X

À La Une

Mur frontalier : médiation américaine entre le Liban et Israël

conflit

Les travaux israéliens se poursuivent en face de Ras al-Naqoura et sur le littoral face à la zone contestée.

OLJ
08/02/2018

Israël poursuivait jeudi la construction d'un mur en béton dans une zone frontalière contestée avec le Liban, alors que sur le plan diplomatique, les tentatives de désescalade se poursuivaient.

Selon l'Agence nationale d'information, les travaux israéliens s'effectuaient aujourd'hui en face de Ras al-Naqoura et sur le littoral face à la zone contestée. Les militaires libanais et israéliens dans la zone étaient en état d'alerte de part et d'autre, alors que les soldats de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) surveillaient les développements, d'après l'agence.  Mercredi en soirée, le porte-parole de la Finul, Andrea Tenenti, avait déjà annoncé qu'Israël "a débuté des travaux au sud de la Ligne bleue". "Nous suivons ce qui se passe et nous sommes en contact avec les deux parties de part et d'autre de la frontière et nous tenons à résoudre cette question et prévenir toute tension ou escalade", avait indiqué le responsable onusien.

Parallèlement, le secrétaire d’Etat adjoint américain par intérim aux Affaires proche-orientales, David Satterfield, qui se trouve depuis mardi à Beyrouth, a tenté de rassurer les autorités libanaises sur le projet israélien de construire ce mur, selon une source gouvernementale libanaise citée par l'agence Reuters. David Satterfield mène depuis plusieurs jours une médiation entre Israël et le Liban, qui, outre sur le dossier du mur frontalier, s'opposent sur l'exploitation d'un gisement de gaz naturel en Méditerranée orientale. "Il (Satterfield) a eu des entretiens à propos du mur (frontalier) avec Israël. Il a déclaré qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter ni de craindre une escalade", a dit à Reuters un responsable du gouvernement libanais. "Il a assuré aux Libanais qu'Israël ne voulait pas une escalade."

Un responsable israélien, qui a également requis l'anonymat, a précisé que David Satterfield "relayait des messages" aux autorités libanaises à propos des sujets de désaccord entre les deux pays. Ce responsable israélien a ajouté que deux pays européens étaient également engagés dans cette médiation.


"Couper court aux convoitises israéliennes"
Jeudi, le responsable américain a été reçu par le président libanais, Michel Aoun, à qui il a présenté différentes propositions de résolution du litige, permettant de protéger la stabilité et le calme dans la région frontalière. Il a en outre assuré au président libanais que les Etats-Unis continueront de soutenir le Liban, notamment en ce qui concerne le développement de l'armée et des forces de sécurité. 

Le chef de l'Etat a de son côté clarifié la position du Liban par rapport à la construction du mur frontalier, telle qu'il l'avait déjà exprimée lors du Conseil des ministres qui a eu lieu plus tôt dans la journée. "Nous poursuivons nos contacts afin de couper court aux convoitises israéliennes sur le territoire et les eaux (libanais), et nous ferons face à toute agression", avait alors affirmé M. Aoun. 

Plus tôt dans la journée, M. Satterfield et le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, s'étaient rendus au siège de la Finul à Naqoura, où une réunion s'est tenue avec le chef de la force onusienne, le général Michael Beary, durant laquelle les derniers développements ont été abordés. MM. Satterfield et Ibrahim ont également effectué une visite de terrain afin d'inspecter la zone en face de laquelle les travaux israéliens sont effectués. Lundi, les représentants des armées libanaise et israélienne avaient tenu, sous la houlette de la Finul, une réunion tripartite mensuelle à Nakoura pour évoquer ce dossier. M. Satterfield a également abordé le dossier avec le commandant en chef de l'armée Joseph Aoun.


Les autorités libanaises ont exprimé à plusieurs reprises leur opposition aux travaux israéliens et estimé que 13 points litigieux, sur lesquels Israël compte édifier ce mur, se trouvent en territoire libanais. Les 13 points frontaliers sont historiquement revendiqués par le Liban. La délimitation de la frontière entre le Liban et la Palestine avait été effectuée par le comité Paulet-Newcombe en 1923. L’État hébreu a déjà édifié un mur en 2012 au niveau du village de Kfar Kila.

Mercredi, le conseil supérieur de la défense avait dans ce cadre donné ses directives de contrer l'"agression" israélienne. "Ce mur, s'il est érigé, sera considéré comme étant une agression en territoire libanais et constituera une violation claire de la résolution 1701 du conseil de sécurité de l'ONU (mettant fin à la guerre de 2006, ndlr), avait indiqué le CSD à l'issue de sa réunion.  Il a donc été décidé de continuer à agir au niveau régional et international pour préserver les droits du Liban".

