS ET MAINTENU LES DESPOTES A COUPS MILITAIRES ! TOUS DISPARUS DE SON ORBITE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 25, le 17 février 2018

  • Oui parler les nous en tiens !! Svp svp juste histoire d’arreter les histoires des complotistes

    Bery tus

    06 h 44, le 17 février 2018

  • Wow ! quelle performance avoir été capable de nous parler des mercenaires russes . Continuez sur votre lancée et parlez nous des mercenaires américains et israéliens piocher dans le monde arabe du golfe, du Maghreb et des sud américains envoyés au Yémen.

    FRIK-A-FRAK

    22 h 45, le 16 février 2018