Les tensions entre Israël et le Liban se sont également accrues depuis l'apparition d'un contentieux concernant l'exploitation d'un gisement de gaz offshore. Tel-Aviv insiste à revendiquer sa souveraineté territoriale sur le bloc 9 de la zone économique exclusive libanaise en Méditerranée, alors que le Liban vient de signer un accord avec un consortium mené par le géant français Total, et composé de l’italien ENI et du russe Novatek pour l’exploration d’hydrocarbures offshore, au niveau des blocs 4 (au centre) et 9 (au sud) de sa ZEE.

Dans ce contexte tendu, une source ministérielle a indiqué mercredi que le secrétaire d’Etat Rex Tillerson est attendu au Liban le 15 février dans le cadre d’une tournée englobant plusieurs pays de la région.
M. Tillerson est le premier haut responsable de l’administration Trump à visiter le Liban, ce qui tend à signifier que le Liban est redevenu un centre d’intérêt pour Washington, aux yeux des responsables.



Lire aussi
Le Liban fait face à Israël, mais pas d’escalade en vue

La rencontre de Baabda : pour faire face à Israël... et rendormir les vieux démons de la guerre civile

Le Liban face aux menaces israéliennes

La Finul ne veut pas de surprises concernant l’édification du mur

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Atalante fugitive

Bon sens populaire: Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

ON DIT QUOI ?

Comment croire à une médiation amerlock ? C'est se fourrer le doigt dans l'oeil jusqu'au trognon.
Et pourquoi accepter une médiation qui nous dit d'emblée qu'israel, pays champion du monde d'usurpation planetaire ne cherche pas à nous embrouiller.

Quand on dit et répète que sans ces armes de la résistance le Liban n'est absolument à l'abri de rien , certains continuent à demander au Liban plus de sagesse et de réflexion .

De toute façon une accumulation de vols à la tire de ce genre de la part de cet état voyou contre notre pays ne peut rester impuni, TAKE it or LEAVE it .

Bery tus

si le mur est construit sur le territoire libanais et non a la frontière inter alors je suis pour que l'armee et les guerriers du hezb aillent abattre se mur de merde

Sarkis Serge Tateossian

C'est dans ces circonstances que l'on observe le plus amèrement le fruit de nos faiblesses, de nos divisions qui nous immobilisent devant les obstacles ...

Si les chiites (dans tous leurs composants), montraient un peu de souplesse et de bonne volonté, si les chrétiens mais aussi toutes les communautés et confessions de ce beau pays, prenaient des pas concrets pour assouplir leur attitudes et aller vers un accord national pour définitivement enterrer la hache de guerre, (cela n'empêchera pas le bon fonctionnement de la démocratie, voir au contraire il la vivifiera)

ce jour on sera fort et puissant avec notre diaspora dispersée dans toutes les capitales importantes et une dynamique se créerait en faveur d'un Liban "respectable" à qui n'importe quel premier venu n'oserait pas l'importuner

Ohhh je ne vise personne, je pense juste à mon pays qui mérite tant, qu'il a tant de forces et d'opportunités non "utilisées'

Réveillons nous mes chers compatriotes et formons enfin cette nation diverse mais forte.
Forte, si elle le décide.

Tatiana Hosny

La mediation doit se faire par un etat impartial. L’episode palestinien (que dis-je!? la série palestinienne de 25 saisons, 18 episodes chacune) est là pour demontrer que les US n’ont rien à faire ici.

Irene Said

Mais...où se trouvent donc les "super-résistants du Hezbollah" ?
Ils se sont égosillés durant des semaines "pour Jerusalem"...mais là...pour le mur qui se construit à certains endroits du territoire libanais...personne ne se manifeste !!!
Et les complices d'Israël observent amusés ce qui se passe chez nos responsables libanais, y-compris chez les "résistants fanfarons et imbattables du Hezbollah".
Mais nous pouvons être tranquilles, les réunions entre tous les concernés par cette affaire se poursuivent inlassablement, pendant qu'Israël continue son projet, exactement comme avec les colonies en Cisjordanie.
Irène Saïd



L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FORTS DE LA COUVERTURE DES GRANDS LES EMPIETEURS N,EN FINISSENT PAS D,EMPIETER DE-CI ET DE-LA !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants